PUBLIER AUX EDITIONS DE L’UNIVERSITE DE LORRAINE

On nous signale la possibilité de soumettre vos projets de publication aux EDUL (Editions de l’Université de Lorraine), et notamment à la série « Mondes anglophones », créée il y a peu et faisant suite à « Regards croisés sur le monde anglophone ». Ci-dessous figure la ligne éditoriale.

Le lien vers le site des EDUL (indiquant notamment les étapes de soumission des manuscrits) est le suivant :

https://editions.univ-lorraine.fr/edul/index

Ligne éditoriale : La série « Mondes anglophones », qui s’inscrit dans la collection « Cultures et civilisations » des EDUL, accueille tous types de travaux en français et en anglais inscrits dans le champ des études anglophones et qui explorent les enjeux de l’interdisciplinarité. Elle porte une attention spécifique mais non exclusive à des domaines tels que le journalisme littéraire, les rapports entre les arts (visuels, plastiques, littéraires…) et l’histoire des idées et des idéologies.

Cette série accueille des monographies, des recueils d’articles et des actes de colloques s’inscrivant dans une réflexion sur l’interdisciplinarité ou faisant appel à une méthodologie interdisciplinaire. Elle est ouverte aux travaux de tous les chercheurs travaillant dans le domaine angliciste. La sélection est faite par le comité éditorial des EDUL.

Pour proposer un ouvrage pour publication, veuillez contacter Stéphane Guy (stephane.guy@univ-lorraine.fr)

Elections des représentant.e.s du Collège des doctorant.e.s de la SAES 2024-2026

Vous trouverez ci-dessous les professions de foi des candidat.e.s aux postes des représentant.e.s du Collège des Doctorants. Les élections des trois nouveaux représentants auront lieu lors du Congrès Annuel de la SAES, à distance, de manière à ce que le plus grand nombre d’entre vous puisse voter.

Profession de foi – Bakis MOUGOU
Chères collègues doctorantes, chers collègues doctorants,
C’est avec détermination que je vous présente ma candidature pour le Collège des
Représentant.e.s des doctorant.e.s de la SAES qui sera renouvelé en juin prochain lors du
Congrès annuel de la SAES.
En tant que doctorante, je comprends pleinement les défis, les aspirations et les besoins qui accompagnent notre parcours académique. Je m’engage à être une voix authentique et dévouée pour représenter les intérêts de l’ensemble des doctorant.e.s de la SAES.
En collaboration étroite avec les deux autres délégué.es du Collège et en coordination avec le Bureau de la SAES, je m’efforcerai d’être le relais efficace des doctorants auprès de l’organisme.
Je suis déterminée à valoriser et à accroître la visibilité des doctorants au sein de la SAES.
Je m’engage à être à l’écoute de vos préoccupations, de vos idées et de vos suggestions.
Je suis convaincue que notre force réside dans notre capacité à collaborer et à échanger, et je suis déterminée à représenter fidèlement vos voix et vos intérêts auprès du bureau de la SAES.
Ensemble, nous pouvons créer un environnement de recherche dynamique et novateur. Je suis impatiente de travailler avec vous tous pour faire progresser notre communauté de jeunes doctorants chercheurs. À faciliter les échanges entre doctorants de différents laboratoires et à offrir un appui réciproque.
Merci de votre considération, et n’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions, des préoccupations ou des idées que vous souhaitez partager.
Amitiés,
Balkis Mougou
Doctorante contractuelle en Etudes Anglophones à CY Cergy Paris Université sous la
direction de Catherine Marshall et Agnès Alexandre-Collier.

Profession de foi – Mélanie Gantier

Chères doctorantes, chers doctorants et chers membres de la SAES,
Je vous présente ma candidature en tant que représentante des doctorant.e.s de la SAES. En effet, je souhaite poursuivre le travail effectué par le Collège doctoral, et participer activement au maintien et développement de notre communauté.
Doctorante en première année au sein du Centre de Linguistique en Sorbonne (CELISO), j’ai
pu découvrir toutes les missions remplies par nos représentantes, notamment à travers l’atelier « Vendredi c’est PHD ». Cet événement mensuel qui permet rencontres et échanges fructueux est selon moi essentiel car il contribue à l’accompagnement des doctorant.e.s, et à la lutte contre le sentiment d’isolement qui peut parfois saisir tout jeune chercheur.se.
Si vous me donnez la chance de pouvoir vous représenter, je m’impliquerai dans le maintien de l’échange et de l’entraide, par exemple à travers la rédaction de la rubrique « Hypothèses », mais aussi l’organisation d’événements comme les Doctoriales. Je m’engage à vous représenter avec dynamisme, notamment en participant aux Assemblées Générales de la SAES afin de vous communiquer toute information vous concernant. Enfin, je souhaiterais également mettre en place avec l’équipe du Collège Doctoral des événements propices à notre collaboration, comme par exemple des sessions de travail à distance.
Sincèrement vôtre,
Mélanie Gantier

Profession de foi – Marine OLLIVARY

Marine OLLIVARY, D2 Normandie Humanité, ERIBIA, Université Caen

Bonjour à tous, bonjour à toutes,

Doctorante en civilisation britannique au laboratoire ERIBIA, au sein de l’Université de Caen Normandie depuis 2022, je soumets, par la présente, ma candidature au collège des représentants et représentantes des doctorants et doctorantes de la SAES.

Déjà représentante au sein de mon École Doctorale (Normandie Humanité NH558), je suis habituée à représenter les intérêts et attentes des doctorants et doctorantes et à essayer de favoriser une ligne de communication claire entre les différents acteurs et actrices de la vie doctorale ainsi qu’entre doctorants et doctorantes. Je propose donc ma candidature afin de continuer un tel travail tout en m’investissant et vous représenter auprès du bureau de la SAES.

Le rôle de d’élue au sein du collège des doctorants et doctorantes est d’animer les activités dédiées à ceux et celles-ci, représenter vos attentes et besoins et faciliter l’échange entre les doctorants et doctorantes et avec le bureau de la SAES et assurer la visibilité de vos travaux et actions. Ma candidature s’accompagne donc des engagements suivants :

– Me rendre disponible et à l’écoute de vos divers besoins, attentes et projets. Je m’engage aussi à nous représenter auprès du bureau de la SAES et ses conseils et à faire remonter et défendre lesdits besoins, attentes et projets.

– Faciliter l’accès des doctorants et doctorantes aux ressources qui sont nécessaires au bon déroulé d’un doctorat et que la SAES peut leur proposer, entretenir les réseaux sociaux et le carnet hypothèse des doctorants et doctorantes de la SAES et favoriser ainsi la visibilité de nos travaux et actions.

– Faciliter la communication entre doctorants et doctorantes à l’aide de rencontres propres à ceux et celles-ci, notamment lors du congrès de la SAES (doctoriales) mais aussi grâce aux rencontres “Vendredi c’est PhD” et autres moments forts de la vie du collège.

Je vous remercie d’avance pour votre lecture et espère votre soutien,

Marine OLLIVARY.

Profession de foi – Chloé GIROUD

Chères et chers doctorant.e.s,
Après avoir validé un Master LLCER Anglais avec mention Très Bien, je me suis présentée aux concours de l’agrégation externe, que j’ai obtenue il y a deux ans. J’ai pour projet de devenir enseignante-chercheuse, et c’est avec cet objectif en tête que j’ai préparé ce concours. Ayant à cœur de réaliser un doctorat dans les meilleures conditions possibles, j’ai postulé à un contrat doctoral, que j’ai également obtenu pour les années 2022-25. Ma thèse s’intitule « S’immerger dans Shakespeare : Nouvelles modalités de jeu au 21ème siècle en France ». Mes recherches sont donc à la croisée de la littérature et des arts de la scène. Depuis l’année dernière, je fais partie des élu.e.s représentant.e.s des doctorant.e.s de mon école doctorale, à l’Université Grenoble Alpes. J’ai donc l’habitude de prendre la parole dans des conseils pour porter la voix des doctorant.e.s. Je me suis également investie dans la vie de mon école doctorale et de mon laboratoire. Soucieuse de rendre compte au mieux des problématiques des doctorant.e.s, je récolte régulièrement des témoignages que je transmets à l’école doctorale. Je me suis aussi investie dans des campagnes d’information, pour là encore jouer mon rôle d’intermédiaire entre l’ED et les doctorant.e.s. Ce mandat se terminera en novembre prochain. Ces dernières semaines, j’ai pu me renseigner auprès d’ Angélina Giret, Sonia Awan et Sophie Tassan sur les diverses missions confiées aux représentant.e.s des doctorant.e.s de la SAES. Ayant déjà organisé plusieurs événements scientifiques au sein de mon laboratoire, je saurai prendre la relève pour les sessions Vendredi c’est PhD, et préparer les Doctoriales du congrès annuel de la SAES. J’ai également l’habitude de créer des sites internet pour les diverses journées d’études que j’ai pu co-organiser. Aussi la gestion du site internet du Carnet des doctorant.e.s de la SAES ne me posera-t- elle aucune difficulté.
C’est avec ce bagage et cette stabilité que je présente aujourd’hui ma candidature au poste
de représentante des doctorant.e.s de la SAES. Tout au long de mon mandat, j’aurai à cœur de porter votre voix et mettrait un point d’honneur à rester à votre écoute.
Veuillez recevoir mes sincères salutations.
Chloé GIROUD

Annuaire postes ATER/MCF

Un site web qui permet de rechercher dans les postes et fiches de postes publiés sur Galaxie et sur le portail de recrutement de l’IMT. La base de données est mise à jour toutes les 6 heures. On peut par exemple rechercher…

  • … les postes d’ATER ou de PRAG à Lyon en Informatique: PRAG ATER +Lyon +Informatique
  • … les postes de géographie qui ne sont pas à Paris: géographie -paris
  • … les postes de mathématiques qui n’ont pas de lien avec l’informatique: mathématiques -informatique

https://sciences.re/postes/

(merci à l’équipe des représentant.es de l’ED131 de Université Paris Cité d’avoir diffuser l’information)

Journées d’études (préparation agrégation)

Journées d’études organisées en coopération par l’ENS-PSL (Département Littératures et langage et UAR 3608 République des savoirs), l’université Paris Nanterre (CREA), Sorbonne Université (VALE), avec le soutien de l’Institut des AmériquesT.S. ELIOT: POEMS

Programme

Vendredi 26 janvier 2024 (amphithéâtre Jaurès, 29 rue d’Ulm) :

11h : Ouverture

11h15–12h30 : Session I 

Hélène Aji (École normale supérieure – PSL) : Mourning: Impossible

Aurore Clavier (Université Paris Cité) : “I will show you fear in a handful of notes” : T. S. Eliot, la culture et la marge

12h30-14h30 : Déjeuner

14h30–15h45 : Session II 

Amélie Ducroux (Université Lumière – Lyon 2) : Surfaces et profondeurs

Olivier Hercend (Université Paris Nanterre) : T.S. Eliot et l’hypocrisie de la lecture

15h45-16h15 : Pause-café.

16h15–17h30 : Session III

Xavier Kalck (Université de Lille) : Hollow, Dry, and Cruel: T.S. Eliot’s Symbolic Tradition

Fiona McMahon (Université Paul Valéry – Montpellier 3) : The ‘intractably unpoetic’: T.S. Eliot’s media sensibility

17h30-18h : Pause-café.

18h-19h30 : Conférence plénière de Marjorie Perloff (Stanford University) Eliot’s Pound Moment: Foreign Citation in The Waste Land (en visioconférence–sous réserve)

Samedi 27 janvier 2024 (salle Dussane, 45 rue d’Ulm) :

9h45–11h : Session IV

Nicholas Manning (Université Grenoble Alpes) : “I am always sure that you understand / My feelings”: Rethinking Emotional Expression and Repression in the Poetry of T. S. Eliot

Clément Oudart (Sorbonne Université) : Eliot and the Paradoxes of Entropy

11h-11h15 : Pause-café

11h15–13h : Session V

Antonia Rigaud (Université Sorbonne nouvelle) : “O O O O that Shakespeherian Rag –”: Popular Entertainment and High Culture in Eliot’s Poetry

Lacy Rumsey (École normale supérieure de Lyon) : “Shape without form”?: Rhythms, Fragments and Wholes in the 1920s

Benoît Tadié (Université Paris-Nanterre) : “The sonnet in 1922: T. S. Eliot, Claude McKay”

13h : Clôture

Inscription obligatoire (des listes doivent être communiquées pour l’accès aux locaux en raison du Plan Vigipirte renforcé):

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdllxXA4gxE6e3tgqkk3YcN4zhS45utHbDEdlwQaNqBeLqe_A/viewform?usp=pp_url

La journée ne sera pas enregistrée: elle donnera lieu à une publication aux presses de la Rue d’Ulm.Il sera possible de la suivre à distance en direct en précisant « distanciel » dans le formulaire d’inscription (un lien vous sera envoyé au plus tard le 25 janvier).

Contact :

Hélène Aji (École normale supérieure PSL)

helene.aji@ens.psl.eu

Renouvellement du Collège des Représentant.e.s des doctorant.e.s 2024-2026

Chères doctorantes, chers doctorants,

Le Collège des Représentant.e.s des doctorant.e.s de la SAES sera renouvelé en juin prochain au Congrès annuel de la SAES.
Les élections se déroulent en ligne, afin que tou.te.s les doctorant.e.s puissent voter, sans avoir besoin d’être sur place.

Nous faisons appel à vos candidatures. Il suffit d’un CV et d’une profession de foi (une page). Vous n’avez pas besoin d’être présent.e au Congrès pour vous présenter aux élections. Nous aurons le plaisir de recevoir vos candidatures, jusqu’au 1er avril 2024, à cette adresse:
college.doctorants.saes@gmail.com

Information importante: Afin de connaître le rôle et les responsabilités de vos élu.e.s, veuillez vous référez à notre page FB et le Carnet Hypothèses. 

Nous restons à votre disposition pour toute information, ou pour toute question, sur la mission de représentant.e des doctorant.e.s de la SAES.

Vendredi, c’est Ph.D : Les outils de la thèse, Zotero and Co… (séance du 20/01/2023)

Les outils utiles à la rédaction de la thèse qui ont été évoqués ce soir (d’autres ressources sont listées dans l’article “Matériaux de thèse”, n’hésitez pas à aller le lire!)

pour la bibliographie

Zotero – des formations existent, soit par le biais des universités, soit sur youtube

pour l’organisation du temps de travail

La méthode Pomodoro

Se dégager du temps dédié à la thèse quand c’est possible

L’application Tello pour lister les tâches et les prioriser

pour la rédaction

Le logiciel Antidote (payant) pour relire et corriger

Maîtriser les feuilles de style de son traitement de texte peut faire gagner du temps sur la mise en page

… cette liste pourra être complétée au fur et à mesure des échanges avec les doctorants…

CFP American Literature and Therapeutic Cultures – Grenoble – 14-16 juin 2023

American Literature and Therapeutic Cultures

International conference at the Maison de la Création et de l’Innovation (MaCI)

Université Grenoble Alpes

14-16 June 2023

in partnership with

The Institut des langues et cultures d’Europe, Amérique, Afrique, Asie et Australie (ILCEA4)

The Institut universitaire de France (IUF)

Organization: Nicholas Manning (UGA/IUF)

This three-day international conference will explore the dynamic forces of attraction and antagonism that exist between literary studies and an array of neglected psychological discourses and practices in the United States from the mid nineteenth century until today, in the light shed by the relatively new concept of therapeutic culture. These exchanges will notably be prolonged on the occasion of the Fifth International Conference of the French Society for Modernist Studies (SEM), entitled Therapeutic Modernisms, which will also take place at UGA in June 2024.

At times seduced by therapeutic conceptions of language, emotion, and the self, while at others violently rejecting them, American literary texts have tended to both reflect and challenge a variety of beliefs forged within therapeutic ideologies. Moreover, since the New Criticism, theoretical models of literature’s relationship to psychology have often been highly restrictive, either banishing psychology altogether or privileging specific therapeutic discourses to the detriment of those emerging from “popular” or “alternative” contexts. Simultaneously, common therapeutic notions—such as emotional intelligence, empathy, or interpersonal communication—are increasingly used in the United States, often in problematic ways, to justify literature’s cultural legitimacy in an age of its perceived devaluation. Such utilitarian justifications must be broached if we hope to take account of literature’s current and future cultural relevance.

In order to explore this terrain, this conference will bring together specialists of American literature and culture, affect studies, and the historical ties between literature and psychology. For indeed, “therapeutic culture” is a far broader field of enquiry than that which has traditionally interested literary scholars in their thinking of the ties between literature and psychology. How are we to understand the fact that literary theorists have commonly focused on a reduced segment of psychological method—such as psychoanalysis—as the privileged locus of encounters between the literary and the psychological, to the exclusion of other therapeutic practices? What vision of the self comes to be emphasized if we analyze literature’s relationship to a variegated spectrum of other “psy” cultures extending from self-help books to alternative health, cognitive behavioral therapies to Gestalt theory, New Age spirituality to narrative medicine? And finally, why has the notion that literature may heal past wounds, improve the self, and provide psychological or spiritual guidance, become ever more disseminated in our contemporary moment, at the same time as literature’s general cultural value is seen to be under threat?

In contrast to other approaches to the literary-therapeutics interaction—and notably those motivated by purely optimistic convictions regarding literature’s healing power—participants to the conference are invited to take a critical view of these historical and contemporary dynamics, questioning the utilitarian vision, in neoliberal societies, of literary texts as a curative apparatus. Counter to initiatives that take a purely positive view of literature’s ties to therapeutic ideologies, papers will also challenge myths of literature as a restorative device, creating new models for analyzing the literature-therapeutics interaction which go beyond the scientific positivism and cultural optimism of many medical humanities initiatives.

Within the parameters of this conference and its subsequent collective editorial ventures, it is not a question of determining literary texts’ place in therapeutic culture—thus instigating a static hierarchy of the type posed by many prior models of literature’s engagements with psychology—but rather of seeing the literary and the therapeutic as two intricated cultural environments, which have never ceased to actively forge one another. Situated at the epicenter of an ever-expanding therapeutic ethos, American literature provides a unique opportunity to interrogate this paradigm. For though notions of the improvement of the self via art was foundational to many aspects of the Victorian moral ethos, it has been in the modern United States—fueled by a unique mixture of capitalistic fervor, cultural optimism, and ideologies of autonomy—that the principle of literature as a curative technology has taken on its most radical forms. The mid nineteenth century has been chosen as this conference’s temporal starting point in order to encompass the immense shifts which occurred before, during and after the American Civil War (1861-1865) in literature’s perceived relations to therapeutic ideals.

The contemporary term “therapeutic culture,” forged in response to overly restrictive definitions of the sphere and influence of psychology, implies a recognition that the therapeutic may be conceived as an entire network of psychological practices and discourses with which the modern self interacts. As invited speakers Timothy Aubry and Trysh Travis have observed in their collection of essays Rethinking Therapeutic Culture: rather than being restricted to a set of curative or remedial strategies, the therapeutic “is best understood not merely as a healing technology, or even a zeitgeist, but rather as a culture, a complex web of shared assumptions, behaviors, and institutions that brings individuals together and shapes their values and ideals”.

It is this broader sense of the therapeutic that this conference seeks to explore. Questioning literary texts’ forceful influence in such a culture will thus encompass not merely the therapist’s couch or the psychiatric hospital, but also, and even above all, extra-institutional loci of psychotherapeutic activity.

The interactions between therapeutic and literary cultures thus run the gamut from welcoming to violently antagonistic. These dynamics traverse a broad spectrum of clinical to non-clinical contexts. Moreover, African-American, Hispanic and Latinx, or queer literatures provide crucial insight into the way therapeutic outlooks have often been primarily accessible to, and weaponized by, privileged groups, rather than those struggling against inequities. In this way, this conference’s goal is to analyze not merely literature “as” therapy, or in its relation to historically privileged discourses such as psychoanalysis, but with regard to literary culture’s extensive interactions with therapeutic cultures as a whole, in a simultaneously transhistorical and transdiscursive perspective.

Confirmed speakers at the conference include Timothy Aubry, Isabelle Blondiaux, Peter Boxall, Beth Blum, Jean-Christophe Cloutier, Thomas Constantinesco, Adam Frank, Martin Halliwell, Michael Jonik, Rachel Greenwald Smith, and Trysh Travis.

Proposals for individual papers, joint panels, and roundtable discussions are invited on the following (non-exclusive) fields of enquiry:

o   the neglected ties between American literary texts and specific psychological disciplines, methods and protocols such as Cognitive Behavioral Therapies, Gestalt, or discourses like self-help

o   the shifting representations of psy cultures, sites, and professionals in American literary texts

o   the depiction of psychotherapy in American fiction, theatre, and even poetics

o   literary authors’ engagement, in both autobiographical and fictionalized texts, with psychotherapeutic experience

o   therapeutic cultures’ contributions to the creation of new literary genres (such as the sanatorium novel)

o   re-readings or novel approaches to the interactions between literature and psychoanalysis, beyond more traditional theoretical frameworks

o   the increasingly widespread cultural trope in the United States and beyond of literature as a “healing” art, including the emergence of clinical practices such as bibliotherapy

o   the potential political and/or aesthetic risks of associating literature with therapeutic aims, both throughout American history and in the present moment

o   paradigms of reception and reader response to the blurring of boundaries between therapeutic and literary discourses

o   etc.

This brief list is merely indicative, and proposals will be considered across a wide range of subjects related to the ties between American literary and therapeutic cultures, in the broadest senses of both of these categories.

Proposals of 300 words maximum for individual papers, and 1000 words maximum for joint panels and roundtable discussions, must be sent for consideration before 31 January 2023 to the following address: nicholas.manning@univ-grenoble-alpes.fr

A response as to the proposal’s acceptance will be given by February 15 2023. 

CFP Revue LISA, Numéro “Jeunesse, Politique et Crise de la Démocratie au Royaume-Uni et aux Etats-Unis”

Appel à contributions pour la revue en ligne LISA sur le thème « Jeunesse, politique et crise de la démocratie au Royaume-Uni et aux Etats-Unis ». Les propositions d’article (maximum 250 mots), en anglais ou en français, sont à adresser à Laëtitia Langlois (laetitia.langlois@univ-angers.fr) avant le 31 janvier 2023. Les articles d’une longueur comprise entre 5000 et 9000 mots devront être soumis avant le 15 juin 2023.

Call for papers for the online journal LISA on the following topic “Young people, politics, and the crisis of democracy in the United Kingdom and the United States”. Submissions for papers in the form of an abstract (maximum 250 words), in English or in French, should be sent to Laëtitia Langlois (laetitia.langlois@univ-angers.fr). The deadline for abstract submission is January 31st, 2023. The full papers (between 5,000 and 9,000 words) will be expected by June 15, 2023.

FRANCAIS

Une étude publiée en 2020 par le Cambridge Centre for the Future of Democracy et intitulée « Youth and Satisfaction with Democracy » soulignait que jamais dans l’histoire la jeunesse n’avait exprimé un tel degré de défiance et de désenchantement vis-à-vis du système démocratique. L’auteur principal de cette étude, Roberto Foa, concluait : “This is the first generation in living memory to have a global majority who are dissatisfied with the way democracy works while in their twenties and thirties”. (Foa, Klassen, Wenger, Rand et Slade, 2020, 5) Parmi les pays les plus affectés par ce phénomène, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Ainsi, deux des plus emblématiques démocraties libérales semblent ne plus être perçues par la jeunesse comme des modèles politiques enthousiasmants mais comme des régimes à bout de souffle qui inspirent méfiance et hostilité vis-à-vis des institutions et des élites. (Torcal et Ramon Montero, 2006) Il est d’autant plus intéressant de se pencher sur ces deux pays en particulier qu’ils sont traversés depuis quelques années maintenant, et notamment depuis 2016 avec d’une part le vote en faveur du Brexit au Royaume-Uni et d’autre part l’élection de Donald Trump comme Président des Etats-Unis, par des crises multiples et variées : crise économique, crise politique, crise identitaire et démographique. A toutes ces crises s’ajouterait donc désormais et par voie de conséquence une crise de la démocratie. L’intérêt pour nous sera de comprendre comment ces crises qui agitent le Royaume-Uni et les Etats-Unis impactent la jeunesse dans son rapport à la politique, à l’engagement citoyen, à la démocratie. Abstention massive et tentation populiste sont souvent citées comme les deux conséquences majeures face à un monde politique qui semble considérablement déconnecté des préoccupations de la jeunesse. Pourtant, si l’on s’intéresse de plus près au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, les constats doivent être nuancés et ces nuances révèlent toute la complexité et la diversité des comportements de la jeunesse vis-à-vis de la chose politique. Si les élections législatives au Royaume-Uni n’intéressent pas la jeunesse, les référendums en revanche ont vu une mobilisation considérable de la part des plus jeunes électeurs, qu’il s’agisse du référendum pour l’indépendance de l’Ecosse en 2014 (où pour la première fois le droit de vote a été accordé aux jeunes à partir de 16 ans) ou du référendum sur la question européenne en 2016 Aux Etats-Unis, la dernière élection présidentielle a vu une augmentation de 11 points de la participation des électeurs de moins de 30 ans par rapport à la précédente élection. Aux élections des mid-terms en octobre 2022, la vague républicaine annoncée par les médias n’a pas eu lieu et les Démocrates ont même réussi à garder le Sénat. La forte mobilisation de la jeunesse très opposée aux lois républicaines liberticides sur la question du droit à l’avortement est une des explications de la bonne résistance du Parti Démocrate. (The Independent, 10 novembre 2022)

Ceci corrobore la thèse soutenue par Aaron Martin dans son ouvrage Young People and Politics, Political Engagement in the Anglo-American Democracies (2012) qui affirme que la jeunesse sait se mobiliser et s’engager lorsqu’elle perçoit les enjeux comme importants, mais que les modalités de l’engagement sont multiples et ne se limitent plus à un bulletin dans l’urne. C’est aussi l’un des arguments que met en avant Sarah Pickard dans son ouvrage Politics, Protest and Young People : Political Participation and Dissent in 21st Century Britain (2019) dans lequel elle développe l’idée d’une nouvelle forme de participation politique, un activisme « Do-It-Ourselves », où les jeunes à leur manière se mobilisent pour faire réagir les classes dirigeantes sur les sujets qui leur tiennent à cœur comme le climat et le réchauffement climatique. C’est cette diversité et cette complexité de l’engagement politique et citoyen de la jeunesse que nous souhaitons explorer dans ce numéro : loin des clichés qui décrivent les jeunes comme politiquement apathiques, quelles formes prennent aujourd’hui et à l’ère des réseaux sociaux les mobilisations des jeunesses britannique et étatsunienne ? De Black Lives Matter à Friday for the Future en passant par la défense du droit à l’avortement, comment la jeunesse s’investit autour des plus importants débats de société de notre époque ?

Les propositions d’articles pourront aborder différents répertoires d’action, qu’il s’agisse par exemple de mobilisations classiques comme la participation électorale ou le militantisme politique, de pratiques infrapolitiques ou de ce qui relève de la politique informelle, la perception qu’ont les jeunes des partis politiques et leur adhésion à des partis. Dans ce cadre, une question figurera au cœur des réflexions : celle du positionnement des jeunes face à qu’il est communément convenu d’appeler « populisme ». L’étude menée par Roberto Foa indique que 48% des jeunes européens ne considèrent plus la démocratie comme « the best form of government» (Foa, Klassen, Wenger, Rand et Slade, 2020, 22) et évoque un phénomène de « democratic disconnect » (Ibid., 10), qui pousse les jeunes à se détourner des offres politiques traditionnelles et à s’intéresser davantage à des projets considérés comme des projets de rupture. En 2016, pourtant, lors des deux grandes victoires de la droite radicale, les jeunes britanniques et étatsuniens ont respectivement et massivement voté contre le Brexit et contre Trump. Le Brexit, encore davantage que l’élection de Donald Trump, s’est caractérisé par une fracture générationnelle entre d’un côté les « millennials », majoritairement favorables à rester dans l’Union Européenne et de l’autre les « boomers » majoritairement décidés à sortir de l’Union Européenne. Là aussi donc la nuance est de rigueur : si les jeunes figurent parmi les premières victimes de la précarité, du chômage, de l’exclusion, ils n’ont pas été les premiers à succomber aux sirènes de l’extrême-droite. Il sera par conséquent intéressant, d’une part, d’analyser les raisons de cette réticence, et d’autre part d’interroger le succès rencontré par Bernie Sanders et Jeremy Corbyn, deux leaders en rupture avec le centre-gauche dominant dans leurs pays respectifs et qui ont rencontré un réel succès auprès des jeunes électeurs, à tel point qu’au Royaume-Uni il fut même question d’une « Corbyn wave ».

Ainsi nous nous pencherons sur l’attitude des jeunes vis-à-vis de la politique pour essayer de comprendre dans quelle mesure les jeunes obéissent – ou non – comme le souligne Anne Muxel « à d’autres modèles et d’autres formes d’expression qui redéfinissent les contenus comme les usages de la citoyenneté aujourd’hui ». (Muxel, 2007) Qu’elles soient engagées, révoltées ou désabusées, les jeunesses britanniques et étasuniennes sont diverses et complexes et au travers de leur étude c’est aussi une réflexion plus large que nous mènerons sur ces deux pays en proie à des turbulences politiques et sociétales majeures.

ENGLISH

A survey published in 2020 by the Cambridge Centre for the Future of Democracy entitled “Youth and Satisfaction with Democracy” reported that never before in history had young people expressed such levels of distrust and disillusionment towards the democratic system. The main author of this global survey, Dr Roberto Foa, concluded: “This is the first generation in living memory to have a global majority who are dissatisfied with the way democracy works while in their twenties and thirties.” (Foa, Klassen, Wenger, Rand, and Slade, 2020, 5) Two countries in particular are most affected by this phenomenon: the United Kingdom and the United States. Thus, two of the most emblematic liberal democracies seem to no longer be perceived as inspiring political models by young people but rather as declining regimes causing suspicion and hostility towards institutions and elites. (Torcal and Ramon Montero, 2006) Focusing on those two countries is all the more interesting as they have recently been both in the throes of multiple crises – economic crisis, political crisis, identity and demographic crisis – since the vote in favour of Brexit on the one hand and the election of Donald Trump on the other. The crisis of democracy would thus be a logical result of those pre-existing crises. Massive abstentionism and populist temptation are often mentioned as two of the most frequent reactions young people may have when they are faced with a political world that seems outrightly disconnected from their concerns and aspirations. Yet, if we take a closer look at the UK and the USA, another reality emerges and reveals all the complexity and diversity of young people’s approach to politics. It is true that general elections hardly appeal to young British voters, but referendums on the other hand – whether it be the 2014 referendum on the question of Scottish independence (where for the first time in history the franchise was lowered to people aged 16) or the 2016 referendum on the European question – young voters’ turnout was astonishingly high. In the United States, there was an increase by 11% in the number of people aged below 30 who took part in the 2020 presidential election. Last October, the midterms election results surprised everyone as the red wave announced by all media did not occur and the Democrats managed to secure the Senate. One of the reasons behind the Democrats’ good results is that young voters massively went to the ballot box to express opposition to the Republicans’ backward policies on the right to abortion. (The Independent, 10 November 2022)

Those figures echo Aaron Martin’s main argument in his book Young People and Politics, Political Engagement in the Anglo-American Democracies (2012) in which he claims that young people do commit themselves when they perceive the gravity of the situation and the stakes resulting from it, but the expressions of this commitment are multiple and no longer simply consist in casting a vote in the ballot box. This is also an argument we can find in Sarah Pickard’s seminal book Politics, Protest and Young People: Political Participation and Dissent in 21st Century Britain (2019)in which she develops the idea of “Do-It-Ourselves” political participation, that is to say a new form of activism where young people in their own ways try to alert politicians on issues such as the climate change and global warming. It is precisely this diversity and this complexity that we propose to tackle in order to go beyond the clichés and stereotypes that describe young people as being politically apathetic and explore the different forms of their political and civic engagement in an age where social media are the overwhelming source of information and communication for young people. From Black Lives Matter to Friday for the Future and defending the right to abort, how do young people show their implication in some of the most momentous debates of our time?

Abstracts can focus on the classic forms of mobilisation such as voting or political activism, infrapolitical practices or informal politics, on how young people perceive and get involved in political parties. In this context, one topic will be of paramount importance: young people and populism. The survey conducted by Dr Roberto Foa showed that 48% of young Europeans no longer consider the democratic system as “the best form of government” (Foa, Klassen, Wenger, Rand, and Slade, 2020, 22) and the survey suggests that there exists a “democratic disconnect” (Ibid., 10), leading young people to move away from traditional forms of politics and get tempted by left-wing or right-wing populism. Yet, interestingly, in 2016 young people in Britain and the US massively voted against Brexit and Trump. The Brexit vote, even more so that the Trump vote, is characterised by a generational divide between the “millennials” on the one hand who massively voted to stay in Europe and the “boomers” on the other hand who, on the whole, were most determined to leave the European Union. Thus, another paradox arises: while young people are the first victims of social exclusion, unemployment, they have not surrendered to the calls of the far right. It will be interesting to explore the reasons for this reluctance but also to explore the major success that two leftist leaders had among young people, namely Jeremy Corbyn in Britain and Bernie Sanders in the US. Those two leaders stand on a far more radical leftist stance than is usual in their respective countries and have known immense popularity among young voters, so much so that in the UK the media talked of a “Corbyn wave”. Thinking about young people’s attitude towards politics will help us understand how they rely – or not – on, as Anne Muxel puts it, “other models or other forms of expression that redefine the contents as well as the practices of today’s citizenship.” (Muxel, 2007) Those other models or other forms of expression will help us get a better insight into the diversity and complexity of young people’s attitudes towards politics and democracy in the UK and the USA, and more largely to try and better understand the major political and societal turbulences those two countries are going through.

Bibliographie

BOWDEN John, “’Thank you Gen Z!’ How young voters saved the Democrats”, The Independent, 10 novembre 2022. ‘Thank you Gen Z!’ How young voters saved the Democrats | The Independent, consulté le 15 Novembre 2022.

FOA Roberto, KLASSEN A., WENGER D., RAND A. et SLADE M., “Youth and Satisfaction with Democracy: Reversing the Democratic Disconnect?”, Cambridge Centre for the Future of Democracy, 2020, p. 5. youth_and_satisfaction_with_democracy.pdf (cam.ac.uk), consulté le 22 mars 2022.

MARTIN Aaron, Young People and Politics, Political Engagement in the Anglo-American Democracies, Londres, Routledge, 2012.

MUXEL Anne, « Les jeunes et la politique », in Pascal PERRINEAU et Luc ROUBAN (eds.), La Politique en France et en Europe, Paris, Presses de Sciences Po, 2007, p. 123-153.

PICKARD Sarah, Politics, Protest and Young People: Political Participation and Dissent in 21st Century Britain, New York, Palgrave Macmillan, 2019.

TORCAL Mariano et Ramon Montero José (eds.), Political Disaffection in Contemporary Democracies: Social Capital, Institutions and Politics, Londres, Routledge, 2006.

CFP JOURNEES INTERNAIONALES DE LINGUISTIQUE DE CORPUS GRENOBLE 2023

11es Journées Internationales de Linguistique de Corpus (JLC2023) 3-6 juillet 2023, Grenoble

Appel à communications

https://jlc2023.sciencesconf.org/

Lancées en 2001 par Geoffrey Williams à l’université de Lorient-Bretagne Sud, les Journées Internationales de Linguistique de Corpus (JLC) réunissent régulièrement la communauté interdisciplinaire dont l’objet de recherche porte sur les corpus linguistiques. Après sept éditions, puis un passage à Orléans en 2015, elles s’installent à Grenoble en 2017 puis 2019, et pour cette nouvelle édition en 2023. Elles sont co-organisées par le Laboratoire LIDILEM (UGA) et d’autres laboratoires de l’UGA (ILCEA4, LIG, Litt&Arts) et d’universités partenaires (Lyon, Montpellier, Toulouse) : DDL, ICAR, Praxiling, CLLE.

Conférencier.e.s. invité.e.s : Florence Mourlhon-Dallies (Université Paris Cité) + 2e conférencier à venir

Les JLC2023 ont pour vocation de rassembler une communauté autour d’approches variées, aussi bien du point de vue méthodologique que disciplinaire. Elles s’attachent à mener une réflexion sur la linguistique de corpus et à contribuer à l’évolution des pratiques scientifiques dans ce domaine. Ces journées visent ainsi à créer des passerelles entre différentes approches des corpus numériques.

Dans la lignée des précédentes conférences, les JLC2023 proposeront, durant trois jours, des présentations scientifiques, des conférences invitées et des sessions de poster et discussions entre les participants. Des sessions de formation aux outils et à l’exploitation des corpus, particulièrement pour des objectifs didactiques, seront proposées. Les participant.e.s sont invité.e.s à confronter leurs outils et leurs expériences et à présenter leurs résultats, dans tous les champs dans lesquels l’utilisation des corpus est présente.

Cette édition des JLC mettra un focus particulier sur corpus et didactique. Une partie des journées sera spécifiquement dédiée à cette thématique. On attend ainsi pour celle-ci des propositions de communication qui montrent et questionnent l’utilisation de corpus dans l’enseignement, qu’il

s’agisse de retours d’expérience, d’exposé des démarches et approches méthodologiques, pour des publics variés, aussi bien que de points de vue plus théoriques…

Ces journées ne se limiteront pas à cette thématique et restent accueillantes pour toutes sortes de contributions autour des corpus écrits, oraux ou multimodaux, qui pourront concerner, de manière non exhaustive :

1.  Approches linguistiques et corpus

2.  Méthodes et outils

3.  Variations, genres, discours

4.  Applications et usages des corpus : formation, traduction, terminologie…

La présentation des contributions en français ou en anglais ne dépassera pas 3 pages (hors références bibliographiques et figures). Les soumissions anonymes seront déposées via le système SciencesConf pour une évaluation par deux relecteurs. À côté des communications classiques, il sera possible de proposer une démonstration (mêmes modalités de soumission).

Une proposition de publication en ligne est envisagée à l’issue de la conférence.

Calendrier :

1.    Diffusion de l’appel : début novembre 2022

2.    Date-limite de réception des soumissions : 3 février 2023

3.    Notification aux auteurs : Mi-avril 2023

4.    Version définitive de la soumission : 19 mai 2023

5.    Inscriptions : mai 2023

11th International Conference on Corpus Linguistics 3-6 July 2023, Grenoble

Call for Papers

https://jlc2023.sciencesconf.org/

The International Conference on Corpus Linguistics (JLC), founded by Geoffrey Williams in 2001 at the University of South Brittany, Lorient, France, regularly draws together an interdisciplinary community whose research focus is corpus linguistics. After seven gatherings in Lorient and an interlude in Orleans in 2015 (8th International Conference on Corpus Linguistics), the conference alighted in Grenoble in early July 2017 and in November 2019, organized by the LIDILEM Laboratory with contributions from LIG, ILCEA4, Litt&Arts and the MSH-Alpes. Université Grenoble Alpes is honored to host this international conference again from July 3rd to July 6th 2023. The JLC’23 is organized in collaboration with other labs from French universities based in Lyon, Montpellier and Toulouse: DDL, ICAR, Praxiling, CLLE.

JLC’23 aims to bring together a community that adopt various approaches, be they methodological or disciplinary, to promote corpus linguistics and to contribute to the evolution of practices in the field by building bridges between different approaches to digital corpora. Participants are invited to share and compare their knowledge of tools, experiences and findings.

In the tradition of previous conferences, the JLC’23 in Grenoble will offer three days of presentations, conferences by guest speakers and discussion sessions among the participants. Practical workshops on tools and methods will be organized over a half day.

The conference will particularly focus on corpora for teaching and learning and a number of slots will be dedicated to/cover this theme. We especially encourage papers that show and question the uses of corpora in teaching and learning. We welcome presentations and posters be they feedback on field experience, presentations of methodological approaches for various audiences, or more theoretical points of view…

Contributions within the fields of written, oral and multimodal corpora are also welcome on any topic relevant to corpus linguistics including but not limited to:

1.  Linguistic approaches to corpora

2.  Methods and tools

3.  Variations, genres, and discourse

4.  Applications and uses of corpora for teaching and learning, translation, terminology, etc.

Guest speakers include: Florence Mourlhon-Dallies (Université Paris Cité) + another to be confirmed

Participants may submit a proposal for a paper presentation or for the presentation of a tool. Proposals can be in French or in English and should not exceed three pages (not including figures or references) and must be anonymous. They will be peer-reviewed by members of the scientific board. JLC2023 will adopt the SciencesConf system to manage communication proposals. In addition to paper presentations, you may also propose the presentation of a digital tool (identical submission guidelines).

Publication: following the conference, authors are welcome to submit an article. All papers will be peer-reviewed and published online.

Timetable:

1.                  First CFP: November 2022

2.                  Submission deadline: Friday February 3rd 2023

3.                  Notification of acceptance: Mid-April 2023

4.                  Final submission version: Friday May 19th 2023

5.                  Registration begins: May 2023

logo UGA

Vendredi, c’est Ph.D : Matériels et Matériaux de thèse (session du 20/11/20)

Les doctorant.e.s de la SAES se sont réunis ce vendredi 20/11 autour du thème « matériel et matériaux de thèse. » Le but était d’aborder une partie importante, transversale et souvent peu explorée du travail de thèse : le matériau même de la thèse : les objets que nous exploitons pour développer notre recherche.

De notre tour de table, il est ressorti que nous travaillons tous sur des matériaux très divers, allant de matériaux disparus (les part books de pièces universitaires), encore en gestation (les témoignages de femmes irlandaises que devra collecter Elisa) ou putatifs (les archives dans lesquelles Etienne espèce trouver des éléments mais inaccessibles pour le moment)  aux matériaux si dense qu’il faut utiliser des logiciels pour le traiter (Sophie, Marie-Pierre pour certaines parties de sa thèse) en passant (et sans que ce soit exclusif) par les matériaux difficiles à trouver dont l’obtention à elle-seule mériterait qu’on leur donne la thèse (Sophie NT et Virginie).

Ces échanges ont été très productifs, car ils ont permis de réaliser que, même si nous travaillons sur des thèmes extrêmement différents, l’approche du matériau était, elle, transposable, et nous pouvions partager nos techniques, nos expériences, nos questionnements et nos réflexions.

De là, nous avons donc échangé sur notre matériel de thèse : tous ces éléments pratiques et essentiels nous permettant de mener à bien notre thèse. Nous en avons tiré une liste d’outils qu’il est utile de partager :

  • Sur les bibliothèques en ligne où télécharger des sources primaires et/ou secondaires:

Archive (matériel très ancien) 

EEBO pour les textes anciens

Le groupe Facebook « bibliothèque solidaire »

  • Sur le style MLA:

https://owl.purdue.edu/owl/research_and_citation/mla_style/mla_formatting_and_style_guide/mla_general_format.html

  • Sur l’usage de logiciels de scanners sur téléphone:

Text Fairy

Camscanner

  • Sur l’analyse de corpus:

logiciel Antconc ou Alceste

analyse de contenu (cf. Laurence Bardin. L’analyse de contenu)

  • Sur les enquêtes de terrain 

Les textes (articles scientifiques) : jstor.org

Il faut rechercher les auteurs principaux dans le domaine concerné 

les entretiens: établir une liste de questions (en coll. avec le directeur/la directrice de thèse);  demander l’autorisation pour enregistrer les entretiens afin de ne pas oublier des points essentiels (ce qui risque d’arriver si on prend des notes à la main)

les questionnaires :

·       quel support? https://www.webquest.fr/ ou en papier 

·       en direct ou par un intermédiaire (si quelqu’un de proche des enquêté.e.s peut faire l’intermédiaire pour partager les questionnaires papier)

l’observation 

  • Bibliographie sur le sujet 

https://areaparis4.files.wordpress.com/2017/01/biblio-enquc3aate-de-terrain.pdf (fourni par le labo junior AREA, Sorbonne Université Lettres) 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search