Juliette Misset

Après avoir étudié au Canada et enseigné en Ecosse et en Espagne, Juliette Misset est en troisième année de thèse à Strasbourg où elle dispose d’un contrat doctoral. Cette passionnée d’enseignement, également représentante des doctorants de la SEAA 17-18, livre son parcours universitaire et prodigue quelques conseils pour bien s’organiser pendant sa thèse.

Pourriez-vous évoquer votre parcours avant votre inscription en doctorat ?

J’ai d’abord fait une licence de littérature anglophone, théorie politique et littérature et civilisation hispanique à l’université McGill à Montréal, que j’ai adorée de bout en bout. Je suis rentrée en France suite à ces trois ans et j’ai entamé un Master LLCER à l’université de Versailles-Saint-Quentin. J’ai beaucoup aimé faire mon mémoire de M1, et à ce moment-là est née l’idée de faire une thèse, avec le projet de partir aux États-Unis. Je ne m’y sentais finalement pas prête, et j’ai abandonné l’idée d’un PhD aux États-Unis. Je suis partie en Espagne par le CIEP pour être assistante de français à la suite mon M1, ma première expérience d’enseignement.  L’enseignement m’a énormément plu, et j’ai fait une deuxième année d’assistanat de langue, cette fois en Écosse, tout en reprenant mon Master 2 à distance. J’ai arrêté mon Master 2 en cours d’année pour me tourner vers un Master d’enseignement de l’anglais en langue étrangère, que j’ai effectué à Glasgow l’année suivante. Je suis ensuite revenue en France pour préparer l’agrégation et le CAPES d’anglais, et c’est pendant mon année de stage en lycée que l’idée de la thèse est revenue. J’aimais toujours autant l’enseignement, mais je voulais revenir à la littérature après ces quelques années à enseigner les langues. J’ai élaboré mon projet de recherche avec ma directrice Anne Bandry-Scubbi, que j’avais rencontrée dans le cadre de la préparation à l’agrégation, et j’ai obtenu un contrat doctoral à Strasbourg.

Quel est le sujet de votre thèse ? 

Je travaille sur la réception du mode didactique et sa manifestation textuelle dans un corpus de romans majoritairement féminins publiés entre 1778 et 1814.

Comment financez-vous votre thèse ?

J’ai un contrat doctoral, qui se terminera à la rentrée 2020. Je ne sais pas pour l’instant avec certitude comment je vais financer la fin de ma thèse (qui ne sera pas achevée à l’issue de mon contrat doctoral). Si je ne décroche pas de contrat d’ATER ou de PRAG, je serai enseignante dans le secondaire.

Comment aviez-vous prévu, initialement, le déroulement de votre doctorat ? Quels écarts avez-vous pu constater entre votre expérience du doctorant et ce que vous projetiez au moment de la soumission de votre projet de thèse ? 

Lorsque j’ai obtenu un contrat doctoral, l’idée était d’essayer de finir en trois ans. Je voyais la thèse comme une étape à franchir avant d’envisager tout autre développement dans ma vie, professionnel comme personnel. J’ai changé d’optique depuis, car cela mettait beaucoup de pression sur le doctorat, que j’appréciais par ailleurs beaucoup faire. Ce qui me frappe le plus entre ce que je m’imaginais et mon expérience réelle du doctorat, c’est à quel point il était impossible de prédire comment le projet allait évoluer. Le sujet a mûri et changé au fil de mes lectures et de la réflexion. Il n’est pas facile de prévoir comment cela se passera, et il y a parfois des passages à vide qui peuvent être éprouvants. J’essaie de prendre tout cela avec plus de philosophie, tout en gardant l’objectif de la soutenance mais sans me laisser submerger par la pression de finir au plus vite.

Comment envisagez-vous le rapport entre l’enseignement et la recherche que vous menez pour votre doctorat ? 

Une de mes motivations principales pour débuter ma thèse a été la perspective d’enseigner ce qui me passionne, à savoir la littérature plutôt que la langue, et j’ai la chance d’être chargée de cours en licence depuis ma première année de thèse, principalement en littérature britannique. Pour moi l’enseignement et la recherche sont donc intimement liés, jusqu’à mon sujet de thèse qui considère le lien entre fiction et enseignement par la lecture tel qu’il est envisagé dans les œuvres de mon corpus et dans les critiques de ces œuvres. Mon travail de recherche influe sur mes enseignements, qui à leur tour entretiennent mon envie de continuer à faire de la recherche.

Quand avez-vous commencé à communiquer ? Comment les communications ont-elles influencé votre parcours et/ou la rédaction de votre thèse ? 

J’ai commencé à faire de courtes présentations localement en première année, et c’est en deuxième année que j’ai commencé à me déplacer à des colloques. Je trouve le processus de préparer une communication utile pour avancer dans la réflexion, surtout lorsque je communique sur un sujet qui fera vraisemblablement partie de ma thèse. C’est souvent le dialogue avec les autres qui me permet d’avancer, et pour cela les courtes présentations devant mon équipe de recherche me sont très utiles. J’ai aussi assisté à des colloques auxquels je ne participais pas qui m’ont énormément apporté, d’autant que lorsqu’on ne communique pas on peut réellement se concentrer sur les présentations des autres, sans avoir le stress de sa propre performance. Je cherchais au début à tout prix à communiquer uniquement sur des sujets qui pourraient ensuite faire partie de ma thèse, et je commence maintenant à penser à communiquer sans forcément l’idée que ça deviendra un morceau de chapitre, pour retrouver un enthousiasme qui a diminué suite à des communications dont j’espérais qu’elles m’aideraient à avancer spécifiquement pour la thèse, où j’ai été déçue.

Comment envisagez-vous l’après thèse ?

Je n’ai pas d’idée précise de l’après thèse pour le moment, si ce n’est que j’imagine que j’aurai toujours autant envie de continuer à enseigner la littérature anglophone. Je verrai ce que je pourrai et voudrai envisager comme type de poste dans ce sens, dans le supérieur ou le secondaire, en France ou à l’étranger. Ce n’est pas (encore) un sujet qui me préoccupe énormément, notamment car je suis titulaire dans le secondaire, et ai donc une source de revenu assurée à l’issue de ma thèse.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un étudiant qui projette de s’inscrire en doctorat en études anglophones ? 

Mon conseil serait de s’engager dans une thèse réellement par envie, envie à la fois de travailler longtemps sur son sujet de recherche et envie de travailler avec la personne qui la dirigera. Je pense aussi qu’il peut être très bon de parler en amont avec des gens qui sont en train de faire leur thèse, pour avoir des points vue concrets sur le doctorat. Personnellement, je trouve le soutien des co-doctorant.e.s extrêmement précieux pour passer les difficultés en tout genre, pragmatiques (à qui dois-je m’adresser faire une demande de financement pour un déplacement ?) comme existentielles (ma thèse a-t-elle un sens ?).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.