Le nonsense chez Peake : une renaissance qui passe par la transgression

Mervyn Peake est un auteur qui s’inscrit clairement dans une thématique de la renaissance, à travers son utilisation surprenante de la langue, et plus précisément, sa tendance au nonsense. En effet, le nonsense, à la fois un mode qui découle d’une longue tradition, et un genre qui remonte à l’époque victorienne, est un phénomène qui reste marginal en littérature et difficile à définir car encore trop peu étudié. Il a, en tout cas, contribué au désintérêt d’une partie des critiques de l’œuvre de Peake et à la confusion de son lectorat.

Mais le nonsense, qui peut tout d’abord être perçu comme simple enfantillage, semble capital pour comprendre la démarche d’un auteur qui joue sans cesse avec les codes et les catégories littéraires traditionnelles. En effet, le nonsense instaure un dérèglement de la langue qui, au-delà de son effet déstabilisant sur le lecteur, ouvre sur une véritable réflexion linguistique. Il dévoile ainsi les nombreuses failles d’un langage qui nous enferme, tout en en ouvrant une brèche vers d’infinies possibilités d’expression. Ce paradoxe, inhérent à l’ensemble de la production peakienne, soulève à son tour de nombreuses questions dont celle du genre (tantôt un mode dans ses récits en prose, tantôt un genre dans ses poèmes, le nonsense se mêle également au grotesque, à la parodie et au lyrisme chez l’auteur), de la réception (le public visé est-il adulte ou enfant ?) et du style (on a souvent reproché à Peake son verbiage, alors qu’il joue avant tout sur le décalage des registres et la plasticité des mots). Ainsi, tout l’enjeu sera de démontrer comment l’auteur donne un nouveau souffle au nonsense en en redéfinissant les règles, et comment le nonsense, en retour, donne tout son souffle à une œuvre hétéroclite et singulière, car résolument transgressive

Vanessa Bonnet

Actuellement doctorante en deuxième année auprès du laboratoire LIRCES sous la direction de Christian Gutleben (UCA) et de Sophie Aymès-Stokes (Université de Bourgogne), Vanessa Bonnet est également professeur agrégé d’anglais en lycée. 

Elle a consacré ses mémoires de première et de deuxième année de master à l’étude de l’œuvre de Mervyn Peake, et s’est plus particulièrement penchée sur son aspect nonsensique dans ses travaux de deuxième année. Un article tiré de ces recherches, intitulé « A World of Nonsense », est paru dans la revue Peake Studies en 2012. Un second article intitulé « Un palmier peut en cacher un autre : Entre réflexion linguistique et nonsense dans la nouvelle “I Bought a Palm-Tree”de Mervyn Peake », tiré de ses recherches actuelles, a été publié dans la revue en ligne du laboratoire Les Cahiers des Jeunes Chercheurs en avril 2019. 

Satisfaction au travail et santé des doctorants

En 2020, le Collège des doctorant.e.s de la SAES a souhaité explorer la question des conditions de travail des doctorants. Si certains envisagent l’après thèse comme une renaissance, thème du congrès de cette année, c’est bien que certaines problématiques sont communes aux doctorants. C’est pourquoi nous avons invité deux représentants de collectifs interrogeant ces difficultés pour la keynote address du congrès de Tours.

Colin Lemée, docteur en psychologie sociale appliquée aux questions environnementales et expert auprès de l’association environnementale The Shift Project, présentera l’étude 2018 de l’association Doctopus, qui s’est notamment intéressée aux discriminations, à la santé et aux abus de substances durant le cursus doctoral. Il s’agit de la première enquête de cette envergure en France, faisant suite à de nombreux travaux parus à l’international sur la dégradation de la santé mentale observée chez les professionnels de la recherche, et en particulier chez la population doctorale, davantage concernée par la précarité.

Adèle Combes, docteur en biologie spécialisée en neurosciences, communiquera ensuite sur l’étude 2019 du projet Vies de thèse, qui a soulevé les questions du harcèlement moral et sexuel, de la santé, de l’impact sur la vie privée, de la méconnaissance des interlocuteurs universitaires et de la poursuite de carrière. Les résultats de ces travaux ont pour objectif de sensibiliser les milieux universitaires et les pouvoirs publics à l’altération de la qualité de vie pendant le doctorat et seront publiés dans un ouvrage consistant en une série de récits immersifs issus de témoignages.

Doctoriales 2020 – Renaissance(s)

En raison de la situation sanitaire, le congrès 2020 est reporté à 2021 à Tours.

Programme

09h : Accueil des participants

09h10 : Keynote address “Satisfaction au travail et santé des doctorants“, par Colin Lemée et Adèle Combes, membres des collectifs Doctopus et Vies de thèse.

10h10 : “Le nonsense chez Peake : une renaissance qui passe par la transgression“, Vanessa Bonnet (Université Côte d’Azur – LIRCES)

10h40 : “Du groupe à l’individu : renaissance(s) et occultisme britannique de fin de XIXe siècle“, Anaïs Aledo (Université de Toulon – Babel EA2649)

11h10 : Pause

11h20 : Temps d’échange autour du Collège des doctorant.e.s de la SAES

  • Présentation du carnet de recherche. des doctorant.e.s de la SAES
  • Professions de foi des candidat.e.s à l’élection des représentant.e.s du Collège
  • Élections

Juliette Misset

Après avoir étudié au Canada et enseigné en Ecosse et en Espagne, Juliette Misset est en troisième année de thèse à Strasbourg où elle dispose d’un contrat doctoral. Cette passionnée d’enseignement, également représentante des doctorants de la SEAA 17-18, livre son parcours universitaire et prodigue quelques conseils pour bien s’organiser pendant sa thèse.

Pourriez-vous évoquer votre parcours avant votre inscription en doctorat ?

J’ai d’abord fait une licence de littérature anglophone, théorie politique et littérature et civilisation hispanique à l’université McGill à Montréal, que j’ai adorée de bout en bout. Je suis rentrée en France suite à ces trois ans et j’ai entamé un Master LLCER à l’université de Versailles-Saint-Quentin. J’ai beaucoup aimé faire mon mémoire de M1, et à ce moment-là est née l’idée de faire une thèse, avec le projet de partir aux États-Unis. Je ne m’y sentais finalement pas prête, et j’ai abandonné l’idée d’un PhD aux États-Unis. Je suis partie en Espagne par le CIEP pour être assistante de français à la suite mon M1, ma première expérience d’enseignement.  L’enseignement m’a énormément plu, et j’ai fait une deuxième année d’assistanat de langue, cette fois en Écosse, tout en reprenant mon Master 2 à distance. J’ai arrêté mon Master 2 en cours d’année pour me tourner vers un Master d’enseignement de l’anglais en langue étrangère, que j’ai effectué à Glasgow l’année suivante. Je suis ensuite revenue en France pour préparer l’agrégation et le CAPES d’anglais, et c’est pendant mon année de stage en lycée que l’idée de la thèse est revenue. J’aimais toujours autant l’enseignement, mais je voulais revenir à la littérature après ces quelques années à enseigner les langues. J’ai élaboré mon projet de recherche avec ma directrice Anne Bandry-Scubbi, que j’avais rencontrée dans le cadre de la préparation à l’agrégation, et j’ai obtenu un contrat doctoral à Strasbourg.

Quel est le sujet de votre thèse ? 

Je travaille sur la réception du mode didactique et sa manifestation textuelle dans un corpus de romans majoritairement féminins publiés entre 1778 et 1814.

Comment financez-vous votre thèse ?

J’ai un contrat doctoral, qui se terminera à la rentrée 2020. Je ne sais pas pour l’instant avec certitude comment je vais financer la fin de ma thèse (qui ne sera pas achevée à l’issue de mon contrat doctoral). Si je ne décroche pas de contrat d’ATER ou de PRAG, je serai enseignante dans le secondaire.

Comment aviez-vous prévu, initialement, le déroulement de votre doctorat ? Quels écarts avez-vous pu constater entre votre expérience du doctorant et ce que vous projetiez au moment de la soumission de votre projet de thèse ? 

Lorsque j’ai obtenu un contrat doctoral, l’idée était d’essayer de finir en trois ans. Je voyais la thèse comme une étape à franchir avant d’envisager tout autre développement dans ma vie, professionnel comme personnel. J’ai changé d’optique depuis, car cela mettait beaucoup de pression sur le doctorat, que j’appréciais par ailleurs beaucoup faire. Ce qui me frappe le plus entre ce que je m’imaginais et mon expérience réelle du doctorat, c’est à quel point il était impossible de prédire comment le projet allait évoluer. Le sujet a mûri et changé au fil de mes lectures et de la réflexion. Il n’est pas facile de prévoir comment cela se passera, et il y a parfois des passages à vide qui peuvent être éprouvants. J’essaie de prendre tout cela avec plus de philosophie, tout en gardant l’objectif de la soutenance mais sans me laisser submerger par la pression de finir au plus vite.

Comment envisagez-vous le rapport entre l’enseignement et la recherche que vous menez pour votre doctorat ? 

Une de mes motivations principales pour débuter ma thèse a été la perspective d’enseigner ce qui me passionne, à savoir la littérature plutôt que la langue, et j’ai la chance d’être chargée de cours en licence depuis ma première année de thèse, principalement en littérature britannique. Pour moi l’enseignement et la recherche sont donc intimement liés, jusqu’à mon sujet de thèse qui considère le lien entre fiction et enseignement par la lecture tel qu’il est envisagé dans les œuvres de mon corpus et dans les critiques de ces œuvres. Mon travail de recherche influe sur mes enseignements, qui à leur tour entretiennent mon envie de continuer à faire de la recherche.

Quand avez-vous commencé à communiquer ? Comment les communications ont-elles influencé votre parcours et/ou la rédaction de votre thèse ? 

J’ai commencé à faire de courtes présentations localement en première année, et c’est en deuxième année que j’ai commencé à me déplacer à des colloques. Je trouve le processus de préparer une communication utile pour avancer dans la réflexion, surtout lorsque je communique sur un sujet qui fera vraisemblablement partie de ma thèse. C’est souvent le dialogue avec les autres qui me permet d’avancer, et pour cela les courtes présentations devant mon équipe de recherche me sont très utiles. J’ai aussi assisté à des colloques auxquels je ne participais pas qui m’ont énormément apporté, d’autant que lorsqu’on ne communique pas on peut réellement se concentrer sur les présentations des autres, sans avoir le stress de sa propre performance. Je cherchais au début à tout prix à communiquer uniquement sur des sujets qui pourraient ensuite faire partie de ma thèse, et je commence maintenant à penser à communiquer sans forcément l’idée que ça deviendra un morceau de chapitre, pour retrouver un enthousiasme qui a diminué suite à des communications dont j’espérais qu’elles m’aideraient à avancer spécifiquement pour la thèse, où j’ai été déçue.

Comment envisagez-vous l’après thèse ?

Je n’ai pas d’idée précise de l’après thèse pour le moment, si ce n’est que j’imagine que j’aurai toujours autant envie de continuer à enseigner la littérature anglophone. Je verrai ce que je pourrai et voudrai envisager comme type de poste dans ce sens, dans le supérieur ou le secondaire, en France ou à l’étranger. Ce n’est pas (encore) un sujet qui me préoccupe énormément, notamment car je suis titulaire dans le secondaire, et ai donc une source de revenu assurée à l’issue de ma thèse.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un étudiant qui projette de s’inscrire en doctorat en études anglophones ? 

Mon conseil serait de s’engager dans une thèse réellement par envie, envie à la fois de travailler longtemps sur son sujet de recherche et envie de travailler avec la personne qui la dirigera. Je pense aussi qu’il peut être très bon de parler en amont avec des gens qui sont en train de faire leur thèse, pour avoir des points vue concrets sur le doctorat. Personnellement, je trouve le soutien des co-doctorant.e.s extrêmement précieux pour passer les difficultés en tout genre, pragmatiques (à qui dois-je m’adresser faire une demande de financement pour un déplacement ?) comme existentielles (ma thèse a-t-elle un sens ?).

Le séjour de recherche d’Emilie Mitran à la Bibliothèque du Congrès

Emilie Mitran est docteure en études anglophones et agrégée d’anglais. Elle enseigne à Aix-Marseille université depuis 2015 et poursuit des recherches sur le monde atlantique et les humanités numériques. Elle s’intéresse aux Révolutions américaine et française, à l’expression et aux représentations de l’identité américaine, ainsi qu’aux écrits privés de témoins européens des révolutions.

J’ai obtenu une bourse de recherche SAES/AFEA en 2017. Grâce à cela, j’ai pu effectuer un séjour en archives d’une semaine à la Bibliothèque du Congrès de Washington pour consulter les documents manuscrits du texte sur lequel je travaillais pour mon doctorat. Ma thèse s’intéressait au journal privé d’une figure de la construction politique de la jeune République américaine, Gouverneur Morris. Ce dernier remplit en effet quatre cahiers de ses notes intimes entre 1789 et 1793, alors qu’il est à Paris et qu’il se retrouve témoin de l’activité révolutionnaire française. Cette consultation était indispensable car une partie de ma thèse visait à étudier, en détail, l’aspect matériel de ces cahiers privés.

Il n’a pas été difficile de localiser les cahiers manuscrits de Morris : tous se trouvent à la Bibliothèque du Congrès qui partage, sur son site, toutes les informations nécessaires quant au contenu de boîtes d’archives relatives à un personnage historique ou un auteur.

Ce travail en archives est intervenu lors de ma troisième année de doctorat ; avant cela, j’étais entrée en contact avec la responsable de la Manuscript Division de la Bibliothèque du Congrès pour obtenir, grâce à un financement de mon laboratoire, le LERMA, une version microfilmée des journaux manuscrits. Comme cette consultation est intervenue en 2017, mes objectifs de recherche avaient eu le temps de mûrir entre ma première et troisième inscription en thèse ; je savais, en me rendant sur place, sur quoi porterait mon examen des manuscrits. Je m’étais préparée une marche à suivre précise pour être sûre de ne rien oublier et de ne pas passer à côté de quelque chose lors de cette consultation exceptionnelle. Il faut en effet savoir que par mesure de protection de ses fonds, la Bibliothèque n’autorise plus la consultation des manuscrits si les documents ont été microfilmés. J’avais insisté sur le caractère essentiel de cette étude des manuscrits pour ma recherche, mais n’ai pu obtenir cette dérogation que grâce au soutien de mon directeur de recherche, Gérard Hugues, et d’une historienne américaine, Melanie R. Miller, qui ont tous deux appuyé ma requête. Après cela, j’ai pu formuler une demande de financement, par la suite acceptée, auprès de la SAES/AFEA.

Une fois sur place, et après une procédure classique d’enregistrement en tant que « lecteur » dans les bureaux d’accueil de la Bibliothèque et la délivrance d’une carte qui permet de s’identifier et de circuler dans les locaux du bâtiment, la consultation des documents se fait en parfaite autonomie, et sans gants ! Pour des documents si précieux et anciens, et auxquels il est si difficile d’accéder, cela peut sembler quelque peu surprenant. Néanmoins, toutes les affaires personnelles du lecteur doivent être entreposées dans un casier dont on conserve la clé avec soi. Quant à l’ambiance de la grande salle de consultation, c’est un endroit particulièrement motivant et agréable ; toutes les personnes présentes sont pleinement absorbées par l’étude de leurs propres boîtes d’archives.

Grâce à ce séjour, j’ai bien entendu pu vérifier ou écarter certaines hypothèses en relation avec le texte étudié, et soulever d’autres questionnements. Cela m’a aussi permis de partager mes recherches et mes interrogations avec les historiens américains travaillant sur place, et tous leurs conseils, ou leurs remarques informelles au cours de ce court séjour auront été bénéfiques dans la construction et l’évolution de ma réflexion par la suite.

Emilie Mitran, Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France

Journées de septembre 2019

Les journées de la SAES ont eu lieu les vendredi 6 et samedi 7 septembre 2019 à l’Institut Anglophone à Paris. Nous étions présents pendant la plénière (les comptes rendus des différentes interventions ont été publiés sur le site de la SAES) et nous avons organisé une réunion avec les doctorant·e·s de la SAES le samedi 7 septembre de 13h à 14h.

Compte rendu du questionnaire sur le comité de suivi individuel

Le bureau nous a accordé un temps de parole durant lequel nous avons pu faire un retour d’expérience sur le comité de suivi individuel (CSI). Il s’agissait là de la deuxième édition du questionnaire, le premier ayant été réalisé entre juin et septembre 2007 par le précédent bureau du Collège des doctorant·e·s. Nous avons cette année obtenu 58 réponses, contre 52 pour la première édition du questionnaire. Les résultats ne sont pas nécessairement représentatifs des situations de tou·te·s les doctorant·e·s, mais permettent malgré tout de dresser quelques constats.

Si les doctorants qui ont répondu au questionnaire concernant le CSI 2017-2018 ont souligné que ce dernier leur offrait un regard neuf sur leur travail, une manière efficace de vérifier l’avancée de leurs recherches, une occasion de s’exprimer sur leur thèse devant des chercheurs confirmés, ainsi que des pistes méthodologiques ou bibliographiques, plusieurs d’entre eux soulèvent des irrégularités.

En effet, 15 doctorants ont signalé la présence de leur directeur de thèse lors du comité, ce que l’arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat interdit pourtant : “les membres de ce comité ne participent pas à la direction du travail du doctorant.” Ce point nous semble particulièrement sensible dans la mesure où il vise à permettre la prévention de “toute forme de conflit, de discrimination ou de harcèlement.” Huit des doctorants qui ont rencontré des difficultés avec leur directeur de thèse et qui ont répondu au questionnaire indiquent par ailleurs que le comité ne leur a pas permis de résoudre ces problèmes – peut-être est-ce lié à la présence du directeur lors du comité.

Douze doctorants indiquent également ne pas avoir reçu de rapport à l’issue du comité. Or, l’arrêté stipule bien que le comité “transmet un rapport de l’entretien au directeur de l’école doctorale, au doctorant et au directeur de thèse”. Un autre doctorant précise avoir dû remplir lui-même une partie de son rapport.

Enfin, un doctorant a déclaré que son école doctorale n’a pas pu organiser de comités de suivi en 2017-2018. S’il s’agit d’un cas isolé, ce point nous semble cependant inquiétant.

Si les résultats que l’on trouve dans la présentation nous semblent bien montrer les disparités nationales qui résultent sans doute de la souplesse de l’arrêté et qui posent parfois question, les trois types d’irrégularités que nous avons soulevées plus haut nous paraissent dignes d’attention.

Les résultats complets de l’enquête sont disponibles sur le site de la SAES.

Réunion des doctorants du 07/09/2019

L’ordre du jour était le suivant :

– Appel à candidature pour le remplacement des représentantes. Un appel à candidature sera envoyé prochainement sur la liste de diffusion et via la page Facebook. Les élections auront lieu lors du congrès annuel de la SAES à Tours, en juin 2020.

– Nous avons évoqué le projet de création d’un carnet de recherche pour les doctorant·e·s sur Hypothèses. Ce carnet permettrait de faciliter l’accès à la publication aux doctorant·e·s et serait l’occasion de publier les communications faites aux Doctoriales, ainsi que des portraits de doctorant·e·s et des conseils pour la thèse. Des formats clairs devraient être définis prochainement, afin de pérenniser le carnet.

– Préparation des prochaines doctoriales et réflexions sur le thème « RenaissanceS » : l’appel à communication sera envoyé prochainement.

Myriam Ardoin

Myriam Ardoin, désormais professeur au Lycée international de Lyon, a soutenu sa thèse, consacrée à Gilbert Keith Chesterton, en 2017. Cette ancienne membre du collège des doctorants de la SAES revient sur son parcours de thèse, de la conception de son sujet aux méthodes de travail qui l’ont aidée à mener à bien son doctorat en trois ans.

Quelles études avez-vous menées avant de vous inscrire en thèse ?

J’ai fait trois ans de classe prépa littéraire, spécialité anglais, puis j’ai intégré l’ENS de Lyon en tant qu’auditrice libre où j’ai obtenu un Master Recherche et préparé le concours de l’agrégation.

Disposiez-vous d’une expérience professionnelle préalable ?

Oui, j’ai enseigné trois à King’s College London comme lectrice de français.

Quel était le sujet de votre thèse ? Comment l’avez-vous Choisi ?

Le sujet de ma thèse était : « Le Discours de la méthode selon G.K. Chesterton : l’itinéraire d’une pensée. » Après avoir étudié deux œuvres de R.L. Stevenson et C. Dickens en Master, j’ai choisi d’étudier un auteur peu connu qui avait été influencé par ces deux auteurs. J’avais également développé un goût pour le roman d’aventures et le roman policier, et c’est en faisant quelques recherches que j’ai fait la découverte de Chesterton et de ses nouvelles policières. Le sujet s’est précisé après avoir lu mon corpus et réfléchi avec ma directrice de thèse (Nathalie Vanfasse au LERMA à Aix-Marseille Université, ndlr) à des pistes d’analyse pertinentes. Nous sommes ensemble arrivées à l’idée qu’il serait pertinent d’analyser les processus de pensée et de raisonnement dans les récits de détection de Chesterton. Le titre de la thèse en lui-même a été proposé par ma directrice de thèse, et je l’ai approuvé.

Comment avez-vous financé votre thèse ?

J’ai obtenu un « contrat doctoral fléché normalien » via une demande sur dossier auprès de l’ENS de Lyon.

Comment aviez-vous prévu, initialement, le déroulement de votre doctorat ?

J’avais pour objectif de faire mon doctorat sur 3 ans, soit la durée du contrat doctoral, et éventuellement en 4 ans, avec une année comme ATER. Dès le début, j’ai eu la volonté de considérer le doctorat non pas seulement comme un temps d’études, mais plutôt comme un « travail », un temps de spécialisation et de perfectionnement par rapport à ma formation initiale. C’est pourquoi, je me suis fixé des horaires de travail à la bibliothèque : 8h30/9h jusqu’à 17h/18h (modulable selon les jours) du lundi au vendredi.

Quels écarts avez-vous pu constater entre votre expérience du doctorant et ce que vous projetiez au moment de la soumission de votre projet de thèse ?

J’ai constaté peu d’écarts entre mes attentes / projections et ce que j’ai réellement vécu. Je dirais peut-être que le respect des horaires que je m’étais fixés a parfois été difficile. Je ne pensais pas non plus que la solitude lié à la thèse me pèserait autant, mais j’ai malgré tout pu trouver un équilibre de vie en maintenant une vie sociale intense les soirs et les week-ends, puisque je travaillais toute la journée.

Pourriez-vous nous décrire votre parcours après la thèse ?

Après la thèse, j’ai tenté d’obtenir un poste en CPGE, mais à ce jour, je n’en ai toujours pas obtenu, car mes souhaits géographiques sont assez restreints. Après mon contrat doctoral, je n’ai pas souhaité poursuivre l’enseignement dans le supérieur et j’ai donc intégré l’Education Nationale. J’ai d’abord été mutée sur un poste en lycée à Créteil, puis après seulement un an, j’ai obtenu un poste en section internationale au Lycée international de Lyon, où je suis actuellement toujours titulaire. En parallèle, j’ai assuré et j’assure encore des khôlles en CPGE et j’ai donné des cours en khâgne à Paris pendant un an. J’ai également participé à un « workshop » avec le LERMA et UC Berkeley ces deux dernières années, et je rédige actuellement un article pour une revue universitaire.

Le doctorat vous aide-t-il dans votre métier actuel ?

Le doctorat m’aide dans une moindre mesure au quotidien. Il me donne une certaine expertise en littérature, mais cette expertise est largement sous-exploitée car, pour des raisons complexes et internes à mon établissement (et non liées à mes compétences), on ne m’a toujours pas attribué de cours en section internationale. Néanmoins, j’enseigne la nouvelle spécialité LLCE anglais en première, et je sais que mon doctorat est un atout pour obtenir un poste en CPGE assez rapidement.

Poursuivez-vous des activités de recherche ?

Un peu, mais c’est assez difficile car l’enseignement dans le secondaire est très chronophage. Depuis ma soutenance de thèse, j’ai fait trois communications et je suis en train d’écrire un article.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un étudiant qui projette de s’inscrire en doctorant en études anglophones ?

Je dirais qu’il faut éviter de se disperser dans trop de projets, d’articles, de communications… Il faut rester régulier dans son travail de recherche, commencer à rédiger dès la première année et soumettre des articles ou communications qui pourront être réutilisées presque tels quels dans la thèse.

Appel à contributions – Doctoriales 2020 – Tours

Les propositions de 300 mots maximum, accompagnées d’une courte notice biblio-biographique, rédigées en français ou en anglais, devront être envoyées à l’adresse suivante (college.doctorants@saesfrance.org) avant le 02 décembre 2019. Nous rappelons que le public des Doctoriales est composé de chercheurs en anglistique aux parcours variés, et que les communications doivent tenir compte de cette diversité de spécialisations.

Questions disciplinaires

La notion de renaissance semble recouvrir l’ensemble des occurrences où le passé mue et revêt une forme nouvelle. En littérature, elle évoque les bouleversements des courants ou des écoles, la redécouverte d’auteurs et des formes oubliées comme les aléas de la réception. Du point de vue de l’histoire et de la politique, la renaissance, loin de désigner la seule période moderne, peut également caractériser toute époque qui tend à renouveler les enseignements du passé ou bien à rompre avec eux. La renaissance peut enfin aider à penser les variations linguistiques et phonétiques à travers les âges.

Renaissance épistémologique

Cependant, la renaissance paraît pouvoir éclairer l’épistémologie de la recherche. En effet, tout chercheur, lorsqu’il se confronte à son corpus, doit parfois faire le deuil de ses premières hypothèses pour en susciter de nouvelles. L’écriture de la thèse peut ainsi être envisagée comme une série de renaissances : comment faire face à cette succession de rejets et d’élaborations de théories et d’idées ? Comment ce phénomène permet-il de construire sa pensée ?

Renouvellement des méthodes et des champs de recherche

La renaissance convoque également la question de la régénération des champs et méthodes de recherches. Comment les humanités numériques et les méthodes de recherche contemporaines permettent-elles de renouveler les champs de recherche établis ? Comment explorer de nouveaux champs disciplinaires au sein de l’anglistique ? Comment les thèses peuvent-elles prétendre à la renaissance de leur champ disciplinaire et des méthodes auxquelles elles recourent ?

Renaissance et analyse de corpus

Entendue comme réitération, la renaissance pose la question de l’analyse des corpus, où les doctorants sont souvent amenés à chercher la répétition de phénomènes à partir desquels ils pourront élaborer leur thèse. Comment systématiser la recherche de ces phénomènes, qu’ils soient littéraires, historiques, politiques, sociaux ou linguistiques ? Quels outils bibliographiques peuvent être utiles à cet effet ?

Renaissance et reconversion

D’un point de vue individuel, la renaissance évoque les reconversions qui ponctuent les parcours de certains jeunes chercheurs. Comment s’atteler à la préparation d’une thèse après un parcours professionnel ou scolaire qui ne semblait pas y mener ? Comment ces profils variés peuvent-ils enrichir l’expérience du doctorat ? Enfin, comment peut-on envisager une reconversion en dehors du milieu de la recherche après l’obtention d’une thèse ? Quels atouts les doctorants peuvent-ils mettre en avant lorsqu’ils souhaitent se reconvertir ?

Elections 2020

élections collège doctorants

Les élections sont reportées en septembre et auront lieu par voie électronique. Nous vous tiendrons rapidement informés de l’évolution de la situation.

A l’occasion des doctoriales du 60e congrès de la SAES à Tours le 4 juin 2020, les doctorants de la SAES seront amenés à élire de nouveaux représentants du collège des doctorants. Si vous souhaitez candidater à ces élections, veuillez nous le notifier par un simple message à l’adresse suivante : college.doctorants@saesfrance.org.

Les membres du collège des doctorants sont amenés à préparer les doctoriales qui se tiennent chaque année lors du Congrès de la SAES en juin, ainsi que la réunion des doctorants qui se déroule à la suite des Journées de septembre. Ces deux temps forts constituent une occasion de se former à l’organisation et à la coordination d’événements scientifiques et représentent une expérience particulièrement enrichissante pour tout doctorant !

Doctoriales 2019 – Aix-en-Provence

SAES-2019-AMU-LERMA

Les doctoriales du 59 e Congrès de la SAES ont privilégié les approches méthodologiques et professionnelles de l’exception afin que les interventions puissent concerner le plus grand nombre de doctorants possible. Une quarantaine de doctorants y ont assisté.

Doctoriales-SAES-2019

Nous avons choisi d’inviter deux jeunes docteurs en tant que keynote speakers afin que cette communication soulève des enjeux proches des étudiants qui sont encore en train de préparer leur thèse. Isabelle Licari-Guillaume, jeune MCF à l’Université de Nice, et Caroline Duvezin, docteur et ATER à Poitiers, ont présenté une intervention à deux voix, sur la question des nouveaux champs de recherche en littérature. Respectivement spécialistes de bande dessinée et de fantasy, elles ont souligné la difficulté inhérente à l’exception disciplinaire tout en relevant les avantages. Elles ont également insisté sur la nécessité recourir à des méthodes innovantes – de l’usage des réseaux sociaux à la participation à des conventions traditionnellement réservées aux fans – afin de mener à bien leurs recherches.

La deuxième intervenante, Audrey Cartron, doctorante au LERMA, a communiqué sur l’anglais de la police. Elle a montré comment l’anglais de spécialité relevait d’une forme d’exception au sein de la linguistique, tout en précisant les méthodes nouvelles qu’elle devait déployer pour constituer son corpus. Le troisième intervenant, Dominique Mantelli, doctorant à Normandie Université, a abordé la question de la traduction littéraire comme espace d’exception linguistique et culturel tout en interrogeant les questions de canon littéraire et leurs variations au moment de la traduction.

La seconde partie des doctoriales a été consacrée à un temps d’échange autour du statut des doctorants d’anglais en France. Marion Coste, Louisa Perreau et Amélie Derome ont analysé les résultats d’une enquête menée sur le Comité de Suivi Individuel de thèse. Les doctorants présents ont ensuite soulevé plusieurs points importants, de la difficulté à assister aux formations obligatoires pour ceux qui ont un travail à temps plein, aux irrégularités de certains CSI, jusqu’à la manière d’obtenir des informations sur les financements pour les doctorants non contractuels.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search