Myriam Ardoin

Myriam Ardoin, désormais professeur au Lycée international de Lyon, a soutenu sa thèse, consacrée à Gilbert Keith Chesterton, en 2017. Cette ancienne membre du collège des doctorants de la SAES revient sur son parcours de thèse, de la conception de son sujet aux méthodes de travail qui l’ont aidée à mener à bien son doctorat en trois ans.

Quelles études avez-vous menées avant de vous inscrire en thèse ?

J’ai fait trois ans de classe prépa littéraire, spécialité anglais, puis j’ai intégré l’ENS de Lyon en tant qu’auditrice libre où j’ai obtenu un Master Recherche et préparé le concours de l’agrégation.

Disposiez-vous d’une expérience professionnelle préalable ?

Oui, j’ai enseigné trois à King’s College London comme lectrice de français.

Quel était le sujet de votre thèse ? Comment l’avez-vous Choisi ?

Le sujet de ma thèse était : « Le Discours de la méthode selon G.K. Chesterton : l’itinéraire d’une pensée. » Après avoir étudié deux œuvres de R.L. Stevenson et C. Dickens en Master, j’ai choisi d’étudier un auteur peu connu qui avait été influencé par ces deux auteurs. J’avais également développé un goût pour le roman d’aventures et le roman policier, et c’est en faisant quelques recherches que j’ai fait la découverte de Chesterton et de ses nouvelles policières. Le sujet s’est précisé après avoir lu mon corpus et réfléchi avec ma directrice de thèse (Nathalie Vanfasse au LERMA à Aix-Marseille Université, ndlr) à des pistes d’analyse pertinentes. Nous sommes ensemble arrivées à l’idée qu’il serait pertinent d’analyser les processus de pensée et de raisonnement dans les récits de détection de Chesterton. Le titre de la thèse en lui-même a été proposé par ma directrice de thèse, et je l’ai approuvé.

Comment avez-vous financé votre thèse ?

J’ai obtenu un « contrat doctoral fléché normalien » via une demande sur dossier auprès de l’ENS de Lyon.

Comment aviez-vous prévu, initialement, le déroulement de votre doctorat ?

J’avais pour objectif de faire mon doctorat sur 3 ans, soit la durée du contrat doctoral, et éventuellement en 4 ans, avec une année comme ATER. Dès le début, j’ai eu la volonté de considérer le doctorat non pas seulement comme un temps d’études, mais plutôt comme un « travail », un temps de spécialisation et de perfectionnement par rapport à ma formation initiale. C’est pourquoi, je me suis fixé des horaires de travail à la bibliothèque : 8h30/9h jusqu’à 17h/18h (modulable selon les jours) du lundi au vendredi.

Quels écarts avez-vous pu constater entre votre expérience du doctorant et ce que vous projetiez au moment de la soumission de votre projet de thèse ?

J’ai constaté peu d’écarts entre mes attentes / projections et ce que j’ai réellement vécu. Je dirais peut-être que le respect des horaires que je m’étais fixés a parfois été difficile. Je ne pensais pas non plus que la solitude lié à la thèse me pèserait autant, mais j’ai malgré tout pu trouver un équilibre de vie en maintenant une vie sociale intense les soirs et les week-ends, puisque je travaillais toute la journée.

Pourriez-vous nous décrire votre parcours après la thèse ?

Après la thèse, j’ai tenté d’obtenir un poste en CPGE, mais à ce jour, je n’en ai toujours pas obtenu, car mes souhaits géographiques sont assez restreints. Après mon contrat doctoral, je n’ai pas souhaité poursuivre l’enseignement dans le supérieur et j’ai donc intégré l’Education Nationale. J’ai d’abord été mutée sur un poste en lycée à Créteil, puis après seulement un an, j’ai obtenu un poste en section internationale au Lycée international de Lyon, où je suis actuellement toujours titulaire. En parallèle, j’ai assuré et j’assure encore des khôlles en CPGE et j’ai donné des cours en khâgne à Paris pendant un an. J’ai également participé à un « workshop » avec le LERMA et UC Berkeley ces deux dernières années, et je rédige actuellement un article pour une revue universitaire.

Le doctorat vous aide-t-il dans votre métier actuel ?

Le doctorat m’aide dans une moindre mesure au quotidien. Il me donne une certaine expertise en littérature, mais cette expertise est largement sous-exploitée car, pour des raisons complexes et internes à mon établissement (et non liées à mes compétences), on ne m’a toujours pas attribué de cours en section internationale. Néanmoins, j’enseigne la nouvelle spécialité LLCE anglais en première, et je sais que mon doctorat est un atout pour obtenir un poste en CPGE assez rapidement.

Poursuivez-vous des activités de recherche ?

Un peu, mais c’est assez difficile car l’enseignement dans le secondaire est très chronophage. Depuis ma soutenance de thèse, j’ai fait trois communications et je suis en train d’écrire un article.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un étudiant qui projette de s’inscrire en doctorant en études anglophones ?

Je dirais qu’il faut éviter de se disperser dans trop de projets, d’articles, de communications… Il faut rester régulier dans son travail de recherche, commencer à rédiger dès la première année et soumettre des articles ou communications qui pourront être réutilisées presque tels quels dans la thèse.



Citer ce billet
doctoratsaes (2019, 3 octobre). Myriam Ardoin. Carnet des doctorant.e.s de la SAES. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvmp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search