Le séjour de recherche d’Emilie Mitran à la Bibliothèque du Congrès

Emilie Mitran est docteure en études anglophones et agrégée d’anglais. Elle enseigne à Aix-Marseille université depuis 2015 et poursuit des recherches sur le monde atlantique et les humanités numériques. Elle s’intéresse aux Révolutions américaine et française, à l’expression et aux représentations de l’identité américaine, ainsi qu’aux écrits privés de témoins européens des révolutions.

J’ai obtenu une bourse de recherche SAES/AFEA en 2017. Grâce à cela, j’ai pu effectuer un séjour en archives d’une semaine à la Bibliothèque du Congrès de Washington pour consulter les documents manuscrits du texte sur lequel je travaillais pour mon doctorat. Ma thèse s’intéressait au journal privé d’une figure de la construction politique de la jeune République américaine, Gouverneur Morris. Ce dernier remplit en effet quatre cahiers de ses notes intimes entre 1789 et 1793, alors qu’il est à Paris et qu’il se retrouve témoin de l’activité révolutionnaire française. Cette consultation était indispensable car une partie de ma thèse visait à étudier, en détail, l’aspect matériel de ces cahiers privés.

Il n’a pas été difficile de localiser les cahiers manuscrits de Morris : tous se trouvent à la Bibliothèque du Congrès qui partage, sur son site, toutes les informations nécessaires quant au contenu de boîtes d’archives relatives à un personnage historique ou un auteur.

Ce travail en archives est intervenu lors de ma troisième année de doctorat ; avant cela, j’étais entrée en contact avec la responsable de la Manuscript Division de la Bibliothèque du Congrès pour obtenir, grâce à un financement de mon laboratoire, le LERMA, une version microfilmée des journaux manuscrits. Comme cette consultation est intervenue en 2017, mes objectifs de recherche avaient eu le temps de mûrir entre ma première et troisième inscription en thèse ; je savais, en me rendant sur place, sur quoi porterait mon examen des manuscrits. Je m’étais préparée une marche à suivre précise pour être sûre de ne rien oublier et de ne pas passer à côté de quelque chose lors de cette consultation exceptionnelle. Il faut en effet savoir que par mesure de protection de ses fonds, la Bibliothèque n’autorise plus la consultation des manuscrits si les documents ont été microfilmés. J’avais insisté sur le caractère essentiel de cette étude des manuscrits pour ma recherche, mais n’ai pu obtenir cette dérogation que grâce au soutien de mon directeur de recherche, Gérard Hugues, et d’une historienne américaine, Melanie R. Miller, qui ont tous deux appuyé ma requête. Après cela, j’ai pu formuler une demande de financement, par la suite acceptée, auprès de la SAES/AFEA.

Une fois sur place, et après une procédure classique d’enregistrement en tant que « lecteur » dans les bureaux d’accueil de la Bibliothèque et la délivrance d’une carte qui permet de s’identifier et de circuler dans les locaux du bâtiment, la consultation des documents se fait en parfaite autonomie, et sans gants ! Pour des documents si précieux et anciens, et auxquels il est si difficile d’accéder, cela peut sembler quelque peu surprenant. Néanmoins, toutes les affaires personnelles du lecteur doivent être entreposées dans un casier dont on conserve la clé avec soi. Quant à l’ambiance de la grande salle de consultation, c’est un endroit particulièrement motivant et agréable ; toutes les personnes présentes sont pleinement absorbées par l’étude de leurs propres boîtes d’archives.

Grâce à ce séjour, j’ai bien entendu pu vérifier ou écarter certaines hypothèses en relation avec le texte étudié, et soulever d’autres questionnements. Cela m’a aussi permis de partager mes recherches et mes interrogations avec les historiens américains travaillant sur place, et tous leurs conseils, ou leurs remarques informelles au cours de ce court séjour auront été bénéfiques dans la construction et l’évolution de ma réflexion par la suite.

Emilie Mitran, Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.