Fanny Blanchon

Docteure en littérature britannique, Fanny Blanchon a eu la gentillesse de nous accorder l’entretien qui suit.

Quelles études avez-vous menées avant d’entreprendre un doctorat ?

Je suis toujours restée dans le domaine anglophone. J’ai effectué trois années de classe préparatoire option LV1 anglais dans un lycée de Saint-Etienne. Ensuite, j’ai déménagé à Bordeaux en envisageant de commencer un master. J’ai déménagé essentiellement pour changer un peu d’air. Au lieu de continuer directement avec un Master Recherche, comme prévu initialement, je me suis concentrée sur la préparation du CAPES [à BAC +3 à l’époque] car j’avais besoin de commencer ma vie professionnelle. J’ai obtenu mon CAPES.

J’ai enchaîné avec une année de stage chaotique ! Mais cette expérience m’a confortée dans l’idée que je ne voulais pas m’arrêter là : je voulais passer l’agrégation ; on m’avait dit qu’il fallait avoir l’agrégation pour faire un doctorat [une chose alors encore abstraite]. J’ai démissionné à la fin de l’année car l’Education Nationale m’a refusée une année de disponibilité pour préparer l’agrégation ou un Master Recherche.

Je me suis finalement inscrite en Master 2 recherche à Lyon 2. J’avais vraiment envie de faire quelque chose où il fallait fouiller dans les archives et le sujet de mon mémoire de recherche était le suivant : « l’impact des guerres révolutionnaires napoléoniennes sur la contrebande dans le Kent (1789-1815) ». Je me suis vraiment épanouie dans cette formation que j’ai obtenue avec mention très bien. Concernant mes UE, j’avais plutôt choisi des thèmes ayant trait à la culture britannique, civilisation et littérature.

J’ai ensuite voulu passer l’agrégation. J’ai eu de bons résultats à l’écrit mais à l’oral une note m’a plombée. J’ai décidé de repasser le CAPES (nouvelle mouture) en même temps que l’agrégation à Bordeaux 3. Même schéma que pour la première tentative à l’agrégation. A chaque fois, j’échouais en civilisation et ça me décevait car je me disais que si je me lançais dans un doctorat, j’aimerais bien continuer en civilisation, approfondir mon travail sur la contrebande. En revanche, j’ai obtenu mon CAPES en étant très bien classée. Et cette fois-ci, j’ai obtenu mon report de stage pour passer l’agrégation.

Pendant mon année de report, j’ai passé l’agrégation, option littérature, et je l’ai eue ! J’ai alors découvert le master MEEF. C’était un peu une année noire car on m’a demandé de rédiger de nouveau un mémoire de didactique, un élément que j’avais déjà validé en 2009-2010, on nous a aussi initialement demandé de valider des UE en plus. Puis, j’avais à peu près 1h30 pour aller au travail. Heureusement, les exigences de validation des UE ont été revues pour les détenteurs d’un Master. A la fin de l’année, j’avais besoin de souffler et de faire quelque chose pour moi. Alors, je me suis dit qu’il était temps de passer à la vitesse supérieure.

J’avais en mémoire une professeure que j’avais eue en préparation au CAPES et à l’agrégation, et m’avait particulièrement marquée. Je l’ai contactée par mail puis nous nous sommes vues à la fin de mon année de stage.

Est-ce que votre sujet de thèse est la suite de votre mémoire de master ?

Non. Le lien que je trouve entre les deux sujets, c’est ma fascination pour ce qui sort de la norme et qui a une aura de mystère et une audace. En master, quand j’ai travaillé sur la contrebande, c’était intéressant de voir comment certaines communautés des côtes se comportaient vis-à-vis du « centre ». J’étais intriguée par le comportement de ces communautés, leur inventivité pour détourner les lois. Ce rapport à la norme m’intéresse beaucoup.

Mon choix de sujet de thèse a été conforté par une expérience plus personnelle : en octobre 2011, j’ai eu l’occasion d’accompagner mon conjoint à une soirée du Club des Excentriques de Londres [fondé au XIXème siècle, mais qui trouve ses origines dans la Société des Excentriques, fondée en 1781], dont il a été membre pendant plusieurs années. Après des recherches préliminaires, je me suis aperçue que les études sur l’excentricité portaient beaucoup sur les XVIIIème et XIXème siècles, et qu’il y avait encore relativement peu de choses sur le XVIIème. J’ai donc choisi d’explorer les « représentations de l’excentricité dans l’Angleterre de la première modernité ».

Quelles ont été vos motivations pour commencer le doctorat ?

Mon sujet a été ma première motivation. Mes expériences dans l’E.N. et mon master m’ont convaincue que je voulais faire de la recherche, mais c’est ma curiosité pour le sujet que j’ai choisi qui m’a poussée à contacter ma directrice de thèse. Ma directrice de thèse s’est montrée très enthousiaste, ça m’a rassurée. Ça a donc commencé naturellement.

Comment avez-vous réussi à mener de front votre doctorat et votre activité professionnelle ?

Il a fallu mener de front le doctorat, l’activité professionnelle et la vie personnelle. Pendant le doctorat, j’ai traversé des moments difficiles, au niveau personnel et professionnel. A chaque moment difficile, je me disais que c’était l’objectif et qu’il fallait que j’arrive au bout.

On est beaucoup de doctorants à être en poste à temps complet dans l’Education Nationale, ne serait-ce que pour financer la thèse. C’est psychologiquement et physiquement fatiguant, et j’ai failli démissionner de l’Education Nationale plusieurs fois face à l’épuisement et aux contradictions de l’institution. Pour donner un ordre d’idée, pendant 7 ans en tant que TZR (Titulaire en zone de remplacement), j’avais des postes entre 1 et 2 heures de chez moi, parfois sur deux établissements, je rejoignais chaque année une nouvelle équipe, de nouveaux élèves, et des principaux plus au moins compréhensifs vis-à-vis de mes ambitions. Le plus souvent, je partais à 6h15 du matin et je rentrais à 19h ou 19h30, puis, je devais quand même préparer ou adapter les cours, corriger des devoirs. On est vite enfermé dans la fatigue, mais aussi dans la responsabilité qu’on peut éprouver vis-à-vis d’élèves qui ont parfois des vies difficiles, et ce sont parfois les seuls à nous gratifier de notre travail. On peut se laisser porter par ça, quitte à s’oublier soi-même. Puis, j’étais en zone de remplacement et je ne revoyais pas les élèves d’une année sur l’autre. Je ne construisais finalement pas véritablement de lien au fil des années, mon seul lien c’était la thèse.

Plusieurs années, j’ai profité de mon jour non travaillé pour aller à la bibliothèque universitaire, et travailler la thèse – l’environnement universitaire était très important pour moi, pour faire la coupure avec mes fonctions dans le secondaire. La fatigue a ensuite pris de la place. Je n’ai pas pu maintenir ce rythme malgré une forte envie de m’impliquer aussi dans la vie du laboratoire ou de l’Ecole Doctorale. Je ne pouvais le faire que de façon limitée parce que beaucoup d’événements n’était pas compatibles avec mon emploi du temps. Ça m’a beaucoup manqué d’être dans la bulle universitaire, d’être dans la bulle de rhétorique académique. Même si ma directrice me rappelait les enjeux du doctorat, rien ne peut se substituer au contact avec les institutions et les autres doctorants. Alors, quand j’ai pu être présente à l’Ecole Doctorale, j’ai pu mieux me lier au monde de la recherche. J’ai toujours pris beaucoup de plaisir à investir les lieux de l’ED et assister aux événements du laboratoire et de l’ED ; j’en suis toujours ressortie plus motivée.

Une erreur de ma part : j’ai tardé à m’inscrire à la SAES. Ma directrice m’en a parlé à plusieurs reprises, mais au fil du temps, l’information s’est perdue. Dès que j’ai rejoint la société, le changement a été incroyable. Ma directrice avait insisté sur l’importance de la « sociabilisation » pendant le parcours doctoral, mais c’est difficile à mesurer pleinement lorsque l’on évolue en même temps dans un monde où les enjeux ne sont vraiment pas les mêmes.

En tant que professeur dans le secondaire, on peut obtenir des congés et autres facilités pour le doctorat. Il faut se rapprocher des syndicats pour être au fait des demandes de CFP (congés professionnels de formation), pour lesquels il faut le plus souvent au moins 3 demandes avant que la demande soit acceptée, mais aussi de nos droits concernant les heures de formations dont on peut disposer. Le plus souvent, l’octroi de jours pour la recherche dépend de l’établissement et des principaux/proviseurs, de la facilité à faire garder les élèves ; mais parfois, il est aussi possible de s’arranger pour avoir une ou deux demi-journées par semaine pour pouvoir se rendre à des conférences. Par contre, c’est plus simple lorsqu’on est affecté sur un poste fixe, parce que les TZR reçoivent leur affectation de plus en plus tardivement, quand les EDT sont prêts.

Quel a été le plus grand défi de votre doctorat ?

Le doctorat ! Le plus grand défi a été d’avoir le recul nécessaire pour réorganiser ma pensée et mes écrits. A commencer par le défi du corpus, qui peut évoluer parfois de façon significative au fur et à mesure de la recherche. J’ai énormément lu de sources primaires et secondaires. Devant la densité des sources secondaires, la peur de ne pas être légitime prend souvent le dessus. La rédaction est en elle-même un défi, tant du point de vue des idées que de la relecture. Et, même si j’avais essayé d’anticiper le plus de problèmes possibles, la mise en page, quelle angoisse ! Un petit saut de ligne, et il fallait tout reprendre. En passant : attention aux anglicismes ! Par exemple, on ne « met pas l’emphase » sur quelque chose en français.

Aviez-vous dans votre famille ou votre entourage des proches dans le monde de la recherche ? En quoi cela a pu vous aider ?

Dans ma famille, non. D’ailleurs, tout le monde était extrêmement ému et fier de ma réussite lors de ma soutenance. Par contre, j’ai des amis dans le milieu de la recherche qui m’ont apporté leur soutien tout au long de ces années, dont une amie en particulier, qui a fait partie de mon comité de suivi de thèse et m’a apportée de précieux conseils. Mais, Le concept de la thèse était une nébuleuse et l’expérience de la thèse un voyage cosmique vers l’inconnu !

Comment envisagez-vous l’après-thèse ?

Le problème pour le moment, c’est que je n’ai pas encore publié d’article. J’ai participé à plusieurs journées d’étude mais cela n’a pas donné lieu à des publications. J’en ai parlé à certains membres du jury qui m’ont encouragée à publier ma thèse à l’avenir, et aussi à candidater à la qualification malgré ce manque de publications. J’ai envoyé mon dossier pour la qualification fin 2022. Evidemment, j’aimerais bien viser un poste de MCF en littérature anglaise du XVIIème ! En attendant, je souhaite publier deux articles l’année prochaine. Je jette aussi de temps en temps un œil à ma thèse pour inclure certaines recommandations des membres du jury en vue d’une publication.

Des conseils pour les doctorant.e.s et les futur.e.s doctorant.e.s ?

– Partir avec un sujet qui vous intéresse, qui va vous porter quelles que soient les situations professionnelles ou personnelles.

– Rejoindre le groupe de parole « Vendredi c’est Phd ! », discuter avec les pairs, se dire qu’on va parler avec quelqu’un qui est en doctorat au moins une fois par mois. Les autres sont là pour être notre voix de la sagesse et nous encourager.

– Oser envoyer des choses à vos directrices ou directeurs sans trop anticiper les remarques négatives, sinon, on tourne en rond, on réécrit dix fois un même texte en faisant du surplace.  



Citer ce billet
doctoratsaes (2023, 19 janvier). Fanny Blanchon. Carnet des doctorant.e.s de la SAES. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvoj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search