Éline de Mathuisieulx

Quelles études avez-vous menées avant de vous inscrire en thèse ?

Passionnée par les langues et la littérature, je suis entrée en CPGE après un bac OIB au Lycée des Pontonniers. J’ai choisi Fustel de Coulanges (Strasbourg), qui, outre la qualité de son enseignement, m’offrait le luxe de rester proche de ma famille. Par la suite, j’ai eu la chance d’obtenir un poste de lectrice à l’Université de Bath, en partenariat avec l’Unistra. Cette première expérience dans l’enseignement supérieur, cumulée avec la rédaction de mon mémoire de M2, a achevé de me convaincre de passer l’agrégation. Deux années de professorat au lycée, au collège, à l’IEP et des khôlles en HK plus tard, j’ai eu envie de me replonger dans la recherche. Madame Ibata m’a alors proposé de discuter du doctorat.

Comment avez-vous choisi le sujet de votre thèse ?

Nous nous sommes entretenues, en amont, de divers sujets captivants appartenant aux domaines de recherche de Madame Ibata. Nos discussions, entrecoupées de lectures, nous ont menées de la littérature à l’image, puis au domaine de l’intermédialité, de Turner à John Martin, puis à John Howe, qui a notamment illustré The Lord of the Rings. Il nous est apparu que sublime et spectaculaire sous-tendaient les rapports entre le texte de J.R.R. Tolkien, les illustrations de Howe (qui a accepté de répondre à mes questions) et les films de Jackson.

Comment financez-vous votre thèse ?

J’ai signé cette année un contrat d’ATER au département des études anglophones de la faculté des langues de l’Université de Strasbourg. J’enseigne principalement la littérature britannique et la traduction.

Quels écarts avez-vous pu constater entre votre expérience de doctorante et ce que vous aviez envisagé au moment de votre inscription ?

« Hâtezvous lentement, et sans perdre courage, vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage. » Je savais que la thèse serait un travail de longue haleine, mais je ne m’attendais pas à ce que l’aphorisme de Boileau serait à ce point approprié. Il faut tenter de gérer son temps intelligemment, surtout si l’on a à cœur d’offrir un contenu de qualité aux étudiant.e.s.

Comment envisagez-vous l’après-thèse ?

La recherche et l’enseignement sont deux pôles que je souhaite privilégier, quel qu’en soit le prochain poste. Let’s cross that bridge when we come to it.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un.e étudiant.e qui projette de s’inscrire en doctorat en études anglophones ?

Outre les conseils classiques relatifs au choix du sujet, je recommande de s’entourer d’autres doctorant.e.s pour partager coups de gueule, coups de blues et coups de cœur. Pour visualiser sa progression, il est possible de tenir un carnet de bord ou bullet journal, dans lequel on note les objectifs atteints, même minimes, depuis la lecture d’un article jusqu’à la nouvelle référence bibliographique, en passant par une participation à un séminaire. Enfin, ne pas se limiter à des formations ou des lectures trop ciblées, traitant uniquement de la thèse défendue. S’aventurer sur les sentiers de l’interdisciplinarité peut s’avérer fertile : « Not all those who wander are lost« .

Anaïs Carrere

Quel parcours avez-vous suivi avant de vous inscrire en thèse ?

J’ai tout d’abord suivi une licence d’anglais mention Langues, littératures et civilisations étrangères et régionales à l’université Bordeaux Montaigne à Bordeaux (Pessac) très enrichissante. J’ai ensuite suivi un Master Recherche mention Etudes anglophones à l’Université Bordeaux Montaigne (Pessac). C’est au cours de cette même période qu’est né le projet de faire une thèse. Mon choix s’est rapidement porté sur Jean-Rémi Lapaire, professeur des universités en linguistique cognitive et études gestuelles.Nous avons  discuté de thématiques de recherche et décidé de collaborer ensemble sur une recherche focalisée en linguistique de genre, plus précisément, dans le domaine des Language & Gender Studies de 1975 à nos jours dans les mondes anglophones. Nous avons ensemble élaboré un projet de thèse et j’ai obtenu un contrat doctoral à l’université Bordeaux Montaigne. Je suis également depuis trois ans chargée de cours en linguistique en LLCER anglais en première et deuxième année. L’enseignement est une activité qui me passionne et qui est humainement très enrichissante.

Quel est votre sujet de thèse ? Comment l’avez-vous choisi ?

Je travaille sur la contribution des Language and Gender studies à l’analyse pragmatique du discours de femmes engagées, en diachronie et en synchronie. De l’épistémocritique à la validation empirique.

J’ai spécifiquement choisi de délimiter mon travail d’un point de vue historique et géographique aux mondes anglophones (Grande Bretagne et Etats-Unis) et d’un point de vue chronologique depuis les années 1960 à nos jours. Un chapitre de ma thèse comporte une partie empirique, consacrée au monde politique américain, et consiste en particulier en une analyse de certains discours politiques d’Hillary Clinton (2007-2016) et de Donald Trump (2015-2016). Ce corpus a pour principal objectif d’attester ou d’infirmer l’existence de comportements linguistiques, de styles conversationnels et/ou interactionnels genrés comme a pu l’argumenter la recherche antérieure en linguistique de genre notamment les travaux de Robin Lakoff dès 1975 et de Deborah Tannen à partir des années 1980 et 1990 aux Etats-Unis.

Comment financez-vous votre thèse ?

En juillet 2016, j’ai obtenu un contrat doctoral qui se terminera à la rentrée 2020. J’espère par la suite, si possible, décrocher un contrat d’ATER à l’université Bordeaux Montaigne.

Quand avez-vous commencé à publier des articles ? Comment ces publications ont-elles influencé la rédaction de votre thèse ?

J’ai commencé à faire des communications en deuxième année de thèse lors de colloques, de journées d’études ou de courtes présentations devant mon équipe de recherche, le laboratoire CLIMAS (Cultures et Littératures des Mondes Anglophones) ou le groupe de jeunes chercheurs, qui se compose d’étudiants de master et de doctorants, nommé GLIDE (Groupe des Linguistes et Didacticiens Emergents). Ce groupe de recherche est d’ailleurs rattaché au laboratoire CLIMAS. Préparer une communication est un exercice à la fois stimulant et très utile pour avancer ou recentrer ma réflexion. Certaines de mes communications ont été plus ou moins en lien direct avec ma thèse. Cela me permettait de toujours faire évoluer ma réflexion et ma recherche. Je ne communique pas uniquement sur des sujets qui font ou feront strictement partie d’un chapitre de thèse ou de la thèse en général. Ce choix me permet de rester ouverte, culturellement éveillée, enthousiaste et dynamique face à ma recherche. Cela m’apprend à développer une rigueur de travail. Cette année, j’ai pour projet de proposer d’autres thématiques d’articles, de poursuivre la communication de ma recherche, en parallèle de la rédaction finale de ma thèse.

Comment appréhendez-vous la soutenance de votre thèse ?

Je commence « doucement » mais « sûrement » à préparer l’enjeu, ou devrais-je dire « le grand oral » que représente la soutenance avec mon directeur de thèse. J’ai personnellement commencé à rédiger une sorte de « mémo » préparatoire afin d’appréhender au mieux cet exercice tant d’un point de vue psychologique que scientifique. Je souhaite au maximum que la soutenance soit un lieu de dialogue, d’échanges, de critiques et d’observations constructives. Accueillir les critiques avec humilité et maturité me semble essentiel pour préparer la soutenance et la vivre de la meilleure façon possible.

Comment envisagez-vous l’après-thèse ?

J’ai très envie de continuer à enseigner la linguistique anglaise à l’université. Je verrai quels types de poste me sont offerts par la suite. La vie est pleine de surprises.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un.e étudiant.e qui projette de s’inscrire en doctorat en études anglophones ?

Mon conseil ultime serait de s’engager dans une thèse par véritable envie. J’estime aussi fondamental de travailler avec un directeur avec qui on présage que la collaboration va fonctionner tant sur le plan humain que scientifique. Cette collaboration avec le directeur représente pour moi 50% de la réussite de ce parcours.  Il est aussi nécessaire d’évaluer au minimum si l’on est capable de travailler longtemps sur un sujet de recherche, et parfois, de se laisser « dérouter » par ce dernier sans pour autant que la passion ne s’étiole. Je pense également qu’il est bénéfique de discuter au préalable avec des gens qui sont déjà engagés dans une thèse pour avoir différents points de vue sur cette expérience. Je considère que chaque expérience de recherche et de thèse est unique. Chacune apporte quelque chose et la partager peut toujours aider un étudiant à réfléchir sur ses projets et son futur. Penser tout seul, c’est bien mais penser à plusieurs, c’est encore mieux. Enfin, je suggère de s’entourer de collègues, doctorants ou non et de proches si cela est possible. Cela me paraît essentiel. Le travail de recherche, bien que solitaire, est un apprentissage incessant, qui doit être mis au service du plus grand nombre, que l’on soit universitaire ou non.

Juliette Misset

Après avoir étudié au Canada et enseigné en Ecosse et en Espagne, Juliette Misset est en troisième année de thèse à Strasbourg où elle dispose d’un contrat doctoral. Cette passionnée d’enseignement, également représentante des doctorants de la SEAA 17-18, livre son parcours universitaire et prodigue quelques conseils pour bien s’organiser pendant sa thèse.

Pourriez-vous évoquer votre parcours avant votre inscription en doctorat ?

J’ai d’abord fait une licence de littérature anglophone, théorie politique et littérature et civilisation hispanique à l’université McGill à Montréal, que j’ai adorée de bout en bout. Je suis rentrée en France suite à ces trois ans et j’ai entamé un Master LLCER à l’université de Versailles-Saint-Quentin. J’ai beaucoup aimé faire mon mémoire de M1, et à ce moment-là est née l’idée de faire une thèse, avec le projet de partir aux États-Unis. Je ne m’y sentais finalement pas prête, et j’ai abandonné l’idée d’un PhD aux États-Unis. Je suis partie en Espagne par le CIEP pour être assistante de français à la suite mon M1, ma première expérience d’enseignement.  L’enseignement m’a énormément plu, et j’ai fait une deuxième année d’assistanat de langue, cette fois en Écosse, tout en reprenant mon Master 2 à distance. J’ai arrêté mon Master 2 en cours d’année pour me tourner vers un Master d’enseignement de l’anglais en langue étrangère, que j’ai effectué à Glasgow l’année suivante. Je suis ensuite revenue en France pour préparer l’agrégation et le CAPES d’anglais, et c’est pendant mon année de stage en lycée que l’idée de la thèse est revenue. J’aimais toujours autant l’enseignement, mais je voulais revenir à la littérature après ces quelques années à enseigner les langues. J’ai élaboré mon projet de recherche avec ma directrice Anne Bandry-Scubbi, que j’avais rencontrée dans le cadre de la préparation à l’agrégation, et j’ai obtenu un contrat doctoral à Strasbourg.

Quel est le sujet de votre thèse ? 

Je travaille sur la réception du mode didactique et sa manifestation textuelle dans un corpus de romans majoritairement féminins publiés entre 1778 et 1814.

Comment financez-vous votre thèse ?

J’ai un contrat doctoral, qui se terminera à la rentrée 2020. Je ne sais pas pour l’instant avec certitude comment je vais financer la fin de ma thèse (qui ne sera pas achevée à l’issue de mon contrat doctoral). Si je ne décroche pas de contrat d’ATER ou de PRAG, je serai enseignante dans le secondaire.

Comment aviez-vous prévu, initialement, le déroulement de votre doctorat ? Quels écarts avez-vous pu constater entre votre expérience du doctorant et ce que vous projetiez au moment de la soumission de votre projet de thèse ? 

Lorsque j’ai obtenu un contrat doctoral, l’idée était d’essayer de finir en trois ans. Je voyais la thèse comme une étape à franchir avant d’envisager tout autre développement dans ma vie, professionnel comme personnel. J’ai changé d’optique depuis, car cela mettait beaucoup de pression sur le doctorat, que j’appréciais par ailleurs beaucoup faire. Ce qui me frappe le plus entre ce que je m’imaginais et mon expérience réelle du doctorat, c’est à quel point il était impossible de prédire comment le projet allait évoluer. Le sujet a mûri et changé au fil de mes lectures et de la réflexion. Il n’est pas facile de prévoir comment cela se passera, et il y a parfois des passages à vide qui peuvent être éprouvants. J’essaie de prendre tout cela avec plus de philosophie, tout en gardant l’objectif de la soutenance mais sans me laisser submerger par la pression de finir au plus vite.

Comment envisagez-vous le rapport entre l’enseignement et la recherche que vous menez pour votre doctorat ? 

Une de mes motivations principales pour débuter ma thèse a été la perspective d’enseigner ce qui me passionne, à savoir la littérature plutôt que la langue, et j’ai la chance d’être chargée de cours en licence depuis ma première année de thèse, principalement en littérature britannique. Pour moi l’enseignement et la recherche sont donc intimement liés, jusqu’à mon sujet de thèse qui considère le lien entre fiction et enseignement par la lecture tel qu’il est envisagé dans les œuvres de mon corpus et dans les critiques de ces œuvres. Mon travail de recherche influe sur mes enseignements, qui à leur tour entretiennent mon envie de continuer à faire de la recherche.

Quand avez-vous commencé à communiquer ? Comment les communications ont-elles influencé votre parcours et/ou la rédaction de votre thèse ? 

J’ai commencé à faire de courtes présentations localement en première année, et c’est en deuxième année que j’ai commencé à me déplacer à des colloques. Je trouve le processus de préparer une communication utile pour avancer dans la réflexion, surtout lorsque je communique sur un sujet qui fera vraisemblablement partie de ma thèse. C’est souvent le dialogue avec les autres qui me permet d’avancer, et pour cela les courtes présentations devant mon équipe de recherche me sont très utiles. J’ai aussi assisté à des colloques auxquels je ne participais pas qui m’ont énormément apporté, d’autant que lorsqu’on ne communique pas on peut réellement se concentrer sur les présentations des autres, sans avoir le stress de sa propre performance. Je cherchais au début à tout prix à communiquer uniquement sur des sujets qui pourraient ensuite faire partie de ma thèse, et je commence maintenant à penser à communiquer sans forcément l’idée que ça deviendra un morceau de chapitre, pour retrouver un enthousiasme qui a diminué suite à des communications dont j’espérais qu’elles m’aideraient à avancer spécifiquement pour la thèse, où j’ai été déçue.

Comment envisagez-vous l’après thèse ?

Je n’ai pas d’idée précise de l’après thèse pour le moment, si ce n’est que j’imagine que j’aurai toujours autant envie de continuer à enseigner la littérature anglophone. Je verrai ce que je pourrai et voudrai envisager comme type de poste dans ce sens, dans le supérieur ou le secondaire, en France ou à l’étranger. Ce n’est pas (encore) un sujet qui me préoccupe énormément, notamment car je suis titulaire dans le secondaire, et ai donc une source de revenu assurée à l’issue de ma thèse.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un étudiant qui projette de s’inscrire en doctorat en études anglophones ? 

Mon conseil serait de s’engager dans une thèse réellement par envie, envie à la fois de travailler longtemps sur son sujet de recherche et envie de travailler avec la personne qui la dirigera. Je pense aussi qu’il peut être très bon de parler en amont avec des gens qui sont en train de faire leur thèse, pour avoir des points vue concrets sur le doctorat. Personnellement, je trouve le soutien des co-doctorant.e.s extrêmement précieux pour passer les difficultés en tout genre, pragmatiques (à qui dois-je m’adresser faire une demande de financement pour un déplacement ?) comme existentielles (ma thèse a-t-elle un sens ?).

Le séjour de recherche d’Emilie Mitran à la Bibliothèque du Congrès

Emilie Mitran est docteure en études anglophones et agrégée d’anglais. Elle enseigne à Aix-Marseille université depuis 2015 et poursuit des recherches sur le monde atlantique et les humanités numériques. Elle s’intéresse aux Révolutions américaine et française, à l’expression et aux représentations de l’identité américaine, ainsi qu’aux écrits privés de témoins européens des révolutions.

J’ai obtenu une bourse de recherche SAES/AFEA en 2017. Grâce à cela, j’ai pu effectuer un séjour en archives d’une semaine à la Bibliothèque du Congrès de Washington pour consulter les documents manuscrits du texte sur lequel je travaillais pour mon doctorat. Ma thèse s’intéressait au journal privé d’une figure de la construction politique de la jeune République américaine, Gouverneur Morris. Ce dernier remplit en effet quatre cahiers de ses notes intimes entre 1789 et 1793, alors qu’il est à Paris et qu’il se retrouve témoin de l’activité révolutionnaire française. Cette consultation était indispensable car une partie de ma thèse visait à étudier, en détail, l’aspect matériel de ces cahiers privés.

Il n’a pas été difficile de localiser les cahiers manuscrits de Morris : tous se trouvent à la Bibliothèque du Congrès qui partage, sur son site, toutes les informations nécessaires quant au contenu de boîtes d’archives relatives à un personnage historique ou un auteur.

Ce travail en archives est intervenu lors de ma troisième année de doctorat ; avant cela, j’étais entrée en contact avec la responsable de la Manuscript Division de la Bibliothèque du Congrès pour obtenir, grâce à un financement de mon laboratoire, le LERMA, une version microfilmée des journaux manuscrits. Comme cette consultation est intervenue en 2017, mes objectifs de recherche avaient eu le temps de mûrir entre ma première et troisième inscription en thèse ; je savais, en me rendant sur place, sur quoi porterait mon examen des manuscrits. Je m’étais préparée une marche à suivre précise pour être sûre de ne rien oublier et de ne pas passer à côté de quelque chose lors de cette consultation exceptionnelle. Il faut en effet savoir que par mesure de protection de ses fonds, la Bibliothèque n’autorise plus la consultation des manuscrits si les documents ont été microfilmés. J’avais insisté sur le caractère essentiel de cette étude des manuscrits pour ma recherche, mais n’ai pu obtenir cette dérogation que grâce au soutien de mon directeur de recherche, Gérard Hugues, et d’une historienne américaine, Melanie R. Miller, qui ont tous deux appuyé ma requête. Après cela, j’ai pu formuler une demande de financement, par la suite acceptée, auprès de la SAES/AFEA.

Une fois sur place, et après une procédure classique d’enregistrement en tant que « lecteur » dans les bureaux d’accueil de la Bibliothèque et la délivrance d’une carte qui permet de s’identifier et de circuler dans les locaux du bâtiment, la consultation des documents se fait en parfaite autonomie, et sans gants ! Pour des documents si précieux et anciens, et auxquels il est si difficile d’accéder, cela peut sembler quelque peu surprenant. Néanmoins, toutes les affaires personnelles du lecteur doivent être entreposées dans un casier dont on conserve la clé avec soi. Quant à l’ambiance de la grande salle de consultation, c’est un endroit particulièrement motivant et agréable ; toutes les personnes présentes sont pleinement absorbées par l’étude de leurs propres boîtes d’archives.

Grâce à ce séjour, j’ai bien entendu pu vérifier ou écarter certaines hypothèses en relation avec le texte étudié, et soulever d’autres questionnements. Cela m’a aussi permis de partager mes recherches et mes interrogations avec les historiens américains travaillant sur place, et tous leurs conseils, ou leurs remarques informelles au cours de ce court séjour auront été bénéfiques dans la construction et l’évolution de ma réflexion par la suite.

Emilie Mitran, Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France

Myriam Ardoin

Myriam Ardoin, désormais professeur au Lycée international de Lyon, a soutenu sa thèse, consacrée à Gilbert Keith Chesterton, en 2017. Cette ancienne membre du collège des doctorants de la SAES revient sur son parcours de thèse, de la conception de son sujet aux méthodes de travail qui l’ont aidée à mener à bien son doctorat en trois ans.

Quelles études avez-vous menées avant de vous inscrire en thèse ?

J’ai fait trois ans de classe prépa littéraire, spécialité anglais, puis j’ai intégré l’ENS de Lyon en tant qu’auditrice libre où j’ai obtenu un Master Recherche et préparé le concours de l’agrégation.

Disposiez-vous d’une expérience professionnelle préalable ?

Oui, j’ai enseigné trois à King’s College London comme lectrice de français.

Quel était le sujet de votre thèse ? Comment l’avez-vous Choisi ?

Le sujet de ma thèse était : « Le Discours de la méthode selon G.K. Chesterton : l’itinéraire d’une pensée. » Après avoir étudié deux œuvres de R.L. Stevenson et C. Dickens en Master, j’ai choisi d’étudier un auteur peu connu qui avait été influencé par ces deux auteurs. J’avais également développé un goût pour le roman d’aventures et le roman policier, et c’est en faisant quelques recherches que j’ai fait la découverte de Chesterton et de ses nouvelles policières. Le sujet s’est précisé après avoir lu mon corpus et réfléchi avec ma directrice de thèse (Nathalie Vanfasse au LERMA à Aix-Marseille Université, ndlr) à des pistes d’analyse pertinentes. Nous sommes ensemble arrivées à l’idée qu’il serait pertinent d’analyser les processus de pensée et de raisonnement dans les récits de détection de Chesterton. Le titre de la thèse en lui-même a été proposé par ma directrice de thèse, et je l’ai approuvé.

Comment avez-vous financé votre thèse ?

J’ai obtenu un « contrat doctoral fléché normalien » via une demande sur dossier auprès de l’ENS de Lyon.

Comment aviez-vous prévu, initialement, le déroulement de votre doctorat ?

J’avais pour objectif de faire mon doctorat sur 3 ans, soit la durée du contrat doctoral, et éventuellement en 4 ans, avec une année comme ATER. Dès le début, j’ai eu la volonté de considérer le doctorat non pas seulement comme un temps d’études, mais plutôt comme un « travail », un temps de spécialisation et de perfectionnement par rapport à ma formation initiale. C’est pourquoi, je me suis fixé des horaires de travail à la bibliothèque : 8h30/9h jusqu’à 17h/18h (modulable selon les jours) du lundi au vendredi.

Quels écarts avez-vous pu constater entre votre expérience du doctorant et ce que vous projetiez au moment de la soumission de votre projet de thèse ?

J’ai constaté peu d’écarts entre mes attentes / projections et ce que j’ai réellement vécu. Je dirais peut-être que le respect des horaires que je m’étais fixés a parfois été difficile. Je ne pensais pas non plus que la solitude lié à la thèse me pèserait autant, mais j’ai malgré tout pu trouver un équilibre de vie en maintenant une vie sociale intense les soirs et les week-ends, puisque je travaillais toute la journée.

Pourriez-vous nous décrire votre parcours après la thèse ?

Après la thèse, j’ai tenté d’obtenir un poste en CPGE, mais à ce jour, je n’en ai toujours pas obtenu, car mes souhaits géographiques sont assez restreints. Après mon contrat doctoral, je n’ai pas souhaité poursuivre l’enseignement dans le supérieur et j’ai donc intégré l’Education Nationale. J’ai d’abord été mutée sur un poste en lycée à Créteil, puis après seulement un an, j’ai obtenu un poste en section internationale au Lycée international de Lyon, où je suis actuellement toujours titulaire. En parallèle, j’ai assuré et j’assure encore des khôlles en CPGE et j’ai donné des cours en khâgne à Paris pendant un an. J’ai également participé à un « workshop » avec le LERMA et UC Berkeley ces deux dernières années, et je rédige actuellement un article pour une revue universitaire.

Le doctorat vous aide-t-il dans votre métier actuel ?

Le doctorat m’aide dans une moindre mesure au quotidien. Il me donne une certaine expertise en littérature, mais cette expertise est largement sous-exploitée car, pour des raisons complexes et internes à mon établissement (et non liées à mes compétences), on ne m’a toujours pas attribué de cours en section internationale. Néanmoins, j’enseigne la nouvelle spécialité LLCE anglais en première, et je sais que mon doctorat est un atout pour obtenir un poste en CPGE assez rapidement.

Poursuivez-vous des activités de recherche ?

Un peu, mais c’est assez difficile car l’enseignement dans le secondaire est très chronophage. Depuis ma soutenance de thèse, j’ai fait trois communications et je suis en train d’écrire un article.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un étudiant qui projette de s’inscrire en doctorant en études anglophones ?

Je dirais qu’il faut éviter de se disperser dans trop de projets, d’articles, de communications… Il faut rester régulier dans son travail de recherche, commencer à rédiger dès la première année et soumettre des articles ou communications qui pourront être réutilisées presque tels quels dans la thèse.