Compte-rendu Doctoriales et Assemblée Générales du congrès 2020

Les Doctoriales

C’est avec grand plaisir que nous avons organisé et accompagné les doctoriales 2021, virtuelles par nécessité, en lieu et place du congrès de Tours. Vous avez été nombreux à répondre au rendez-vous zoomesque, et nous vous en remercions.

Au cours de cette demi-journée (si courte !) nous avons eu le plaisir d’entendre Adèle Combes et Colin Lemée nous parler de la santé mentale des doctorants, l’une pour l’association Vie de Thèse et l’autre pour le collectif Doctopus. Ils nous ont exposé les résultats de leurs enquêtes respectives. L’enquête de Vie de Thèse portait sur la qualité de vie en doctorat, et plus précisément sur les questions, entre autres, de violences psychologiques et sexuelles. Celle de Doctopus portait sur la santé mentale et la satisfaction au travail, l’occasion d’explorer en profondeur le sentiment de culpabilisation et le syndrome de l’imposteur. Les chiffres qu’ils ont présentés sont certes glaçants, mais nous espérons qu’à travers vos échanges et vos questions, vous avez pu trouver un certain soutien, et surtout, réaliser que nous sommes tous ensemble dans cette situation et que nous lutterons ensembles. Rappelons ces paroles de Colin ; agissez aussi tôt que possible (ce n’est effectivement pas toujours facile) et surtout protégez-vous ! Ne restez pas isolé.e dans une situation ambiguë.

Nous avons ensuite eu le plaisir d’entendre Simon Grivet, historien du droit et de la justice aux Etats-Unis à l’université de Lille, lequel nous a présenté le Wiki section 11, un outil pour davantage de transparence dans les sélections de MCF, que nous espérons voir étendre également aux sélections de PRAG et d’ATER. Nous le remercions chaudement pour cette démarche courageuse, qui bénéficie à tous.

Enfin, la dernière présentation de la demi-journée fut celle de Vanessa Bonnet, professeure agrégée d’anglais, en 3eme année de doctorat à l’université Nice Côte d’Azur, et rattachée au Laboratoire Interdisciplinaire Récit Culture et Société (LIRCES). qui nous présenta une réflexion enthousiasmante sur le nonsense chez Marvin Peake, intitulée “Le nonsense chez Peake : une renaissance qui passe par la transgression.” Nous vous encourageons chaudement à aller lire les articles qu’elle a rédigés, lesquels sont disponibles sur le site du LIRCES. 

Ensuite, et comme de tradition, nous avons utilisé le temps qu’il nous restait afin de prendre vos suggestions pour l’année à venir, notamment pour les prochains thèmes du Vendredi, c’est Ph.D et pour échanger sur nos recherches et nos statuts de doctorant.e.s. Nous espérons vous voir à nouveau nombreux aux journées de septembre !

Par ailleurs, si vous avez raté cette information, le congrès de la SAES 2022 aura lieu à Clermont-Ferrand. Nous travaillerons sur un modèle hybride afin de réunir un maximum d’entre nous, là encore.

L’assemblée générale

L’Assemblée Générale du 60ème Congrès de la SAES s’est tenue le vendredi 04 juin en ligne. Ce rapide résumé se propose de vous faire un compte-rendu des informations ayant trait aux doctorant.e.s de la SAES. 

En ouverture de l’assemblée, la Présidente, Alexandra Poulain, a adressé une pensée particulière aux doctorant.e.s en fin de thèse qui ont dû renoncer à une soutenance publique. Parmi les informations susceptibles de vous intéresser, nous avons noté celles-ci:

  • Les Journées de septembre de la SAES auront lieu les 10 et 11 septembre prochains, en ligne, lors desquelles nous, vos représentantes des doctorant.e.s échangeront (le samedi 11 septembre au matin) avec vous sur vos préoccupations autour du doctorat. 
  • Le prochain Congrès de la SAES aura lieu du 02 au 04 juin 2022 à Clermont-Ferrand autour du thème des Failles, en écho au patrimoine volcanique de la région Auvergne-Rhône-Alpes.
  • De même, le congrès ESSE 2022 aura lieu à Mayence en Allemagne du 29 août au 02 septembre. 

L’Assemblée Générale a également été l’occasion de connaître les heureux et heureuses lauréat.e.s des bourses de recherche de la SAES. Le bureau de la SAES a souhaité rappeler que le nombre de demandes de bourses qu’ils et elles reçoivent, est considérable. Ces demandes font l’objet d’une double évaluation par un membre de la SAES et un membre de l’AFEA. Le bureau a rappelé qu’il était important de fournir un budget précis et plausible de ses activités, en précisant explicitement la somme demandée, et que le projet ne concerne qu’un seul voyage d’étude.

Enfin, le bureau de la SAES étudie la possibilité d’ajouter un.e doctorant.e au bureau, en sus du Collège des Doctorant.e.s. Cette possibilité sera discutée et soumise aux votes probablement au prochain Congrès de la SAES, afin que la nouvelle mesure soit mise en place dans deux ans.

Vendredi, c’est Ph.D : Matériels et Matériaux de thèse (session du 20/11/20)

Les doctorant.e.s de la SAES se sont réunis ce vendredi 20/11 autour du thème « matériel et matériaux de thèse. » Le but était d’aborder une partie importante, transversale et souvent peu explorée du travail de thèse : le matériau même de la thèse : les objets que nous exploitons pour développer notre recherche.

De notre tour de table, il est ressorti que nous travaillons tous sur des matériaux très divers, allant de matériaux disparus (les part books de pièces universitaires), encore en gestation (les témoignages de femmes irlandaises que devra collecter Elisa) ou putatifs (les archives dans lesquelles Etienne espèce trouver des éléments mais inaccessibles pour le moment)  aux matériaux si dense qu’il faut utiliser des logiciels pour le traiter (Sophie, Marie-Pierre pour certaines parties de sa thèse) en passant (et sans que ce soit exclusif) par les matériaux difficiles à trouver dont l’obtention à elle-seule mériterait qu’on leur donne la thèse (Sophie NT et Virginie).

Ces échanges ont été très productifs, car ils ont permis de réaliser que, même si nous travaillons sur des thèmes extrêmement différents, l’approche du matériau était, elle, transposable, et nous pouvions partager nos techniques, nos expériences, nos questionnements et nos réflexions.

De là, nous avons donc échangé sur notre matériel de thèse : tous ces éléments pratiques et essentiels nous permettant de mener à bien notre thèse. Nous en avons tiré une liste d’outils qu’il est utile de partager :

  • Sur les bibliothèques en ligne où télécharger des sources primaires et/ou secondaires:

Archive (matériel très ancien) 

EEBO pour les textes anciens

Le groupe Facebook « bibliothèque solidaire »

  • Sur le style MLA:

https://owl.purdue.edu/owl/research_and_citation/mla_style/mla_formatting_and_style_guide/mla_general_format.html

  • Sur l’usage de logiciels de scanners sur téléphone:

Text Fairy

Camscanner

  • Sur l’analyse de corpus:

logiciel Antconc ou Alceste

analyse de contenu (cf. Laurence Bardin. L’analyse de contenu)

  • Sur les enquêtes de terrain 

Les textes (articles scientifiques) : jstor.org

Il faut rechercher les auteurs principaux dans le domaine concerné 

les entretiens: établir une liste de questions (en coll. avec le directeur/la directrice de thèse);  demander l’autorisation pour enregistrer les entretiens afin de ne pas oublier des points essentiels (ce qui risque d’arriver si on prend des notes à la main)

les questionnaires :

·       quel support? https://www.webquest.fr/ ou en papier 

·       en direct ou par un intermédiaire (si quelqu’un de proche des enquêté.e.s peut faire l’intermédiaire pour partager les questionnaires papier)

l’observation 

  • Bibliographie sur le sujet 

https://areaparis4.files.wordpress.com/2017/01/biblio-enquc3aate-de-terrain.pdf (fourni par le labo junior AREA, Sorbonne Université Lettres) 

Vos représentantes du Collège des Doctorant.e.s de la SAES

Bonjour à tous.tes ! Please scroll down for English.

Les nouvelles élues au Collège des Doctorant.e.s de la SAES sont ravies de se présenter à vous. À nous trois, nous souhaitons vous assurer la meilleure représentation possible, et vous aider à mieux vivre et à valoriser vos travaux de recherche. 

Marie-Pierre VINCENT est en quatrième année à Sorbonne Université (Lettres). Sa thèse, consacrée aux représentations des résistances à la gentrification dans le quartier de Hoxton/Shoreditch à Londres (2008-2019) est encadrée par Claire Charlot. Elle est A.T.E.R. à l’Ecole de Management de Paris 1. 

 

Rhody-Ann THORPE est en troisième année de thèse à l’Université du Littoral et de la Côte d’Opale. Son sujet porte sur les politiques éducatives dans les sociétés postcoloniales à partir des années 40 et la thèse est réalisée sous la direction d’Imelda Elliott. Rhody-Ann est également enseignante à Sciences Po Lille.

 

Gwendoline GUY est en sixième année de thèse à l’université de Paris (Paris 7). Sa thèse porte sur l’influence des pièces universitaires jouées au sein des collèges de l’université de Cambridge au seizième siècle sur l’émergence du théâtre public anglais. Ce travail est encadré par Ladan Niayesh. En parallèle de ces activités de recherche, Gwendoline occupe un poste d’A.T.E.R au sein de la Faculté des Affaires  Internationales de l’Université du Havre.   

————————————————————————————————————

Dear all, 

We, the newly elected representatives of the Collège des Doctorant.e.s de la SAES are very happy and excited to introduce ourselves to you. The three of us aim to defend your interests as best as we can and to assist you in your projects. We would also like to bring visibility to your research. 

Marie-Pierre VINCENT is a fourth-year student at the Sorbonne Université. Her work pertains to the way anti-gentrification resistance has been represented in Hoxton/Shoreditch (London) between 2008 and 2019 and is supervised by Claire Charlot. Marie-Pierre also works as an Assistant Lecturer at Paris I’s school of Management.

Rhody-Ann THORPE is a third-year doctoral student at the Université Littorale de la Côte d’Opale. She is examining higher education policies in postcolonial societies from the 1940s onward and is supervised by Imelda Elliott. In addition to undertaking this ambitious project, Rhody-Ann also teaches at Sciences Po Lille.

Gwendoline GUY is a sixth-year student at the Université de Paris (Paris 7). She is assessing how the plays performed in the University of Cambridge in the sixteenth century influenced the rise of the English Public Theatre and she is supervised by Ladan Niayesh. Gwendoline also teaches as an Assistant Lecturer at the Université Le Havre-Normandie, in the Faculté des Affaires Internationales.

Elections des représentant.e.s du Collège des doctorant.e.s de la SAES

Vous trouverez ici les professions de foi des trois candidates aux élections des représentant.e.s du Collège des doctorant.e.s de la SAES

Marie-Pierre VINCENT (Sorbonne Université)

Chères et chers doctorant.e.s et membres de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur,

Nous sommes appelé.e.s à élire au sein de la SAES, trois nouveaux.elles représentant.e.s des doctorant.e.s. Par la présente et avec plaisir, je vous propose ma candidature. Je suis actuellement en quatrième année de thèse en civilisation britannique à Sorbonne Université (Lettres) sous la direction de la Professeure Claire Charlot et nouvellement ATER à Panthéon-Sorbonne (à la suite de trois ans de contrat doctoral).

Déjà représentante des doctorant.e.s de mon équipe d’accueil (Histoire et Dynamique des Espaces Anglophones, EA 4086), je souhaiterais plus largement m’investir auprès des doctorant.e.s anglicistes, et ayant tout particulièrement à cœur de nous représenter, je me porte aujourd’hui candidate à cette élection.

En conséquence, je m’engage tout d’abord à me montrer disponible et à votre écoute, afin de relayer au mieux vos attentes, vos besoins et vos questionnements quant au doctorat. En ce sens, je souhaite, en collaboration étroite avec les deux autre représentant.e.s qui seront élu.e.s, continuer le travail rigoureux et minutieux de mes prédecesseur.se.s.

Je m’engage ainsi, à participer activement aux Assemblées Générales de la Société et à diffuser les comptes-rendus en ligne. Je m’engage à relayer vos interrogations et vos propositions pour optimiser la communication entre le bureau de la SAES et vous. Je
m’engage également à organiser le bon fonctionnement des Doctoriales lors des Congrès annuels de la Société. Je m’engage enfin à faire vivre le carnet Hypothèses (le Carnet des Doctorant.e.s de la SAES) et la page Facebook du Collège des doctorants de la SAES. Je continuerai, sur les pas de mes prédécesseur.e.s, ainsi à communiquer les annonces d’événements, mais aussi à faciliter l’accès à des ressources utiles pour les doctorant.e.s anglicistes.

En espérant recevoir votre confiance pour vous représenter, Marie-Pierre VINCENT

Rhody-Ann THORPE (Université du Littoral Côte d’Opale)

Chères doctorantes et chers doctorants,

Par la présente lettre, je vous fais part de ma candidature à l’élection des représentants doctorants au Collège de la SAES.

Etudiante en troisième année de doctorat à l’Université du Littoral Côte d’Opale (ULC0) à Boulogne-sur-Mer au sein de l’Unité de Recherche sur l’Histoire, les Langues, les Littératures et l’Interculturel (HLLI 4030), je réalise une thèse en politiques éducatives dans les sociétés post-coloniales.

J’ai déjà eu le plaisir de jouer le rôle de représentant dans des organisations diverses, que ce soit en tant que vice-présidente de l’association des jamaïquains de France, en tant que relai territorial de l’association 100 000 Entrepreneurs ou bien en tant qu’enseignante-référente pour les séjours linguistiques des étudiants de LEA à l’ULCO de 2017 à 2019. En effet, en tant qu’enseignante d’anglais (poste que j’occupe également à Sciences Po Lille depuis Septembre 2019), je connais bien le milieu universitaire notamment au niveau administratif ; et je suis toujours en contact avec les étudiants qui sont à plusieurs stades de leurs études.

Avec mes expériences, je propose donc de :

  • Participer efficacement aux réunions du Collège doctoral et de diffuser les comptes
    rendus.
  • Représenter au mieux de mes capacités les intérêts des doctorants au sein du Collège
    doctoral en étant le relai de vos attentes et demandes
  • Faciliter les contacts inter-doctorants par l’organisation de rencontres physiques et
    virtuels
    Merci de votre soutien.
    Rhody-Ann THORPE
Gwendoline GUY (Université du Havre)

Chères doctorantes et doctorants,

Nous devons, en ce mois de septembre, élire nos représentants au sein du collège des doctorants de la SAES. Ces représentants auront pour devoir de porter la voix des doctorants au sein de la SAES et d’organiser plusieurs évènements clés, tels que les doctoriales en Juin, et la partie des journées de septembre où la parole est donnée aux doctorants pour exprimer leurs besoins et leurs idées.

Actuellement en cinquième année de doctorat, et adhérente de la SAES depuis trois ans, je connais intimement les différents aspects de la vie des doctorant.e.s et suis à même de vous représenter afin de défendre nos intérêts communs et de proposer des projets en adéquation avec les besoins des jeunes chercheurs et chercheuses que nous sommes.

Pour mener à bien mon mandat, je m’engage à :

❖ Me montrer disponible et à l’écoute des doctorants de la SAES, où qu’ils soient.
❖ À participer de manière actives aux réunions et aux prises de décision au sein de la
SAES.
❖ À organiser des doctoriales et des journées thématiques accessibles à tous.
❖ À soutenir les doctorants dans leurs démarches administratives auprès de leurs rectorats
respectifs, comme je le fais déjà au sein du Collectif des Doctorants de Versailles.
❖ À valoriser les prises de parole et à organiser des actions autour de la santé mentale des
doctorants et de leur situation souvent précaire.

En espérant pouvoir vous représenter, veuillez accepter mes salutations les plus cordiales
Gwendoline Guy

Doctoriales 2020 – Renaissance(s)

En raison de la situation sanitaire, le congrès 2020 est reporté à 2021 à Tours.

Programme

09h : Accueil des participants

09h10 : Keynote address « Satisfaction au travail et santé des doctorants« , par Colin Lemée et Adèle Combes, membres des collectifs Doctopus et Vies de thèse.

10h10 : « Le nonsense chez Peake : une renaissance qui passe par la transgression« , Vanessa Bonnet (Université Côte d’Azur – LIRCES)

10h40 : « Du groupe à l’individu : renaissance(s) et occultisme britannique de fin de XIXe siècle« , Anaïs Aledo (Université de Toulon – Babel EA2649)

11h10 : Pause

11h20 : Temps d’échange autour du Collège des doctorant.e.s de la SAES

  • Présentation du carnet de recherche. des doctorant.e.s de la SAES
  • Professions de foi des candidat.e.s à l’élection des représentant.e.s du Collège
  • Élections

Le séjour de recherche d’Emilie Mitran à la Bibliothèque du Congrès

Emilie Mitran est docteure en études anglophones et agrégée d’anglais. Elle enseigne à Aix-Marseille université depuis 2015 et poursuit des recherches sur le monde atlantique et les humanités numériques. Elle s’intéresse aux Révolutions américaine et française, à l’expression et aux représentations de l’identité américaine, ainsi qu’aux écrits privés de témoins européens des révolutions.

J’ai obtenu une bourse de recherche SAES/AFEA en 2017. Grâce à cela, j’ai pu effectuer un séjour en archives d’une semaine à la Bibliothèque du Congrès de Washington pour consulter les documents manuscrits du texte sur lequel je travaillais pour mon doctorat. Ma thèse s’intéressait au journal privé d’une figure de la construction politique de la jeune République américaine, Gouverneur Morris. Ce dernier remplit en effet quatre cahiers de ses notes intimes entre 1789 et 1793, alors qu’il est à Paris et qu’il se retrouve témoin de l’activité révolutionnaire française. Cette consultation était indispensable car une partie de ma thèse visait à étudier, en détail, l’aspect matériel de ces cahiers privés.

Il n’a pas été difficile de localiser les cahiers manuscrits de Morris : tous se trouvent à la Bibliothèque du Congrès qui partage, sur son site, toutes les informations nécessaires quant au contenu de boîtes d’archives relatives à un personnage historique ou un auteur.

Ce travail en archives est intervenu lors de ma troisième année de doctorat ; avant cela, j’étais entrée en contact avec la responsable de la Manuscript Division de la Bibliothèque du Congrès pour obtenir, grâce à un financement de mon laboratoire, le LERMA, une version microfilmée des journaux manuscrits. Comme cette consultation est intervenue en 2017, mes objectifs de recherche avaient eu le temps de mûrir entre ma première et troisième inscription en thèse ; je savais, en me rendant sur place, sur quoi porterait mon examen des manuscrits. Je m’étais préparée une marche à suivre précise pour être sûre de ne rien oublier et de ne pas passer à côté de quelque chose lors de cette consultation exceptionnelle. Il faut en effet savoir que par mesure de protection de ses fonds, la Bibliothèque n’autorise plus la consultation des manuscrits si les documents ont été microfilmés. J’avais insisté sur le caractère essentiel de cette étude des manuscrits pour ma recherche, mais n’ai pu obtenir cette dérogation que grâce au soutien de mon directeur de recherche, Gérard Hugues, et d’une historienne américaine, Melanie R. Miller, qui ont tous deux appuyé ma requête. Après cela, j’ai pu formuler une demande de financement, par la suite acceptée, auprès de la SAES/AFEA.

Une fois sur place, et après une procédure classique d’enregistrement en tant que « lecteur » dans les bureaux d’accueil de la Bibliothèque et la délivrance d’une carte qui permet de s’identifier et de circuler dans les locaux du bâtiment, la consultation des documents se fait en parfaite autonomie, et sans gants ! Pour des documents si précieux et anciens, et auxquels il est si difficile d’accéder, cela peut sembler quelque peu surprenant. Néanmoins, toutes les affaires personnelles du lecteur doivent être entreposées dans un casier dont on conserve la clé avec soi. Quant à l’ambiance de la grande salle de consultation, c’est un endroit particulièrement motivant et agréable ; toutes les personnes présentes sont pleinement absorbées par l’étude de leurs propres boîtes d’archives.

Grâce à ce séjour, j’ai bien entendu pu vérifier ou écarter certaines hypothèses en relation avec le texte étudié, et soulever d’autres questionnements. Cela m’a aussi permis de partager mes recherches et mes interrogations avec les historiens américains travaillant sur place, et tous leurs conseils, ou leurs remarques informelles au cours de ce court séjour auront été bénéfiques dans la construction et l’évolution de ma réflexion par la suite.

Emilie Mitran, Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France

Elections 2020

élections collège doctorants

Les élections sont reportées en septembre et auront lieu par voie électronique. Nous vous tiendrons rapidement informés de l’évolution de la situation.

A l’occasion des doctoriales du 60e congrès de la SAES à Tours le 4 juin 2020, les doctorants de la SAES seront amenés à élire de nouveaux représentants du collège des doctorants. Si vous souhaitez candidater à ces élections, veuillez nous le notifier par un simple message à l’adresse suivante : college.doctorants@saesfrance.org.

Les membres du collège des doctorants sont amenés à préparer les doctoriales qui se tiennent chaque année lors du Congrès de la SAES en juin, ainsi que la réunion des doctorants qui se déroule à la suite des Journées de septembre. Ces deux temps forts constituent une occasion de se former à l’organisation et à la coordination d’événements scientifiques et représentent une expérience particulièrement enrichissante pour tout doctorant !

Doctoriales 2019 – Aix-en-Provence

SAES-2019-AMU-LERMA

Les doctoriales du 59 e Congrès de la SAES ont privilégié les approches méthodologiques et professionnelles de l’exception afin que les interventions puissent concerner le plus grand nombre de doctorants possible. Une quarantaine de doctorants y ont assisté.

Doctoriales-SAES-2019

Nous avons choisi d’inviter deux jeunes docteurs en tant que keynote speakers afin que cette communication soulève des enjeux proches des étudiants qui sont encore en train de préparer leur thèse. Isabelle Licari-Guillaume, jeune MCF à l’Université de Nice, et Caroline Duvezin, docteur et ATER à Poitiers, ont présenté une intervention à deux voix, sur la question des nouveaux champs de recherche en littérature. Respectivement spécialistes de bande dessinée et de fantasy, elles ont souligné la difficulté inhérente à l’exception disciplinaire tout en relevant les avantages. Elles ont également insisté sur la nécessité recourir à des méthodes innovantes – de l’usage des réseaux sociaux à la participation à des conventions traditionnellement réservées aux fans – afin de mener à bien leurs recherches.

La deuxième intervenante, Audrey Cartron, doctorante au LERMA, a communiqué sur l’anglais de la police. Elle a montré comment l’anglais de spécialité relevait d’une forme d’exception au sein de la linguistique, tout en précisant les méthodes nouvelles qu’elle devait déployer pour constituer son corpus. Le troisième intervenant, Dominique Mantelli, doctorant à Normandie Université, a abordé la question de la traduction littéraire comme espace d’exception linguistique et culturel tout en interrogeant les questions de canon littéraire et leurs variations au moment de la traduction.

La seconde partie des doctoriales a été consacrée à un temps d’échange autour du statut des doctorants d’anglais en France. Marion Coste, Louisa Perreau et Amélie Derome ont analysé les résultats d’une enquête menée sur le Comité de Suivi Individuel de thèse. Les doctorants présents ont ensuite soulevé plusieurs points importants, de la difficulté à assister aux formations obligatoires pour ceux qui ont un travail à temps plein, aux irrégularités de certains CSI, jusqu’à la manière d’obtenir des informations sur les financements pour les doctorants non contractuels.