Anaïs Carrere

Quel parcours avez-vous suivi avant de vous inscrire en thèse ?

J’ai tout d’abord suivi une licence d’anglais mention Langues, littératures et civilisations étrangères et régionales à l’université Bordeaux Montaigne à Bordeaux (Pessac) très enrichissante. J’ai ensuite suivi un Master Recherche mention Etudes anglophones à l’Université Bordeaux Montaigne (Pessac). C’est au cours de cette même période qu’est né le projet de faire une thèse. Mon choix s’est rapidement porté sur Jean-Rémi Lapaire, professeur des universités en linguistique cognitive et études gestuelles.Nous avons  discuté de thématiques de recherche et décidé de collaborer ensemble sur une recherche focalisée en linguistique de genre, plus précisément, dans le domaine des Language & Gender Studies de 1975 à nos jours dans les mondes anglophones. Nous avons ensemble élaboré un projet de thèse et j’ai obtenu un contrat doctoral à l’université Bordeaux Montaigne. Je suis également depuis trois ans chargée de cours en linguistique en LLCER anglais en première et deuxième année. L’enseignement est une activité qui me passionne et qui est humainement très enrichissante.

Quel est votre sujet de thèse ? Comment l’avez-vous choisi ?

Je travaille sur la contribution des Language and Gender studies à l’analyse pragmatique du discours de femmes engagées, en diachronie et en synchronie. De l’épistémocritique à la validation empirique.

J’ai spécifiquement choisi de délimiter mon travail d’un point de vue historique et géographique aux mondes anglophones (Grande Bretagne et Etats-Unis) et d’un point de vue chronologique depuis les années 1960 à nos jours. Un chapitre de ma thèse comporte une partie empirique, consacrée au monde politique américain, et consiste en particulier en une analyse de certains discours politiques d’Hillary Clinton (2007-2016) et de Donald Trump (2015-2016). Ce corpus a pour principal objectif d’attester ou d’infirmer l’existence de comportements linguistiques, de styles conversationnels et/ou interactionnels genrés comme a pu l’argumenter la recherche antérieure en linguistique de genre notamment les travaux de Robin Lakoff dès 1975 et de Deborah Tannen à partir des années 1980 et 1990 aux Etats-Unis.

Comment financez-vous votre thèse ?

En juillet 2016, j’ai obtenu un contrat doctoral qui se terminera à la rentrée 2020. J’espère par la suite, si possible, décrocher un contrat d’ATER à l’université Bordeaux Montaigne.

Quand avez-vous commencé à publier des articles ? Comment ces publications ont-elles influencé la rédaction de votre thèse ?

J’ai commencé à faire des communications en deuxième année de thèse lors de colloques, de journées d’études ou de courtes présentations devant mon équipe de recherche, le laboratoire CLIMAS (Cultures et Littératures des Mondes Anglophones) ou le groupe de jeunes chercheurs, qui se compose d’étudiants de master et de doctorants, nommé GLIDE (Groupe des Linguistes et Didacticiens Emergents). Ce groupe de recherche est d’ailleurs rattaché au laboratoire CLIMAS. Préparer une communication est un exercice à la fois stimulant et très utile pour avancer ou recentrer ma réflexion. Certaines de mes communications ont été plus ou moins en lien direct avec ma thèse. Cela me permettait de toujours faire évoluer ma réflexion et ma recherche. Je ne communique pas uniquement sur des sujets qui font ou feront strictement partie d’un chapitre de thèse ou de la thèse en général. Ce choix me permet de rester ouverte, culturellement éveillée, enthousiaste et dynamique face à ma recherche. Cela m’apprend à développer une rigueur de travail. Cette année, j’ai pour projet de proposer d’autres thématiques d’articles, de poursuivre la communication de ma recherche, en parallèle de la rédaction finale de ma thèse.

Comment appréhendez-vous la soutenance de votre thèse ?

Je commence « doucement » mais « sûrement » à préparer l’enjeu, ou devrais-je dire « le grand oral » que représente la soutenance avec mon directeur de thèse. J’ai personnellement commencé à rédiger une sorte de « mémo » préparatoire afin d’appréhender au mieux cet exercice tant d’un point de vue psychologique que scientifique. Je souhaite au maximum que la soutenance soit un lieu de dialogue, d’échanges, de critiques et d’observations constructives. Accueillir les critiques avec humilité et maturité me semble essentiel pour préparer la soutenance et la vivre de la meilleure façon possible.

Comment envisagez-vous l’après-thèse ?

J’ai très envie de continuer à enseigner la linguistique anglaise à l’université. Je verrai quels types de poste me sont offerts par la suite. La vie est pleine de surprises.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un.e étudiant.e qui projette de s’inscrire en doctorat en études anglophones ?

Mon conseil ultime serait de s’engager dans une thèse par véritable envie. J’estime aussi fondamental de travailler avec un directeur avec qui on présage que la collaboration va fonctionner tant sur le plan humain que scientifique. Cette collaboration avec le directeur représente pour moi 50% de la réussite de ce parcours.  Il est aussi nécessaire d’évaluer au minimum si l’on est capable de travailler longtemps sur un sujet de recherche, et parfois, de se laisser « dérouter » par ce dernier sans pour autant que la passion ne s’étiole. Je pense également qu’il est bénéfique de discuter au préalable avec des gens qui sont déjà engagés dans une thèse pour avoir différents points de vue sur cette expérience. Je considère que chaque expérience de recherche et de thèse est unique. Chacune apporte quelque chose et la partager peut toujours aider un étudiant à réfléchir sur ses projets et son futur. Penser tout seul, c’est bien mais penser à plusieurs, c’est encore mieux. Enfin, je suggère de s’entourer de collègues, doctorants ou non et de proches si cela est possible. Cela me paraît essentiel. Le travail de recherche, bien que solitaire, est un apprentissage incessant, qui doit être mis au service du plus grand nombre, que l’on soit universitaire ou non.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.