Programme des Doctoriales – Congrès de la SAES – Nancy 2024

Organisées par Sonia Awan, Sophie Tassan et Angélina Giret (Bureau du Collège des Doctorants de la SAES).

Co-organisées par Eleanor Parkin-Coates, Ludovic Dias, Rosa Djedi, Manon Küffer, Aude Martin, Pauline Schwaller et Marine Soubeille (Université de Lorraine).

En présence de Sandrine Sorlin, Vice-Présidente SAES en charge des affaires scientifiques.

9h Mot d’accueil Doctoriales 2024

Session 1 : Frontières poreuses, frontières mouvantes…quand on se joue de la frontière

Modération : Sonia Awan (Université Sorbonne-Nouvelle) et Pauline Schwaller (Université de Lorraine).

9h10 Eleanor Parkin-Coates – Beyond Artistic Boundaries: George Cruikshank as a Public Figure

9h25 Valentine Porcile – Hybridité, fluidité et porosité : les enjeux critiques, esthétiques et écologiques des récits bleus du monde anglophone

9h40 Lena Kervan – L’écocritique empirique : quel déplacement des frontières pour les études littéraires ?

9h55 Victoria Robert – Pour une approche transdisciplinaire de la quête spirituelle : le « je » phénoménologique comme prisme de l’expérience incarnée 

Discussion10h10-10h25

Pause 10h25-10h40

Session 2 : Aller au-delà des frontières

Modération : Angélina Giret (Université Le Havre Normandie) et Aude Martin (Université de Lorraine).

10h40 Chen Minghao – La traduction des termes dans Le Problème à Trois Corps du point de vue de la terminologie cognitive

10h55 Noelle Romney – Traductions et traducteurs de la littérature anglophone dans les espaces de la sociabilité littéraires du Paris de l’entre-deux-guerres : librairies et salons, réseaux et revues

11h10 Hélène Weens – WWI British Nurses in the North of France: Language, a Tool to Adapt to a New Culture?

11h25 Laurent Panetta – Crossing the border of reality in E. M. Forster’s ‘The Machine Stops’, ‘Story of a Panic’, ‘Celestial Omnibus’ and ‘The Other Side of the Edge’

11h25-12h Discussion et clôture des Doctoriales

Annuaire postes ATER/MCF

Un site web qui permet de rechercher dans les postes et fiches de postes publiés sur Galaxie et sur le portail de recrutement de l’IMT. La base de données est mise à jour toutes les 6 heures. On peut par exemple rechercher…

  • … les postes d’ATER ou de PRAG à Lyon en Informatique: PRAG ATER +Lyon +Informatique
  • … les postes de géographie qui ne sont pas à Paris: géographie -paris
  • … les postes de mathématiques qui n’ont pas de lien avec l’informatique: mathématiques -informatique

https://sciences.re/postes/

(merci à l’équipe des représentant.es de l’ED131 de Université Paris Cité d’avoir diffuser l’information)

Appel à candidatures pour les bourses Humanistica (bourses individuelles et bourses à événements scientifiques)

L’association Humanistica lance son appel à candidatures pour ses bourses 2024.

  • Des bourses individuelles (Maximum 750€ par bourse)

Ces bourses sont destinées à soutenir ponctuellement des chercheur.se.s en contrat précaire, sans emploi ou sans mode de rémunération, pour financer l’organisation d’activités scientifiques, le développement d’outils, solutions ou jeux de données, une formation, ou encore une mobilité, dans le cadre d’un projet en humanités numériques au sein de ou sur la francophonie.

Elles peuvent également aider à financer les frais de déplacement et d’hébergement pour assister au colloque de l’association qui aura lieu en mai 2024 à Meknès, au Maroc.

Elles sont ouvertes aux étudiant.e.s à partir du niveau master ainsi qu’aux chercheur.se.s plus confirmé.e.s.

  • Des bourses à évènement scientifiques (Maximum 1500€ par bourse)

Le principal critère d’attribution de la bourse est la qualité scientifique de la manifestation. Un intérêt particulier sera porté aux propositions de chercheurs en début de carrière, aux manifestations se tenant hors des lieux de manifestations habituels ou touchant de nouveaux publics ainsi qu’aux formats innovants. 

Calendrier de l’appel :

  • Candidatures à envoyer avant le 20 février 2024
  • Publication des résultats : 20 mars 2024
  • Réalisation du projet : jusqu’au 31 novembre 2024

Pour tout renseignement, veuillez consulter les pages suivantes https://www.humanisti.ca/bourse-individuelle-humanistica/ et https://www.humanisti.ca/bourse-a-evenements-scientifiques/ ou nous contacter à humanisticadh@gmail.com.

Lancement du Prix Jeunes Talents France L’Oréal-UNESCO 2024 Pour les Femmes et la Science

La Fondation L’Oréal, en partenariat avec la Commission nationale française pour l’UNESCO et l’Académie des sciences, est heureuse de vous annoncer l’ouverture de l’appel à candidature de l’édition 2024 du programme Jeunes Talents France L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science.

Créé en 2007, ce programme a pour objet de révéler et récompenser de jeunes chercheuses talentueuses. A ce jour, 405 jeunes femmes ont bénéficié d’une dotation L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science. 

Cette année encore, la Fondation L’Oréal remettra 35 dotations en France, dont 5 au minimum seront dédiées à des chercheuses effectuant leurs travaux de recherche dans les Outre-mer.

  • –                 d’un montant de 15 000 € chacune à des doctorantes,
  • –                 d’un montant de 20 000 € chacune à des post-doctorantes.

Plus d’informations sur le site:

https://www.forwomeninscience.com/challenge/show/87

Séminaire doctoral en didactique

Une annonce de la part de Claire Tardieu, que nous relayons ici.

Chères et chers doctorants,

Si vous êtes intéressé.e.s par mon séminaire doctoral, il vous suffit de m’adresser une demande par mail et je vous inscrirai. Il n’y a aucun frais d’inscription. Ce séminaire a été conçu entièrement en visioconférence après une rencontre avec le collège des doctorants en 2017 où avait été signalée la difficulté pour de nombreuses doctorantes  et doctorants en didactique de participer à ce genre de formation en raison de leur travail et/ou de leur éloignement des centres universitaires.

Soyez les bienvenu.e.s ! Et tous mes meilleurs voeux pour 2024.

Titre du séminaire : La recherche en didactique des langues : épistémologie et méthodologie

Descriptif du séminaire :

Le séminaire s’adresse principalement aux doctorant.e.s en didactique des langues. Il vise à les aider à construire leur objet de recherche en l’inscrivant dans un cadre théorique précis, à définir les concepts utiles, et à s’interroger sur les options méthodologiques les plus appropriées.

Il prend appui sur des ouvrages et articles du domaine et permet d’étayer les cadrages théorique et méthodologique et de clarifier le positionnement du chercheur.

Chaque séance comporte une première partie d’acquisition de connaissances autour de documents-ressources et une deuxième partie qui fait le lien avec le travail de recherche spécifique à chaque doctorant.e.

Modalités : Séminaire à distance (visioconférences) sur ce lien permanent : https://meet.google.com/rsp-gvdk-hgz

4 séances de 2h au S2, le lundi soir, de 18h à 20h : 29 janvier, 05 février, 4 mars, 11 mars.

·      Séance 1 :

o   Se positionner en tant que chercheur 

o   Construire son objet de recherche

·      Séance 2 :

o   Concevoir son plan de thèse

o   Connaître les théories de référence et choisir son cadre théorique

·      Séance 3 :

o   Apprendre à présenter sa recherche (résumé/abstract ; ma thèse en 180 secondes, etc.)

o   Présenter sa recherche

·      Séance 4 :

o   Choisir les outils méthodologiques

o   Comparer des logiciels

Équipement souhaité (par exemple vidéoprojecteur) :

Les participants doivent disposer d’une connexion Internet adéquate

Créneaux horaires/ jours/ semaines  :

4 séances de 2h au S2, le lundi soir, de 18h à 20h : 29 janvier, 05 février, 4 mars, 11 mars.

Claire Tardieu

Professeur de didactique de l’anglais

Présidente du collège de spécialistes 11è sectionResponsable de l’axe didactique au sein de Prismes-Sesylia EA 4398

Présidente du conseil scientifique du GIS RREEFOR et responsable de l’axe 3

Monde anglophone

UFR LLCSE

Université Sorbonne Nouvelle

Journées d’études (préparation agrégation)

Journées d’études organisées en coopération par l’ENS-PSL (Département Littératures et langage et UAR 3608 République des savoirs), l’université Paris Nanterre (CREA), Sorbonne Université (VALE), avec le soutien de l’Institut des AmériquesT.S. ELIOT: POEMS

Programme

Vendredi 26 janvier 2024 (amphithéâtre Jaurès, 29 rue d’Ulm) :

11h : Ouverture

11h15–12h30 : Session I 

Hélène Aji (École normale supérieure – PSL) : Mourning: Impossible

Aurore Clavier (Université Paris Cité) : “I will show you fear in a handful of notes” : T. S. Eliot, la culture et la marge

12h30-14h30 : Déjeuner

14h30–15h45 : Session II 

Amélie Ducroux (Université Lumière – Lyon 2) : Surfaces et profondeurs

Olivier Hercend (Université Paris Nanterre) : T.S. Eliot et l’hypocrisie de la lecture

15h45-16h15 : Pause-café.

16h15–17h30 : Session III

Xavier Kalck (Université de Lille) : Hollow, Dry, and Cruel: T.S. Eliot’s Symbolic Tradition

Fiona McMahon (Université Paul Valéry – Montpellier 3) : The ‘intractably unpoetic’: T.S. Eliot’s media sensibility

17h30-18h : Pause-café.

18h-19h30 : Conférence plénière de Marjorie Perloff (Stanford University) Eliot’s Pound Moment: Foreign Citation in The Waste Land (en visioconférence–sous réserve)

Samedi 27 janvier 2024 (salle Dussane, 45 rue d’Ulm) :

9h45–11h : Session IV

Nicholas Manning (Université Grenoble Alpes) : “I am always sure that you understand / My feelings”: Rethinking Emotional Expression and Repression in the Poetry of T. S. Eliot

Clément Oudart (Sorbonne Université) : Eliot and the Paradoxes of Entropy

11h-11h15 : Pause-café

11h15–13h : Session V

Antonia Rigaud (Université Sorbonne nouvelle) : “O O O O that Shakespeherian Rag –”: Popular Entertainment and High Culture in Eliot’s Poetry

Lacy Rumsey (École normale supérieure de Lyon) : “Shape without form”?: Rhythms, Fragments and Wholes in the 1920s

Benoît Tadié (Université Paris-Nanterre) : “The sonnet in 1922: T. S. Eliot, Claude McKay”

13h : Clôture

Inscription obligatoire (des listes doivent être communiquées pour l’accès aux locaux en raison du Plan Vigipirte renforcé):

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdllxXA4gxE6e3tgqkk3YcN4zhS45utHbDEdlwQaNqBeLqe_A/viewform?usp=pp_url

La journée ne sera pas enregistrée: elle donnera lieu à une publication aux presses de la Rue d’Ulm.Il sera possible de la suivre à distance en direct en précisant « distanciel » dans le formulaire d’inscription (un lien vous sera envoyé au plus tard le 25 janvier).

Contact :

Hélène Aji (École normale supérieure PSL)

helene.aji@ens.psl.eu

Prix du Mémoire de Master de la Société Française Shakespeare

La Société Française Shakespeare attribue chaque année un prix de Mémoire de Master dans le but de promouvoir la recherche des jeunes
chercheurs sur Shakespeare, sa réception et/ou sa période (XVIe-XVIIe siècles).

Le/la lauréat.e sera invité.e à publier son mémoire sur le site de la SFS et bénéficiera d’une adhésion gratuite à la SFS pendant 3 ans.

Les candidatures feront l’objet d’une double évaluation anonyme, avant d’être examinées par le bureau de la SFS en amont du congrès annuel,
moment où le prix sera remis.

Conditions d’éligibilité :

Avoir soutenu son mémoire de Master 1 ou de Master 2 en 2022 ou 2023 (cette ouverture aux deux années précédentes permet à ceux qui
n’auraient pas eu connaissance du prix à temps de candidater).

Ne pas avoir déjà soumis le même mémoire pour l’édition 2023 du prix.

Le mémoire doit obligatoirement porter sur un sujet de littérature ou de civilisation concernant le XVIe ou le XVIIe siècle, ou encore sur tout
aspect de l’œuvre de Shakespeare, y compris sa réception à travers les âges.

Réception des candidatures :

Les directeurs.trices de mémoire feront parvenir un PDF et une version Word (pour l’anonymisation) du mémoire avant le 15 décembre 2023 dernier délai par voie électronique uniquement, à la présidente christine.sukic@univ-reims.fr et à moi-même: chantal-schutz@orange.fr

Si les rapporteurs l’exigent, un à deux exemplaires papier du mémoire pourront être demandés.

Call for papersUrban Transformations and Marginalisation in Contemporary India: Social Practices and Cultural RepresentationsOne day symposium

15 February 2024

University of Strasbourg
Organisers:Marianne Hillion (SEARCH, University of Strasbourg)Arnaud Kaba (LINCS, University of Strasbourg / LAVUE, Université Paris 8)

(Scroll down for French)

    In the last decade, the continued rule of the Hindu nationalist regime has had two major consequences on urbanisation processes in India: on the one hand, the strengthening of neo-liberal policies of urban development, and on the other, the increased marginalisation of minority populations in the urban space, affected unequally according to their caste and religion. The political, economic and social tensions generated by these reconfigurations of urban space are at the heart of contemporary Indian literary and cultural production. This study day aims to analyse the processes of urban marginalisation at work in contemporary India by bringing together the social sciences and cultural studies. Our premise is that they are two distinct but complementary lenses through which to understand these transformations.

    We would like to examine first the ways in which neoliberal logics of urban commodification relate to processes of urban marginalization that are specific to India’s national context. In what way do these contemporary urban transformations extend pre-existing dynamics between social classes, castes and religious communities in India?

    To exemplify this first line of thought, it should be noted that the predation of working-class housing by land deals goes back a long way, the iconic case being the closure of the cotton mills in Bombay in 1982 in favour of property investments (Heuzé 1989, Menon, Adarkar 2004, Mhaskar 2012). The construction and management of urban infrastructure by public-private partnerships (Bon, 2015, Zérah 2020) dates back to liberalisation in 1991 and even to the late 1980s (Ruet, Tawa-Lama-Rewal, 2012), while the destruction of informal settlements in the name of urban modernisation and hygiene can be traced back to the colonial period (Gooptu 2001). On the other hand, the urban “ghettoization” of Muslims (Gayer, Jaffrelot 2012, Mhaskar, 2018) also began long before the nationalists came to power: it emerged even before independence, with infamous milestones, such as the 1992-1993 pogroms in Bombay (Heuzé 2000, Mhaskar 2018) or the Gujarat pogroms in 2002 (Thomas 2018). However, these trends have undeniably accelerated in recent years: evictions intensified in Delhi in the context of the 2012 Commonwealth Games (Dupont 2011) and more recently in connection with the G20 Summit held in Delhi in September 2023. At the same time, the cronyism of urban development policies carried out by the BJP (Routray, 2022, Auerbach, Tachil, 2023), coupled with a renewed emphasis on religious symbols, seem to give impoverished Hindu populations a certain right to the city and are leading to a breakdown in the alliance between Muslims and Dalits.

    A second line of thought will consist in probing the ways in which Indian writers and artists, many of whom are interested in processes of urban marginalisation (Khanna 2016, Chakravorty, Al-Wazedi 2017), address them and shed light on the ruptures and continuities at work in the definition of urban space.

In the contemporary literary landscape, social realist fiction seems to prevail, and we are also witnessing the success of literary forms such as the committed essay or literary reportage, which tackle head-on the rise of Hindu nationalism and its consequences on the occupation of urban space, particularly for Muslim workers. However, non-realistic forms (ranging from dystopian novels to science fiction) are increasingly dealing with these issues (Tickell 2015, Chakravorty 2015), in particular that of segregation –as in the recent novels of Prayaag Akbar or Samit Basu–, a pessimistic futurism that some critics already saw in 2010 as an aesthetic and political dead end (Sundaram 2010), while others see these narrative modes as powerful creative vehicles for protest. The various forms of documentary cinema raise similar questions: Ranu Ghosh’s Quarter Number 4/11, for example, deals with the predation of working-class housing in Kolkata in a realist fashion, while Anamika Haksar’s experimental film Taking the Horses to Eat Jalebis captures the precarious lifestyle of migrant workers in Old Delhi through an aesthetic akin to magic realism.

We welcome proposals looking at the various aesthetic modes used to capture these phenomena of marginalisation and at their critical impact. To what extent do these cultural productions offer a counter-discourse? How do the artists’ social position and language shape their representations of recent transformations in urban space? Are these changes perceived as a break with, or an extension of, previous urban dynamics?

Proposals no longer than 400 words in English should include a title, 4 keywords and the paper’s main argument, and should be sent with a short biography by October, the 31st, 2023 to arnaud.kaba@gmail.com and mhillion@unistra.fr.

References

Adarkar, Neera, Meena Menon. One hundred years, One hundred Voices, The Millworkers of Girangaon : an Oral History. Kolkata, Seagull, 2004.

Akbar, Prayag. Leila.Delhi, Simon & Schuster, 2017.

Auerbach, Adam Michael, and Tariq Thachil. Migrants and Machine Politics : How India’s Urban Poor Seek Representation and Responsiveness, Princeton, Princeton University Press, 2023.

Basu, Samit. Chosen Spirits. Delhi : Simon & Schuster, 2020.

Chakraborty, Madhurima and Umme Al-Wazedi (eds.), Postcolonial Urban Outcasts: City Margins in South Asian Literature. London: Routledge, 2017.

Charkavorty, Mrinalini. “Of Dystopias and Deliriums: The Millennial Novel in India”, in A History of The Indian Novel in English, ed. by Ulka Anjaria. New York: Cambridge University Press, 2015, pp. 267-281.

Gayer, Laurent, Christophe Jaffrelot (eds). Muslims in Indian Cities: Trajectories of Marginalisation. Karachi: Oxford University Press, 2012.

Ghosh, Ranu. Quarter Number 4/11. Streamline Stories, 2011.

Haksar, Anamika. Taking the Horses to Eat Jalebis. Mumbai, Gutterati Productions, 2018. Heuzé, Gérard. La grève du siècle. Paris, L’Harmattan, 1989.

Khanna, Stuti, “Writing the Margins (in English): Notes from Some South Asian Cities”, in South Asian Fiction in English: Contemporary Transformations, ed. by Alex Tickell. London: Palgrave Macmillan, 2016, pp. 103-118

Mhaskar, Sumeet. The Unmaking of the Worker-Self in Post-Industrial Mumbai: a Study of Ex-Millworkers’ Responses to the Closure of Textile Mills in Girangaon. Diss. Oxford University, 2012.

Mhaskar, Sumeet. “Ghettoisation of economic choices in a global city.” Economic & Political Weekly 53.29 (2018): 29.

Routray, Sanjeev. The Right to be Counted: The Urban Poor and the Politics of Resettlement in Delhi. Stanford, Stanford University Press, 2022.

Ruet, Joël, and Stéphanie Tawa Lama-Rewal, eds. Governing India’s Metropolises: Case Studies of Four Cities. London : Taylor & Francis, 2012.

Sundaram, Ravi. “Imaging Urban Breakdown: Delhi in the 1990s”, in Noir Urbanisms: Dystopic Images of the Modern City, ed. by Gyan Prakash. Princeton: Princeton University Press, 2010, pp. 241-260.

Thachil, Tariq. “Elite parties and poor voters: Theory and evidence from India.” American Political Science Review 108.2 (2014): 454-477.

Thomas, Charlotte. Pogroms et ghetto. Les musulmans dans l’Inde contemporaine. Paris, Karthala, coll. « Terres et Gens d’Islam », 2018.

Tickell, Alex. “Writing the City and Indian English Fiction: Planning, Violence, and Aesthetics”, in Planned Violence: Post/Colonial Infrastructure, Literature and Culture, ed. by Elleke Boehmer and Dominic Davies. London: Palgrave Macmillan, 2015, pp. 195-211.

Zerah, Marie-Hélène. Quand l’Inde s’urbanise : Services essentiels et paradoxes d’un urbanisme bricolé. La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2020.
Appel à contributions
Transformations urbaines et marginalisation dans l’Inde contemporaine : pratiques sociales et représentations culturelles
Journée d’étude15 février 2024

Université de Strasbourg
Organisateurs :Marianne Hillion (SEARCH, University of Strasbourg)Arnaud Kaba (LINCS, University of Strasbourg / LAVUE, Université Paris 8)

 Dans la dernière décennie, le maintien au pouvoir du régime nationaliste hindou a eu deux conséquences majeures sur les processus d’urbanisation en Inde : d’une part le renforcement des politiques néolibérales de transformation des villes, d’autre part la marginalisation accrue des populations minoritaires dans l’espace urbain, touchées inégalement en fonction de leur caste et de leur religion. Les tensions politiques, économiques et sociales générées par ces redéfinitions de l’espace urbain sont au cœur de la production littéraire et culturelle indienne contemporaine. Cette journée d’étude vise à analyser les processus de marginalisation urbaine à l’œuvre dans l’Inde contemporaine en faisant dialoguer sciences sociales et études culturelles. Nous partons de l’hypothèse que les sciences humaines et sociales et les études culturelles constituent deux prismes distincts mais complémentaires pour comprendre ces transformations. 

D’une part, nous aimerions interroger l’articulation des logiques néolibérales de marchandisation de l’espace urbain avec les processus de marginalisation urbaine propres au contexte national indien. En quoi ces transformations urbaines contemporaines constituent-elles un prolongement de dynamiques préexistantes entre classes sociales, castes et communautés religieuses ?

Pour illustrer ce premier axe de réflexion, rappelons que les opérations de prédation de l’habitat populaire par les opérations foncières sont anciennes, le cas iconique étant la fermeture des usines cotonnières de Bombay en 1982 au profit d’investissements immobiliers (Heuzé 1989, Menon, Adarkar 2004, Mhaskar 2012). La construction et gestion des infrastructures urbaines par des partenariats publics-privés (Bon, 2015, Zérah 2020), datent de la libéralisation en 1991 voire de la fin des années 1980 (Ruet, Tawa-Lama-Rewal, 2012) alors que la destruction d’habitats informels au nom de la modernisation urbaine et de l’hygiénisme remonte à la période coloniale (Gooptu 2001). D’autre part, la « ghettoïsation » urbaine des musulmans (Gayer, Jaffrelot 2012, Mhaskar, 2018) a elle aussi commencé bien avant l’arrivée des nationalistes au pouvoir : elle s’esquisse dès avant l’indépendance, les pogroms en constituant des jalons, ceux de 1992-1993 à Bombay (Heuzé 2000, Mhaskar 2018) et ceux du Gujarat en 2002 (Thomas 2018).

Toutefois, il est indéniable que ces dernières années ont vu l’accélération de ces phénomènes : les évictions se sont intensifiées à Delhi dans le cadre des Jeux du Commonwealth de 2012 (Dupont 2011) et plus récemment à l’occasion de la tenue du G20 à Delhi en septembre 2023. Dans le même temps, les politiques de développement urbain clientéliste menées par le BJP (Routray, 2022, Auerbach, Tachil, 2023), couplées à un réinvestissement des symboles religieux, semblent donner aux populations hindoues paupérisées un certain droit à la ville et mènent à l’éclatement de l’alliance entre musulmans et Dalits.

D’autre part, nous souhaitons interroger la manière dont les écrivains et artistes indiens, qui sont nombreux à s’intéresser à ces processus de marginalisation urbaine (Khanna 2016, Chakravorty, Al-Wazedi 2017), s’emparent de ceux-ci et éclairent les ruptures et continuités à l’œuvre dans la définition de l’espace urbain.

Dans le paysage littéraire actuel, le réalisme social semble dominer dans le domaine de la fiction, et l’on observe aussi le succès de formes telles que l’essai ou le reportage littéraire engagé, qui abordent de manière frontale la montée du nationalisme hindou et ses conséquences sur l’occupation de l’espace urbain, notamment pour les ouvriers musulmans. Pourtant, des formes non-réalistes (allant du roman dystopique à la science-fiction) prennent de plus en plus en charge ces questions (Tickell 2015, Chakravorty 2015), notamment celle de la ségrégation – comme dans les romans récents de Prayaag Akbar ou de Samit Basu–, un futurisme pessimiste que certains critiques voyaient déjà en 2010 comme une impasse esthétique et politique (Sundaram 2010), tandis que d’autres considèrent au contraire ces modes narratifs comme des véhicules puissants de contestation.

Les diverses formes du cinéma documentaire soulèvent des questions similaires : les opérations de prédation de l’habitat ouvrier à Kolkata sont traitées sur un mode réaliste par Ranu Ghosh (Quarter Number 4/11) par exemple, tandis que le film expérimental d’Anamika Haksar (Taking the Horses to Eat Jalebis) donne à voir le mode de vie précaire des ouvriers migrants d’Old Delhi à travers une esthétique proche du réalisme magique.

Nous invitons ainsi des propositions s’interrogeant sur les divers modes esthétiques utilisés pour rendre compte de ces phénomènes de marginalisation et sur leur portée critique. Dans quelle mesure ces productions culturelles sont-elles à même d’offrir un contre-discours ? Comment la position sociale et la langue de création des artistes façonnent-elles leurs représentations des transformations récentes de l’espace urbain ? Ces dernières sont-elles perçues comme une rupture ou un prolongement vis-à-vis de dynamiques urbaines antérieures ?

Les propositions (400 mots maximum) en anglais doivent comprendre un titre, 4 mots-clés et l’argument principal de la présentation, et être envoyées, accompagnées d’une brève biographie, avant le 31 octobre 2023 à arnaud.kaba@gmail.com et mhillion@unistra.fr.

CFP Colloque international : collaborations texte-image dans le monde anglophone (17-18 mai 24)

Le colloque international “Collaborations texte-image dans le monde anglophone du Moyen Âge au présent aura lieu à Strasbourg les 17 et 18 mai 2024.

Les propositions de communication ne devront pas excéder 300 mots, et devront être envoyées au format PDF, accompagnées d’une petite note biographique (100 mots) à text.image.conference.2023@gmail.com pour le lundi 30 octobre 2023 au plus tard.

Les participant.e.s sélectionné.e.s seront informé.e.s courant novembre 2023. 

Bien cordialement,

Inès Et-taoui pour le comité d’organisation 

UNIVERSITE DE STRASBOURG

COLLOQUE INTERNATIONAL

COLLABORATIONS TEXTE-IMAGE DANS LE MONDE ANGLOPHONE DU MOYEN AGE AU PRESENT

VENDREDI 17-SAMEDI 18 MAI 2024 

APPEL A COMMUNICATIONS

Dans son manuel introductif sur l’intermédialité, Jörg Robert fait remonter son histoire à l’Iliade et au passage célèbre dans lequel Héphaïstos façonne le bouclier orné qu’Achille portera lors de son duel ultime contre Hector. Le forgeron olympien décore le bouclier d’une « représentation de la vie humaine au sein de l’ordre du monde » (« ein Bild des menschlichen Lebens in der Ordnung der Welt » (Robert 2015 : 7)), et, “au fur et à mesure que les figures émergent du bouclier, les images émergent dans l’imagination de l’auditeur telles qu’elles sont décrites par le récit de l’aède » (« wie die Figuren aus dem Schild hervortreten, so treten die Bilder, vermittelt durch die Rezitation des Aöden, in der Imagination des Zuhörers hervor » (ibid.)). Robert ajoute, en détournant la célèbre citation de Whitehead au sujet de la dette de la philosophie européenne toute entière envers Platon, que « l’histoire de l’intermédialité n’est constituée que d’une série de gloses sur Homère » (8).

            Alors que Cicéron et Quintilien placent presque sur pied d’égalité l’ekphrasis conduite avec talent et le fait, pour le lecteur ou l’auditeur, d’être directement témoin de la scène ou de l’objet décrit, Lessing, quant à lui, délimite strictement le pictural du poétique dans son fameux Laocoon, et soutient que le premier se restreint à la représentation de la simultanéité, là où le second n’est perceptible que de façon successive. Plus tard, dans son ouvrage capital Understanding Media (1964),McLuhan militera en faveur d’une réévaluation radicale des frontières sémiotiques, et insistera lourdement sur les enchevêtrements étroits du médium et du message, mais également des différents types de médias entre eux, et postulera qu’une « hybridation » de ces derniers libérerait un potentiel expressif d’une puissance considérable. Les théories contemporaines de l’intermédialité texte-image, telles que le concept de « media transposition » chez Rajewsky (2005: 50), ou encore l’idée du « Tiers pictural » de Louvel (2010), bien qu’elles ne parviennent pas encore à aboutir à un modèle exhaustif qui incorporerait ses diverses variétés, viennent néanmoins affiner l’arsenal méthodologique au moyen duquel peut être abordé cet aspect des études culturelles qui, bien qu’omniprésent, demeure voilé de mystère.

Des manuscrits illustrés du Moyen-Âge aux romans graphiques contemporains, les communications pourront explorer les relations entre texte et image dans le monde anglophone, et pourront notamment s’intéresser aux sujets suivants (liste non-exhaustive):

·         Les genres poly-sémiotiques, tels que les emblèmes, les textes illustrés, les bandes dessinées, les romans graphiques, les mangas, etc. 

·         L’ekphrasis, l’hypotypose et l’enargeia (approches théoriques, exemples d’emploi, études de cas, etc.)

·         Des considérations méthodologiques et théoriques quant à l’étude des relations texte-image dans le monde anglophone (histoire des concepts, études comparées synchroniques ou diachroniques, etc.)

Les communications pourront être présentées en français ou en anglais. Les participant.e.s qui ne pourront pas être présent.es sur place pourront présenter leur communication en ligne via notre plateforme de visioconférence BigBlueButton.

Les propositions de communication ne devront pas excéder 300 mots, et devront être envoyées au format PDF, accompagnées d’une petite note biographique (100 mots) à text.image.conference.2023@gmail.compour le lundi 30 octobre 2023 au plus tard.

Les participant.e.s sélectionné.e.s seront informé.e.s courant novembre 2023.

Bibliographie sélective :

Beyaert-Geslin, Anne. « La photographie comme méta-image. La photo, modèle de la photo et de la peinture ». Signata 11 (2020).

Elleström, Lars, ed. Beyond Media Borders, Volume 1: Intermedial Relations among Multimodal Media. Palgrave Macmillan, 2021.

Jensen, K. B. Media convergence: The three degrees of network, mass, and interpersonal communication. London, UK: Routledge, 2010.

Jensen, K. B.“Intermediality. The Wiley Blackwell Encyclopedias of Communication, 3 March 2016.

Louvel, Liliane. L’œil du texte. Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 1998.

Louvel, Liliane. Le tiers pictural : Pour une critique intermédiale. Presses Universitaires de Rennes. 2010/

McLuhan, Marshall. Understanding Media : the Extensions of Man. New York : McGraw-Hill, 1994.

Müller, Jürgen E. « L’intermédialité, une nouvelle approche interdisciplinaire : perspectives théoriques et pratiques à l’exemple de la vision de la télévision ». Cinémas : revue d’études cinématographiques / Cinémas: Journal of Film Studies, vol. 10, no 2-3, 2000, 105-134.

Müller, Jürgen E. « Vers l’intermédialité: histoires, positions et option d’un axe de pertinence ». Médiamorphoses, vol. 16, 2006, 99-110.

Rajewsky, Irina. “Intermediality, Intertextuality, and Remediation: A Literary Perspective on Intermediality.” Erudit  6, 2005, 43–64.

Rippl, Gabriele. “Introduction.” Handbook of Intermediality: Literature – Image – Sound – Music. Ed. Gabriele Rippl. Berlin: De Gruyter, 2015. 1–31.          

Robert, Jörg. Einführung in die Intermedialität. Darmstadt: WEG. 2015

Uricchio, William. “Things to Come in the American Studies-Media Studies Relationship.” American Studies Today: New Research Agendas. Ed. Winfried Fluck, Erik Redling, Sabine Sielke, and Hubert Zapf. Heidelberg: Winter, 2014, 363–382. 

UNIVERSITY OF STRASBOURG

INTERNATIONAL CONFERENCE

TEXT-IMAGE COLLABORATION IN THE ENGLISH-SPEAKING WORLD FROM THE MIDDLE AGES TO THE PRESENT

FRIDAY 17-SATURDAY 18 MAY 2024

CALL FOR PAPERS

In his introductory handbook on intermediality, Jörg Robert states that its history begins with Homer’s famous account of Hephaistos’s forging an ornate shield for Achilles before his ultimate confrontation with Hector in the Iliad. The Olympian blacksmith decorates the shield with “a picture of human life within the order of the world” (“ein Bild des menschlichen Lebens in der Ordnung der Welt” (Robert 2015: 7), and, “as the figures emerge from the shield, the pictures emerge in the listener’s imagination as they are conveyed by the recitation of the aoidos” (“wie die Figuren aus dem Schild hervortreten, so treten die Bilder, vermittelt durch die Rezitation des Aöden, in der Imagination des Zuhörers hervor” (ibid.)). Borrowing and repurposing Whitehead’s famous quote about the indebtedness of European philosophy to Plato, Robert adds that “the history of intermediality is constituted of a series of footnotes to Homer” (8). 

While Cicero and Quintilian both came very close to equating a well-conducted instance of ekphrasis to the reader’s or listeners actually seeing the scene or object that is described, Lessing famously set strict borders between the pictorial and the poetic in his Laocoon, arguing that the first is confined to depicting simultaneity, while the other necessarily relies on a successive mode of perception. In his seminal Understanding Media (1964), McLuhan then advocated for a radical re-evaluation of semiotic boundaries, and drew attention to the intricate entanglement of medium and message, but also of media types with one another, theorising that such “hybridisation” would liberate an overwhelming potential of expressive power. Contemporary theories of text-image intermediality, such as Rajewsky’s idea of “media transposition” (2005: 50) or Liliane Louvel’s “Tiers pictural” (2010), refine a methodological and conceptual arsenal to tackle an aspect of cultural investigation that, for all its ubiquity, is still shrouded in complexity.

From illustrated medieval manuscript to contemporary graphic novels, we are interested in papers that explore text-image relations throughout the anglophone world from the early Middle Ages to the present. Possible topics of investigation include, but are not limited to:

·         Polysemiotic genres, such as emblems, illustrated texts, comic books, graphic novels, etc. 

·         Ekphrasis and hypotyposis (theoretical approaches, case studies, examples…)

·         Methodological and theoretical considerations on approaching text-image relations (history of related concepts, synchronic or diachronic comparative studies, …)

·         Historical accounts of theories and views on text-image relationships throughout the English-speaking world

Papers will be presented either in French or in English. Participants unable to join us in Strasbourg will be able to present online via our videoconferencing platform BigBlueButton.

Paper proposals (300 words max) should be sent as PDF files to  text.image.conference.2023@gmail.com, along with a short biographical note (100 words) by Monday, the 30th of October 2023.

Selected participants will be notified by the middle of November 2023.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search