Prix de thèse SERA 2023 (appel à candidatures)

Comme chaque année impaire, la SERA (Société d’Études du Romantisme Anglais) lance son prix de thèse 2023 pour sélectionner celle ou celui qui succèdera à Caroline Dauphin, lauréate 2021. 

Le jury sera présidé par Jean-Marie Fournier. 

Les autres membres du jury sont: Laurent Folliot, Sophie Laniel-Musitelli et Céline Sabiron. 

Pour celles et ceux qui souhaitent candidater, merci d’envoyer par mail (caroline.bertoneche@univ-grenoble-alpes.fr) une lettre de candidature (nom, prénom, titre de la thèse, court résumé de la thèse) ainsi qu’une copie anonymisée de la thèse en format .pdf en ne mentionnant que le titre en couverture d’ici le 30 avril, dernier délai. 

Le prix sera remis lors de l’AG de la SERA en octobre prochain. 

Sont éligibles celles et ceux qui ont soutenu leurs thèses en études romantiques ces deux dernières années, 2021-2023. 

Programme des Doctoriales – 1er Juin 2023 – Rennes

Nous avons le plaisir de vous annoncer le programme des Doctoriales qui se tiendront lors du Congrès de la SAES en juin 2023. Cette année s’annonce très riche en communications! Pour celles et ceux qui ne pourront pas être présent.e.s, les Doctoriales devraient également pouvoir être suivies à distance.

Programme

8h45 Accueil des participant.e.s

9h Introduction

Session 1 : La discontinuité de la transmission : entre silence, absence et rejet de transmission

Modératrices : Sophie Tassan et Angélina Giret

  • 9h05 Gérard Kossi Adzalo – LIRCES, Université Côte d’Azur La transmission dans les œuvres et traductions d’Ahmadou Kourouma
  • 9h15 Junhao Zhao – 3L.AM, Le Mans Université Transmission de l’indicibilité dans l’œuvre de Conrad et de Nabokov
  • 9h25 Georges Pillegand- Le Rider – PRISMES, Université Sorbonne Nouvelle Fin de la transmission : notre descendance face à la menace extraterrestre
  • Discussion

Session 2 : L’héritage en question : que transmettons-nous ?

Modératrices : Sophie Tassan et Angélina Giret

  • 9h45 Léa Fourure-Reynaud – LERMA, Université Aix-Marseille « The secret ties which bind the parts together » – Transmission de la Physiognomonie de Charles Bell à Charles Dickens
  • 9h55 Amal Aggoune – HDEA, Sorbonne Université Les réseaux sociaux: apprendre et transmettre la religion au XXIe siècle.
  • 10h05 Cécile Moore Hopson – C.R.I.T, Université de Franche-Comté, Engaging with absent transmissions in Bernardine Evaristo’s Lara and Chibundu Onuzo’s Sankofa
  • Discussion et pause

Session 3 : Quand la transmission se mêle à la politique

Modératrice : Sophie Tassan

  • 10h40 Angélina Giret – GRIC, Université Le Havre Normandie Femmes britanniques du Raj : figures de transmission ambiguës de l’espace colonial indien (1835-1914)
  • 10h50 Clémence Leveque – CREW, Sorbonne Nouvelle Localising a regional message: local parties as mediators in the transmission of election manifestos
  • 11h Lucie Bonnet – ECLLA, Université Jean Monnet Saint-Etienne La transmission dans les communautés autochtones nord-américaines : entre colonisation et résilience
  • 11h10 Linda Mathlouti – IDEA, Université de Lorraine The ideological transmission on “the children of the lost” during the Victorian era
  • Discussion

Session 4 : Présentation des travaux de thèse

Modératrices : Sophie Tassan et Angélina Giret

  • 11h30 Geneviève Moulard – CREA, Université Paris Nanterre Militarisation et émancipation des femmes britanniques engagées dans les forces armées pendant la Seconde Guerre mondiale
  • 11h40 Solenn Aliji – IMAGER, Université Paris-Est Créteil Étude contrastive des périphrases en come/venir
  • Discussion et présentation d’initiative doctorale
  • Clôture

Vendredi, c’est Ph.D : Les outils de la thèse, Zotero and Co… (séance du 20/01/2023)

Les outils utiles à la rédaction de la thèse qui ont été évoqués ce soir (d’autres ressources sont listées dans l’article “Matériaux de thèse”, n’hésitez pas à aller le lire!)

pour la bibliographie

Zotero – des formations existent, soit par le biais des universités, soit sur youtube

pour l’organisation du temps de travail

La méthode Pomodoro

Se dégager du temps dédié à la thèse quand c’est possible

L’application Tello pour lister les tâches et les prioriser

pour la rédaction

Le logiciel Antidote (payant) pour relire et corriger

Maîtriser les feuilles de style de son traitement de texte peut faire gagner du temps sur la mise en page

… cette liste pourra être complétée au fur et à mesure des échanges avec les doctorants…

CFP – 11es Journées Internationales de Linguistique de Corpus (JLC2023) 3-6 juillet 2023, Grenoble

https://jlc2023.sciencesconf.org/

Lancées en 2001 par Geoffrey Williams à l’université de Lorient-Bretagne Sud, les Journées Internationales de Linguistique de Corpus (JLC) réunissent régulièrement la communauté interdisciplinaire dont l’objet de recherche porte sur les corpus linguistiques. Après sept éditions, puis un passage à Orléans en 2015, elles s’installent à Grenoble en 2017 puis 2019, et pour cette nouvelle édition en 2023. Elles sont co-organisées par le Laboratoire LIDILEM (UGA) et d’autres laboratoires de l’UGA (ILCEA4, LIG, Litt&Arts) et d’universités partenaires (Lyon, Montpellier, Toulouse) : DDL, ICAR, Praxiling, CLLE.

Conférencier.e.s. invité.e.s : Florence Mourlhon-Dallies (Université Paris Cité) + 2e conférencier à venir

Les JLC2023 ont pour vocation de rassembler une communauté autour d’approches variées, aussi bien du point de vue méthodologique que disciplinaire. Elles s’attachent à mener une réflexion sur la linguistique de corpus et à contribuer à l’évolution des pratiques scientifiques dans ce domaine. Ces journées visent ainsi à créer des passerelles entre différentes approches des corpus numériques.

Dans la lignée des précédentes conférences, les JLC2023 proposeront, durant trois jours, des présentations scientifiques, des conférences invitées et des sessions de poster et discussions entre les participants. Des sessions de formation aux outils et à l’exploitation des corpus, particulièrement pour des objectifs didactiques, seront proposées. Les participant.e.s sont invité.e.s à confronter leurs outils et leurs expériences et à présenter leurs résultats, dans tous les champs dans lesquels l’utilisation des corpus est présente.

Cette édition des JLC mettra un focus particulier sur corpus et didactique. Une partie des journées sera spécifiquement dédiée à cette thématique. On attend ainsi pour celle-ci des propositions de communication qui montrent et questionnent l’utilisation de corpus dans l’enseignement, qu’il

s’agisse de retours d’expérience, d’exposé des démarches et approches méthodologiques, pour des publics variés, aussi bien que de points de vue plus théoriques…

Ces journées ne se limiteront pas à cette thématique et restent accueillantes pour toutes sortes de contributions autour des corpus écrits, oraux ou multimodaux, qui pourront concerner, de manière non exhaustive :

1.  Approches linguistiques et corpus

2.  Méthodes et outils

3.  Variations, genres, discours

4.  Applications et usages des corpus : formation, traduction, terminologie…

La présentation des contributions en français ou en anglais ne dépassera pas 3 pages (hors références bibliographiques et figures). Les soumissions anonymes seront déposées via le système SciencesConf pour une évaluation par deux relecteurs. À côté des communications classiques, il sera possible de proposer une démonstration (mêmes modalités de soumission).

Une proposition de publication en ligne est envisagée à l’issue de la conférence.

Calendrier :

1.    Diffusion de l’appel : début novembre 2022

2.    Date-limite de réception des soumissions : 3 février 2023

3.    Notification aux auteurs : Mi-avril 2023

4.    Version définitive de la soumission : 19 mai 2023

5.    Inscriptions : mai 2023

The 11th International Conference on Corpus Linguistics 3-6 July 2023, Grenoble

Call for Papers

https://jlc2023.sciencesconf.org/

The International Conference on Corpus Linguistics (JLC), founded by Geoffrey Williams in 2001 at the University of South Brittany, Lorient, France, regularly draws together an interdisciplinary community whose research focus is corpus linguistics. After seven gatherings in Lorient and an interlude in Orleans in 2015 (8th International Conference on Corpus Linguistics), the conference alighted in Grenoble in early July 2017 and in November 2019, organized by the LIDILEM Laboratory with contributions from LIG, ILCEA4, Litt&Arts and the MSH-Alpes. Université Grenoble Alpes is honored to host this international conference again from July 3rd to July 6th 2023. The JLC’23 is organized in collaboration with other labs from French universities based in Lyon, Montpellier and Toulouse: DDL, ICAR, Praxiling, CLLE.

JLC’23 aims to bring together a community that adopt various approaches, be they methodological or disciplinary, to promote corpus linguistics and to contribute to the evolution of practices in the field by building bridges between different approaches to digital corpora. Participants are invited to share and compare their knowledge of tools, experiences and findings.

In the tradition of previous conferences, the JLC’23 in Grenoble will offer three days of presentations, conferences by guest speakers and discussion sessions among the participants. Practical workshops on tools and methods will be organized over a half day.

The conference will particularly focus on corpora for teaching and learning and a number of slots will be dedicated to/cover this theme. We especially encourage papers that show and question the uses of corpora in teaching and learning. We welcome presentations and posters be they feedback on field experience, presentations of methodological approaches for various audiences, or more theoretical points of view…

Contributions within the fields of written, oral and multimodal corpora are also welcome on any topic relevant to corpus linguistics including but not limited to:

1.  Linguistic approaches to corpora

2.  Methods and tools

3.  Variations, genres, and discourse

4.  Applications and uses of corpora for teaching and learning, translation, terminology, etc.

Guest speakers include: Florence Mourlhon-Dallies (Université Paris Cité) + another to be confirmed

Participants may submit a proposal for a paper presentation or for the presentation of a tool. Proposals can be in French or in English and should not exceed three pages (not including figures or references) and must be anonymous. They will be peer-reviewed by members of the scientific board. JLC2023 will adopt the SciencesConf system to manage communication proposals. In addition to paper presentations, you may also propose the presentation of a digital tool (identical submission guidelines).

Publication: following the conference, authors are welcome to submit an article. All papers will be peer-reviewed and published online.

Timetable:

1.                  First CFP: November 2022

2.                  Submission deadline: Friday February 3rd 2023

3.                  Notification of acceptance: Mid-April 2023

4.                  Final submission version: Friday May 19th 2023

5.                  Registration begins: May 2023

CFP – TTR Traduction, Terminologie, Rédaction 37.2, Automne 2024 

TTR Traduction, Terminologie, Rédaction 37.2, Automne 2024 

La subjectivité dans la retraduction à plusieurs

Numéro thématique dirigé par :

Carole Fillière (Université de Toulouse Jean Jaurès, LLA-CREATIS)

Enrico Monti (Université de Haute-Alsace, Mulhouse, ILLE)

La retraduction est un domaine encore insuffisamment exploré malgré l’intérêt que la traductologie lui porte depuis les années 2000 [1]. Si l’accord est assez unanime sur le XXIe siècle comme « âge de la retraduction » [2], les réticences sont nombreuses à l’heure d’aborder la retraduction, terme auquel le monde éditorial préfère ceux de « nouvelle traduction », même si paradoxalement de plus en plus de traducteurs s’affichent comme retraducteurs décomplexés [3]. Au sein de ce champ traductologique, alors que la traduction collective et/ou collaborative n’est étudiée que depuis peu [4], la retraduction à plusieurs reste un champ relativement inexploré, surtout pour les questions cognitives et textuelles de l’activité créatrice plurielle et son rapport aux nouvelles technologies de la traduction. Or, la réhabilitation de l’agent dans la traductologie est une ligne de fond continue [5]. Elle fait suite au cultural turn des années 1990 et nourrit les approches des retraductions comme phénomènes culturels à l’intersection d’un champ collectif et d’un espace subjectif [6]. 

Nous nous proposons d’envisager une théorisation de la retraduction à plusieurs capable d’apporter un regard nouveau sur la créativité collective et individuelle, et d’articuler l’historicité, la littérarité et la métadiscursivité critique inhérentes au phénomène de la retraduction, afin d’éclairer en retour la traductologie, l’histoire culturelle et la littérature [7]. 

Pour cela, nous organiserons conjointement deux journées d’études à Toulouse et Mulhouse en 2023, prenant pour objet la part de subjectivité dans la retraduction à plusieurs. Elles prolongeront d’une part les travaux ayant donné lieu à la publication des volumes Autour de la retraduction et Traduire à plusieurs / Collaborative Translations (E. Monti et P. Schnyder (dir.), Orizons, Paris, 2011 et 2018) et, d’autre part, les recherches initiées au cours du séminaire doctoral « La retraduction : Lieu et moment d’interprétation » en 2019-2021 (École doctorale ALLPH@, Université de Toulouse Jean Jaurès) [8]. Ces rencontres se veulent ouvertes à plusieurs langues-cultures et ont pour vocation d’associer des traductologues, des philologues, des historiens de la traduction et du livre, ainsi que des traducteurs professionnels au travers de leurs projets, dans une perspective historique et cognitive s’efforçant de saisir l’éthos traductif au sein des interactions plurielles. 

La réflexion entamée dans ces deux journées se poursuivra avec la publication, en septembre 2024, d’un numéro thématique de TTR (Traduction, Terminologie, Rédaction), revue officielle de l’Association canadienne de traductologie. 

Les axes de réflexion que nous proposons pour ce numéro thématique sont nombreux et variés, car ils témoignent de la complexité des rapports entre individualité et plurivocalité : en effet, si le traducteur, comme l’affirmait Bernard Hœpffner dans son roman posthume Portrait du traducteur en escroc, est un auteur éclaté, que dire de l’union de divers auteurs éclatés ? Et que nous dit cette union de l’œuvre créée ? est-elle une ou plurielle ? La polyphonie est-elle le but ou l’obstacle de cette pratique ? Qu’en est-il de l’autorité quand elle est collective ? Que devient l’éthos du sujet traducteur dans l’alliance intersubjective au service de la pratique de la retraduction à plusieurs ? 

Voici quelques axes de réflexion possibles : 

– Historiographie, définitions et réceptions : études de projets éditoriaux, de la formation de collectifs ; tentative de définitions de cette pratique : divergences et associations entre le collectif et le collaboratif ? deux retraducteurs, est-ce déjà un « collectif » ? la retraduction à plusieurs concerne-t-elle le processus ou le produit ? les anthologies associant divers retraducteurs d’un même auteur, ou pas, sont-elles des retraductions à plusieurs, quand la polyphonie se fait par contiguïté et association ? comment sont présentées au public ces entreprises ? comment sont-elles reçues ?

– Difficultés, défis et limites : études du leadership, de l’autorité fluctuante ou partagée, des conflits de retraduction et de leur gestion, des phénomènes de désengagement dans l’entreprise plurielle.

– Avantages, ouvertures et plaisirs : études de cas présentant des expériences fondées sur le partage et la collaboration, sur les émotions et l’éthos des retraducteurs ; sur la fonction de l’émulation, du dialogisme, de l’hybridation discursive pour un enrichissement des œuvres ; ou encore sur la part de la subjectivité et de l’intersubjectivité créatrice lorsqu’il s’agit de donner voix à plusieurs altérités en plus de celle de l’auteur.

– Pratiques : études sur les modalités de travail à plusieurs, depuis l’anonymat et l’invisibilité (Wiki-traducteurs et pratiques de crowdsourcing) jusqu’à l’association de plusieurs créateurs revendiqués ; retours d’expériences partagées ; analyse de retraductions à plusieurs.

– Technologie et intermédialité : études sur le rôle de nouvelles technologies de la traduction dans la retraduction à plusieurs ; sur l’intégration d’autres médias dans les pratiques retraductives (illustrations, vidéo, etc.) et leurs interactions avec les textes.

– Implications traductologiques et pédagogiques : comment cette pratique doublement critique nous permet-elle de repenser notre discipline ? et comment la pédagogie de la traduction s’en nourrit (les ateliers du « créer ensemble » dans le cadre des cours).

Envoi des propositions pour TTR 37.2 : Les propositions de contributions (en français ou en anglais) devront être envoyées aux deux organisateurs pour le 30 avril 2023 : elles comporteront un résumé de 500 mots, une liste de 5 mots-clés, ainsi qu’une présentation bio-bibliographique de 100 mots. Les propositions sont à adresser aux deux directeurs de ce numéro thématique : carole.filliere@univ-tlse2.fr et enrico.monti@uha.fr.

Réponse aux contributeurs : 15 mai 2023. 

Articles complets (8000-9000 mots) : 30 septembre 2023.

Publication : TTR 37.2, septembre 2024.  

TTR : https://www.erudit.org/fr/revues/ttr/ 

________________________________________

[1] L’entrée « retraduction », n’est ajoutée qu’en 2004 dans la Routledge Encyclopedia of Translation Studies. Parmi les études focalisées sur cette thématique, on peut citer : Palimpsestes, « Retraduire », 4, 1990 ; « Pourquoi donc retraduire ? », 15, 2004 ; R. Kahn et C. Seth (dir.) La Retraduction, Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre ; E. Monti et P. Schnyder (dir.), Autour de la retraduction. Perspectives littéraires européennes, Orizons, Paris, 2011 ; J.-P. Courtois (dir.), De la retraduction. Le cas des romans, La Lettre volée, Bruxelles, 2014 ; « Voice in Retranslation », Target, 27, 2015. Le cycle de rencontres « Retranslation in Context », qui ont eu lieu à Istanbul en 2013 et 2015, à Gand en 2017, à Madrid en 2019 et se tiendront à Budapest en avril 2022 manifeste la vitalité de la réflexion actuelle dans ce domaine.

[2] I. Collombat, « Le XXIe siècle : l’âge de la retraduction », Translation Studies in the new Millennium, 2004, 2-15.

[3] C. Fillière, « Lire les (re)traductions », conférence UT2J, 2021.

[4] Depuis les colloques de 2014 à Mulhouse et à Paris 8 ont paru : « Voyage en équipage », Traduire, 233, 2015 ; A. Cordingley et C. Frigau Manning (eds.), Collaborative Translation : from the Renaissance to the Digital Age, London, Bloomsbury, 2016 ; E. Monti, P. Schnyder (dir.), Traduire à plusieurs. Collaborative Translation, Paris, Orizons, 2018 ; « Traduire ensemble pour le théâtre », La Main de Thôt, 4, 2018.

[5] Le numéro « Le Je du traducteur » de Meta date de 1993, mais c’est aujourd’hui que tous les acteurs s’emparent du sujet, telle l’association Traduqtiv (Traduction et Qualité : transmission, information et veille).

[6] A. Brisset, « Retraduire ou le corps changeant de la connaissance. Sur l’historicité de la traduction », Palimpsestes, 15, 2004, 17-45.

[7] Comme « traduction au carré » (C. Fillière, 2021), la retraduction se comporte en espace critique qui engendre sa propre réflexion, ou « le déploiement d’une herméneutique appliquée » (Y. Chevrel, « Introduction : la retraduction », R. Kahn et C. Seth (dir.), La Retraduction, Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2010, 20).

[8] Réflexion initiée en février 2019 lors de la journée « La traduction littéraire et SHS à la rencontre des nouvelles technologies », en partenariat avec la Direction Générale de la Traduction de Bruxelles, qui a donné lieu au numéro 9 de La Main de Thôt (2021) : https://revues.univ-tlse2.fr/lamaindethot/index.php?id=899).

Voir les références bibliographiques après le CFP anglais.  

CALL FOR PAPERS

TTR, Thematic Issue, 37.2 (Fall 2024)

Subjectivity in Collaborative Retranslation

Editors: 

 Carole Fillière (University of Toulouse – Jean Jaurès, LLA-CREATIS) 

Enrico Monti (UHA Mulhouse, ILLE)

Retranslation is an insufficiently explored issue, despite the surge of interest that the topic has known within translation studies in the last twenty years [1]. While a general agreement seems to be found on the 21st century as the “age of retranslation,” [2] more reluctance is still to be found around the term “retranslation,” to which the publishing world prefers “new translation,” even though, somehow paradoxically, more and more translators claim to be “unabashed retranslators” [3]. While collaborative translation has only recently been studied [4], collaborative retranslation remains a relatively unexplored field, especially in terms of the cognitive and textual issues of plural creative activity, and its relation to new technologies. The rehabilitation of the agent in translation studies, which can be traced back to the cultural turn of the 1990s [5], inspires approaches to retranslations as cultural phenomena at the intersection of a collective field and a subjective space [6]. 

We would like to invite a theorization of collaborative retranslation providing new perspectives on collective, collaborative and individual creativity, as well as on the historical, literary and critical metadiscursivity inherent to the phenomenon of retranslation. Such perspectives may in turn shed new light on translation studies, cultural history and literature [7]. 

Two one-day seminars will be held in Toulouse and Mulhouse in 2023, focusing on subjectivity within collaborative retranslations. The two seminars will build on the volumes Autour de la retraduction and Traduire à plusieurs / Collaborative Translations (E. Monti and P. Schnyder (eds.), Orizons, Paris, 2011 and 2018), as well as on the research paths of the doctoral seminar La retraduction : Lieu et moment d’interprétation (Doctoral School ALLPH@, University of Toulouse – Jean Jaurès, 2019-2021) [8]. The aim of these two seminars – open to different languages and culture — is to bring together translation scholars, philologists, historians and professional translators, in order to unravel the translational ethos emerging from plural interactions.

Such considerations will result in a thematic issue of TTR (Translation, Terminology, Writing), the official journal of the Canadian Association for Translation Studies, to be published in September 2024.

The research paths that we want to explore in this thematic issue of TTR are wide-ranging, accounting for the complex relationship between individuality and plurality. If the translator—as Bernard Hœpffner wrote in his posthumous novel Portrait du traducteur en escroc—is an “exploded” author, what can be said of the gathering of various exploded authors? And what does such gathering tell us about the resulting work? Is it single or plural? Is polyphony a goal or an obstacle in such practice? What about collective authority? What happens to the translators’ ethos in the intersubjective alliance of collaborative retranslations? 

Here are some possible research paths: 

• Historiography, definitions and receptions: studies on book projects, on the creation of translation collectives; attempts to define this practice: similarities and differences between collective and collaborative? Are two retranslators already a “collective”? Does the collaborative dimension concern the process or the product? Can anthologies associating various retranslators of the same author be considered collaborative retranslations, with polyphony achieved through contiguity and association? How are collaborative retranslations presented to the public? How are they received?

• Challenges and limits: studies on leadership, fluctuating or shared authority, retranslation conflicts and their management, disengagement in collaborative practices.

• Advantages and benefits: studies on experiences based on sharing and collaborating, on the emotions and ethos of the retranslators; on emulation, dialogism, and discursive hybridization as a source of enrichment; on the role of subjectivity and creative intersubjectivity when giving voice to several agents, in addition to the author.

• Practices: studies on the different modes of collaborative work, from anonymity and invisibility (Wiki-translators and crowdsourcing) to the self-conscious association of several creators; feedback on practical experiences; analyses of collaborative retranslations.

• Technology and Intermediality: studies on the role of new technologies in collaborative retranslations; on the integration of other media in retranslations (illustrations, videos, etc.) and their interactions.

• Implications on Translation Studies and Translation Training: how does this doubly critical practice allow us to rethink the discipline of Translation Studies? How may translation training benefit from it? 

Abstract submissions: Proposals (in English or French) should be sent to the two organizers by April 30, 2023: they should include a 500-word abstract, 5 keywords, and a 100-word bio-bibliographic note. Please send them to: carole.filliere@univ-tlse2.fr and enrico.monti@uha.fr.

Notification of acceptance: May 15, 2023

Full papers (800-9000 words): September 30, 2023

Publication: TTR 37.2, September 2024

TTR : https://www.erudit.org/en/journals/ttr/ 

________________________________________

[1] The entry “retranslation” appeared only in the 2nd edition of the Routledge Encyclopedia of Translation Studies, in 2004. Here are a few volumes and journal issues published on this topic: Palimpsestes, “Retraduire”, 4, 1990; “Pourquoi donc retraduire?”, 15, 2004; R. Kahn and C. Seth (dir.), La Retraduction, Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre; E. Monti and P. Schnyder (dir.), Autour de la retraduction. Perspectives littéraires européennes, Orizons, Paris, 2011; J.-P. Courtois (ed.), De la retraduction. Le cas des romans, La Lettre volée, Brussels, 2014; “Voice in Retranslation”, Target, 27, 2015. The series of conferences “Retranslation in Context,” which took place in Istanbul in 2013 and 2015, in Ghent in 2017, in Madrid in 2019, and will be held in Budapest in April 2022, show the vitality of this research area.

[2] I. Collombat, “Le XXIe siècle : l’âge de la retraduction”, Translation Studies in the New Millennium, 2004, 2-15.

[3] C. Fillière, “Lire les (re)traductions”, UT2J conference, 2021.

[4] Since the 2014 conferences in Mulhouse and Paris 8, here are the volumes which have appeared on this topic: “Voyage en equipage”, Traduire, 233, 2015; A. Cordingley and C. Frigau Manning (eds.), Collaborative Translation: from the Renaissance to the Digital Age, London, Bloomsbury, 2016; E. Monti, P. Schnyder (dir.), Traduire à plusieurs. Collaborative Translation, Paris, Orizons, 2018; “Traduire ensemble pour le théâtre”, La Main de Thôt, 4, 2018.

[5] The issue “Le Je du traducteur” of the journal Meta dates back to 1993, but only recently has this idea reached a larger audience via several actors, such as the association Traduqtiv (Traduction et Qualité: transmission, information et veille).

[6] A. Brisset, “Retraduire ou le corps changeant de la connaissance. Sur l’historicité de la traduction”, Palimpsestes, 15, 2004, 17-45.

[7] As a “squared translation” (C. Fillière, 2021), retranslation acts as a critical space generating its own thinking, “the deployment of an applied hermeneutic” (Y. Chevrel, “Introduction : la retraduction”, R. Kahn and C. Seth (dir.), La Retraduction, Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2010, 20).

[8] Reflection initiated in February 2019 during the symposium “Literary translation and Humanities and Social Sciences translation, in the wake of new technologies,” in partnership with the Directorate-General for Translation in Brussels (La Main de Thôt, 9, 2021: https://revues.univ-tlse2.fr/lamaindethot/index.php?id=899).

Références / References 

ALVSTAD, Cecilia, Alexandra ASSIS ROSA (2015), « Voice in retranslation. An overview and some trends », Target, 27(1), 3-24.

BARBA MUÑIZ, Andrés (2019), « Llamadme Ismael. O sobre las dificultades de traducir Moby Dick », Leer, número 293, 30-31.

BENSIMON, Paul (1990), « Présentation », Palimpsestes, 4, IX-XIII.

BERK ALBACHTEN, Ozlem, Şehnaz Tahir GÜRÇAĞLAR (eds.) (2018), Perspectives on Retranslation : Ideology, Paratexts, Methods, The Turkish Context, London, Routledge.

BERMAN, Antoine (1990), « La retraduction comme espace de la traduction », Palimpsestes, 4, “Retraduire”, 1-7.

BISTUÉ, Belén (2013), Collaborative Translation and Multi-Version Texts in Early Modern Europe, Farnham, Ashgate.

BRISSET, Annie (2004), « Retraduire ou le corps changeant de la connaissance. Sur l’historicité de la traduction », Palimpsestes, 15, 17-45

BROWNLIE, Siobhan (2006), « Narrative theory and retranslation theory », Across Languages and Cultures, 7 (2), 145-170.

BUENO MAIA, Rita, Hanna PIĘTA, Alexandra ASSIS ROSA (2018), « Translation and adjacent concepts », in Lieven D’HULST, Yves GAMBIER (eds.), A History of Modern Translation Knowledge: Sources, Concepts, Effects, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 75-84.

CADERA, Susanne, Andrew WALSH (eds.) (2017), Literary Retranslation in Context, Oxford, Peter Lang.

COLLOMBAT, Isabelle (2004), « Le XXIe siècle : l’âge de la retraduction », Translation Studies in the new Millennium, vol. 2, 2004, 1-15.

CORDINGLEY, Anthony, Céline FRIGAU MANNING (eds.), Collaborative Translation : from the Renaissance to the Digital Age, London, Bloomsbury, 2016.

COURTOIS, Jean-Patrice (2014), De la retraduction : Le cas des romans, Bruxelles, La Lettre volée.

DAVISON, Claire (2014), Translation as Collaboration : Virginia Woolf, Katherine Mansfield and S. S. Koteliansky, Edinburgh, Edinburgh University Press.

DEAN-COX, Sharon (2014), Retranslation : Translation, Literature and Reinterpretation, London, Bloomsbury.

DESMIDT, Isabel (2009), « (Re)translation Revisited », Meta, vol. 54(4), 669-683.

DU-NOUR, Miriam (1995) : « Retranslation of children’s books as evidence of changes of norms », Target, 7(2), 327-342.

FENG, Lei (2014), « Retranslation hypotheses revisited : A case study of two English translations of Sanguo Yanyi – the first Chinese novel », Stellenbosch Papers in Linguistics Plus, 43, 69-86.

FILLIÈRE, Carole (2022), « Dialogisme et retraduction des poèmes en prose de Federico García Lorca », « Dialogues et dialogismes », Crisol, Université de Nanterre.

GAMBIER, Yves (1994), « La Retraduction, retour et détour», Meta, 39(3), 413-417.

IVASKA, Laura, Suvi HUUHTANEN (2020), « Beware of the source text : five (re)translations of the same work », Meta 65(2), 312-331.

KAHN, Robert, Catriona SETH (dir.) (2010), La Retraduction, Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre.

KOSKINEN, Kaisa, Outi PALOPOSKI (2004), « Thousand and one translations : Revisiting retranslation », in G. HANSEN, K. MALMKJAER, D. GILE (eds.), Claims, Changes and Challenges, Amsterdam/ Philadelphia, John Benjamins, 27-38.

KUJAMÄKI, Pekka (2001), « Finnish comet in German skies. Translation, retranslation and norms », Target, 13 (1), 45-70.

La main de Thôt (2018), 4, « Traduire ensemble pour le théâtre ».

LEFEVERE, Andre (1992), Translation, Rewriting, and the Manipulation of Literary Fame, London, Routledge.

MALTA, Gleiton, Cristiane SILVA FONTES, Igor A. LOURENÇO DA SILVA, « (Re)Translation from a process-oriented approach », Cadernos de Tradução, 39(1), 190-215.

MONTI, Enrico (2011), « Introduction : la retraduction, un état des lieux », in Enrico MONTI, Peter SCHNYDER (dir.), Autour de la retraduction, Paris, Orizons, 9-25.

MONTI, Enrico, Peter SCHNYDER (dir.) (2011), Autour de la retraduction : Perspectives littéraires européennes, Paris, Orizons.

MONTI, Enrico, Peter SCHNYDER (dir.) (2018), Traduire à plusieurs / Collaborative Translation, Paris, Orizons.

O’DRISCOLL, Kieran (2011), « Retranslation through the centuries. Jules Verne in English », in Jorge DÍAZ CINTAS (ed.), New Trends in Translation Studies, Frankfurt am Main: Peter Lang.

ORTIZ GARCIA, Javier (2020), « La retraducción a examen. El caso de Edgar A. Poe en español », Meta, 65(2), 332-351.

PALOPOSKI, Outi (2019), « New directions for retranslations research : Lessons learned from the archaeology of retranslations in the finnish literary system », Cadernos de Tradução, 39(1), 23-44.

PALOPOSKI, Outi, Kaisa KOSKINEN (2010), « Reprocessing texts. The fine line between retranslating and revising », Across Languages and Cultures, 11(1), 29-49.

PEZZONI, Enrique (1976), « La neutralidad absoluta no es recomendable », Sur, enero-diciembre 1976, 338-339.

PYM, Anthony (1998), Method in Translation History, Manchester, St. Jerome.

SUSAM-SARAJEVA, Şebnem (2003), « Multiple-entry visa to travelling theory. Retranslation of literary and cultural theories », Target, 15(1), 1-36.

TAIVALSKOKI-SHIROV, Kristiina (2015), « Friday in Finnish. A character’s and (re)translators’ voices in six Finnish retranslations of Daniel Defoe’s Robinson Crusoe », Target, 27(1), 58-74.

TEGELBERG, Elisabeth (2011), «La retraduction littéraire – quand et pourquoi ?», Babel, 57(4), 452-471.

Traduire (2015), 233, « Voyage en équipage ».

VAN POUCKE, Piet (2017), « Aging as a Motive for Literary Retranslation : A Survey of Case Studies on Retranslation », Translation аnd Interpreting Studies, 12(1), 91-115.

VAN POUCKE, Piet (2020), « The Effect of Previous Translations on Retranslation : A Case Study of Russian-Dutch Literary Translation », TranscUlturAl, 12(1), 10-25.

VANDERSCHELDEN, Isabelle (2000), « Why retranslate the French classics ? The impact of retranslation on quality », in Myriam SALAMA-CARR (ed.), On Translating French Literature and Film II, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 1-18.

VENUTI, Lawrence (2004/2013), « Retranslations. The creation of values », in Translation Changes Everything, London/New York, Routledge, 96-109.

ZARO, Juan Jesús, Francisco RUIZ NOGUERA (eds.) (2007), Retraducir: una nueva mirada. La retraducción de textos literarios y audiovisuales, Málaga, Miguel Gómez Ediciones.

Call For Papers (International Conference)

« Writing the Self / Writing the English-Speaking Worlds: Life Writing and Politics (20th-21st Centuries) »

University of Lille (CECILLE)

12-13 October 2023

Deadline for proposals: 1 June 2023

This multidisciplinary international conference will mainly focus on the autobiographical genre which, for a long time, celebrated the idea of a sovereign self, traditionally the prerogative of white, heterosexual, middle- or upper-class males (making it a traditionally androcentric, even ethnocentric genre that promotes a universality based on specific exclusive criteria). Traditional autobiographies are therefore often characterized by linearity, narrative coherence and the depiction of a stable self (Anderson). These elements are challenged by some writers from the so-called periphery (Canada, India, Ireland, Jamaica, Nigeria…), for whom the writing of the self constitutes a form of “resistance literature” (Harlow). For Harlow, the writing of the self is intrinsically linked to politics. One can argue it is particularly the case for the “wretched of the Earth” (Fanon). The autobiographical genre therefore embodies a means to put to the fore lives that have been denied, marginalized, what Judith Butler calls “precarious lives”. It is also a way for (formerly) colonized people to construct their own identity and, in so doing, to demonstrate “willfulness” (Ahmed), to refuse and reject the (exclusive) universality extoled in/by the autobiographical genre in its traditional form, and which has been perceived by some as “violent” (Adorno, Balibar). Some authors therefore put in place a “living appropriation” of the normative narrative of the self through their (re)working on form, on literary genres (diaries, letters, etc.), by proposing (hybrid) (re)writings that can be deemed “experimental” (Novak). In these very cases, the experimental aspect is emphasized “for the purposes of enhancing, reinforcing or drawing attention to the referential level” (Novak). One can also argue that these (re)writings of the self enable a passage from invisibility to (a form of) visibility, from voicelessness to (aiming at) making one’s voice heard.

The object to study is diverse: (fictional) autobiography, autoethnography, autobiographical comics, autofiction, blogs, documentaries, essays, diaries, memoirs, (insta)poetry… The intimate link between life writing and social experiments and/or political stances reveals the intricate crossovers between poetics, aesthetics, and politics. We thus wish to examine how some authors in the English-speaking worlds have sought to engage creatively by refusing and dismantling preset universal models. The committee welcomes proposals related, but not limited, to life writing and trauma/vulnerability, life writing and gender, life writing and disability, life writing and human rights, life writing and postcoloniality/decoloniality…

We will be attentive to the way life writing fosters “dissensus” (or not), and to the proximity between the power to collect your own life into a story, the power to say and the power to act (Rancière). For Michel Foucault, “to write is thus to ‘show oneself’, to project oneself into view, to make one’s own face appear in the other’s presence”, which implies a close link between ethics, poetics and politics – the relation of “reciprocal and necessary implication” that Henri Meschonnic posits. Life writing can become transformative, and shift the boundaries of the world, thereby going beyond the limits of poetics to embrace poiesis.

The conference welcomes contributions from researchers working in the field of literature, history, sociology, cultural studies, philosophy, anthropology…

Confirmed keynote speaker: Unoma Azuah.

Please submit abstracts of up to 300 words in English. Your abstract must be accompanied by a short bio-bibliographical note (no more than 150 words), to lifewriting.politics2023@gmail.com. Participants will be notified by 15 June 2023.

The conference is organised by Cédric Courtois and Claire Dubois, two members of the Centre d’Études en Civilisations, Langues et Lettres Étrangères (CECILLE — ULR 4074) of the Université de Lille. It will take place on the Campus Pont-de-Bois in Villeneuve-d’Ascq.

Scientific committee: Vanessa Alayrac-Fielding, Vanessa Guignery, Jean-Michel Ganteau, Andrée-Anne Kekeh-Dika, Fiona McCann, Fabrice Mourlon.

Bibliography

AHMED, Sara, Willful Subjects, Durham, Duke University Press, 2014. 

—, Living a Feminist Life, Durham, Duke University Press, 2017. 

AIKEN, Síobhra, Spiritual Wounds. Trauma, Testimony and the Irish Civil War, Dublin, Irish Academic Press, 2022.

ANDERSON, Linda, Autobiography, London, Routledge, 2001.

BUTLER, Judith, An Account of Oneself, New York, Fordham University Press, 2005.

COUSER, G. Thomas, Memoir: An Introduction, New York: Oxford University Press, 2012. 

—, « Undoing Hardships: Life Writing and Disability Law », Narrative 15.1 (2007), 71-84. 

—, Vulnerable Subjects: Ethics and Life Writing, Ithaca, Cornell University Press, 2004. 

EAKIN, Paul John, Writing Life Writing: Narrative, History, Autobiography, London, Routledge, 2020.

FOUCAULT, Michel, « L’écriture de soi », in Corps écrit 5, Paris, PUF, (1983), 3-23.

FUCHS, Miriam and HOWES, Craig eds., Teaching Life Writing Texts, New York, MLA, 2008.

GILMORE, Leigh, The Limits of Autobiography. Trauma and Testimony, Ithaca, Cornell University Press, 2001. 

HARLOW, Barbara, Resistance Literature, New York, Methuen, 1987. 

HOWES, Craig, Trauma Texts, London, Routledge, 2009. 

JELINEK, Estelle, The Tradition of Women’s Autobiography, Boston, Twayne, 1986.

LE BLANC, Guillaume, L’insurrection des vies minuscules, Montrouge, Bayard, 2020. 

LEJEUNE, Philippe, Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1996.

LIONNET, Françoise, Autobiographical Voices: Race, Gender, Self-Portraiture, Ithaca, Cornell University Press, 1989.

LLOYD, David, Nationalism and Minor Literature: James Clarence Mangan and the Emergence of Irish Cultural Nationalism, Berkeley, University of California Press, 1987.

LUCIANI, Isabelle, « Se dire en disant le monde : le récit de soi saisi par la performativité ? » Récit de soi, présence au monde : jugements et engagements, Europe, Afrique, XVIe-XXIe Siècles. Aix-en-Provence : Presses Universitaires de Provence, 2020. 17–37.  

McNEILL, Laurie, “Life Bytes: Six Word Memoir and the Exigencies of Auto/tweetographies”, in Anna POLETTI and Julie RAK, Eds., Identity Technologies: Constructing the Self Online, Madison, U. of Wisconsin Press, 2014, 144-64. 

MESCHONNIC, Henri, Langage, histoire, une même théorie, Paris, Verdier, 2012.

MINTZ, Susannah B., Unruly Bodies: Life Writing by Women with Disabilities, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2007.

NEUMAN, Shirley, “Autobiography and Questions of Gender: An Introduction”, Prose Studies: History, Theory, Criticism 14.2 (1991), 1-11. 

NOVAK, Julie, Experiments in Life-Writing, Palgrave Macmillan, 2017.

POLETTI, Anna, and Julie RAK, “Introduction: Digital Dialogues”, in Anna POLETTI and Julie RAK, Eds., Identity Technologies: Constructing the Self Online, Madison, U. of Wisconsin Press, 2014, 3-22. 

RANCIERE, Jacques, La Mésentente, Politique et philosophie, Paris, Éditions Galilée, 1995.

—, Politique de la littérature, Paris, Éditions Galilée, 2007.

—, Aisthesis : scènes du régime esthétique de l’art, Paris, Éditions Galilée, 2011.

RAYNAUD, Claudine and Nelly MOK, The Self as Other in Minority American Life Writing, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2019. 

SCHAFFER, Kay and Sidonie SMITH, Human Rights and Narrated Lives: The Ethics of Recognition, New York, Palgrave Macmillan, 2004. 

SMITH, Sidonie, A Poetics of Women’s Autobiography. Marginality and the Politics of Self-Representation, Bloomington, Indiana UP, 1987.

WHITLOCK, Gillian, Soft Weapons: Autobiography in Transit, Chicago: U. of Chicago Press, 2007.

WHITLOCK, Gillian and DOUGLAS, Kate, “Located Subjects”, in FUCHS, Miriam and HOWES, Craig, eds., Teaching Life Writing Texts, New York, MLA, 2008. 

Appel à contributions: Cultures Partagées en Irlande : écrivains et artistes agriculteurs ou jardiniers

Appel à articles pour publication 2024 projet SEEDS
Cultures Partagées en Irlande : écrivains et artistes agriculteurs ou jardiniers

En Irlande comme ailleurs, plusieurs artistes et écrivains se sont inspirés des jardins qu’ils cultivaient parfois simplement dans un rapport subtil à leur art, nourris de la patience et de la disponibilité aux variations climatiques dont jardiniers et agriculteurs doivent savoir faire preuve. Les travaux des champs, l’exploitation de la tourbe ou bien la récolte du varech ont longtemps été des motifs picturaux et littéraires qui évoquent un lien harmonieux avec la nature mais également une approche utilitaire de l’environnement. Le Land Art a conduit les artistes sur de nouveaux terrains et induit un rapport sensible au site ainsi qu’une attention renouvelée à la matérialité du paysage. Si cette forme n’a que rarement figuré l’être humain travaillant dans le paysage, elle supposait néanmoins des pratiques de collecte, de terrassement, de mises en forme de la nature. L’urgence écologique incite aujourd’hui de nombreux artistes à approcher le paysage d’une manière décentrée et à développer des pratiques artistiques responsables et éthiques. L’histoire irlandaise et le traumatisme induit par la Grande Famine donnent un poids particulier aux questions de subsistance qu’abordent de nombreux artistes et écrivains contemporains préoccupés par les questions de la soutenabilité des cultures et de l’autonomie alimentaire. Les jardins communautaires, des projets participatifs et publics impliquant souvent des artistes, sont l’occasion d’inciter de nouveaux comportements alimentaires, de transmettre des gestes d’envisager un temps long et de faire communauté localement. La pratique du jardinage collectif est fréquemment associée au militantisme ou à l’activisme. L’organisation de repas partagés, une forme artistique oscillant entre la performance et l’art participatif, permet de placer l’artiste au cœur de la vie sociale. On pourra s’interroger sur la transformation du statut de l’artiste ou écrivain quand il replace la culture dans les champs et dans le champ social. On pourra aussi étudier les réseaux qui se tissent grâce à ces nouvelles pratiques. L’agriculture, pratiquée sur le terrain par plusieurs artistes et écrivains, fournit aussi des métaphores : ensemencement, enracinement, rhizomes, transplantations, greffes ou boutures sont autant de gestes pratiques qui opèrent également de manière métaphorique. L’agriculture nécessite des outils ou des technologies, des savoirs agricoles ou des techniques que les artistes et écrivains évoquent et expérimentent souvent de manière interdisciplinaire et collaborative. La dimension expérimentale des pratiques artistiques / agricoles est liée à la possibilité d’agir sur le monde. Des artistes internationaux tels que Rirkrit Tiravanija, instigateur de The Land Foundation (1996), ou Rem Koolhaas, auteur d’un manifeste qui réhabilite la ruralité, revendiquent des praxis engagées et des projets artistiques utiles. Dans le domaine littéraire, plusieurs textes contemporains rendent compte de la matérialité du jardin ou du terrain agricole en expérimentant avec la forme littéraire (Sara Baume, Claire-Louise Bennett), comme si l’écriture des rapports entre humains et non-humains exigeait que de nouvelles formes littéraires soient envisagées. Dans le domaine des arts visuels on notera que l’exposition de matières organiques, de plants ou plantes introduit la nature sensible et vivante dans l’espace artificiel de la galerie et nécessite des soins. C’est ainsi la responsabilité de l’homme et son pouvoir sur le non-humain qui sont interrogés. Des stratégies curatoriales nouvelles peuvent être mises en place lorsque l’art se cultive en dehors de la galerie. De changements de paradigmes comparables peuvent être observés dans les projets de ré- ensauvagement ou des pratiques agricoles moins interventionnistes. Par ailleurs, l’artiste ou l’écrivain agriculteur invite à repenser le rapport entre les zones urbaines et les zones rurales. Nous souhaiterions examiner de plus près l’évolution de l’implantation des artistes et écrivains dans des lieux non-urbains : réimplanter l’art dans le sol, déplacer la culture de la galerie dans les champs peut en effet nous inciter à ré-évaluer le potentiel créatif des zones non-urbaines. Nous invitons également les contributeurs à aborder l’évolution des genres littéraires lorsque le manuel de jardinage devient ouvrage militant ou que l’espace d’écriture sur le jardin se prolonge dans le journal intime, la correspondance, le carnet de jardin. L’articulation du terrain à des formes de communication numériques mérite aussi notre attention.
>
> Les propositions de contributions, de 500 mots environ, sont à
> envoyer à Marie Mianowski (email :
> marie.mianowski@univ-grenoble-alpes.fr ) et Valérie Morisson
> (valeriemorisson@gmail.com) avant le 15 mars 2023. Elles doivent
> être accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique. Les
> contributions peuvent prendre la forme d’articles de recherche,
> d’entretiens ou de compte-rendu de pratiques. Une fois la
> proposition accepté, les textes sont attendus pour le 30 septembre
> 2023. La publication est prévue pour 2024. Elle bénéficiera du
> soutien scientifique du GIS EIRE.

Fanny Blanchon

Docteure en littérature britannique, Fanny Blanchon a eu la gentillesse de nous accorder l’entretien qui suit.

Quelles études avez-vous menées avant d’entreprendre un doctorat ?

Je suis toujours restée dans le domaine anglophone. J’ai effectué trois années de classe préparatoire option LV1 anglais dans un lycée de Saint-Etienne. Ensuite, j’ai déménagé à Bordeaux en envisageant de commencer un master. J’ai déménagé essentiellement pour changer un peu d’air. Au lieu de continuer directement avec un Master Recherche, comme prévu initialement, je me suis concentrée sur la préparation du CAPES [à BAC +3 à l’époque] car j’avais besoin de commencer ma vie professionnelle. J’ai obtenu mon CAPES.

J’ai enchaîné avec une année de stage chaotique ! Mais cette expérience m’a confortée dans l’idée que je ne voulais pas m’arrêter là : je voulais passer l’agrégation ; on m’avait dit qu’il fallait avoir l’agrégation pour faire un doctorat [une chose alors encore abstraite]. J’ai démissionné à la fin de l’année car l’Education Nationale m’a refusée une année de disponibilité pour préparer l’agrégation ou un Master Recherche.

Je me suis finalement inscrite en Master 2 recherche à Lyon 2. J’avais vraiment envie de faire quelque chose où il fallait fouiller dans les archives et le sujet de mon mémoire de recherche était le suivant : « l’impact des guerres révolutionnaires napoléoniennes sur la contrebande dans le Kent (1789-1815) ». Je me suis vraiment épanouie dans cette formation que j’ai obtenue avec mention très bien. Concernant mes UE, j’avais plutôt choisi des thèmes ayant trait à la culture britannique, civilisation et littérature.

J’ai ensuite voulu passer l’agrégation. J’ai eu de bons résultats à l’écrit mais à l’oral une note m’a plombée. J’ai décidé de repasser le CAPES (nouvelle mouture) en même temps que l’agrégation à Bordeaux 3. Même schéma que pour la première tentative à l’agrégation. A chaque fois, j’échouais en civilisation et ça me décevait car je me disais que si je me lançais dans un doctorat, j’aimerais bien continuer en civilisation, approfondir mon travail sur la contrebande. En revanche, j’ai obtenu mon CAPES en étant très bien classée. Et cette fois-ci, j’ai obtenu mon report de stage pour passer l’agrégation.

Pendant mon année de report, j’ai passé l’agrégation, option littérature, et je l’ai eue ! J’ai alors découvert le master MEEF. C’était un peu une année noire car on m’a demandé de rédiger de nouveau un mémoire de didactique, un élément que j’avais déjà validé en 2009-2010, on nous a aussi initialement demandé de valider des UE en plus. Puis, j’avais à peu près 1h30 pour aller au travail. Heureusement, les exigences de validation des UE ont été revues pour les détenteurs d’un Master. A la fin de l’année, j’avais besoin de souffler et de faire quelque chose pour moi. Alors, je me suis dit qu’il était temps de passer à la vitesse supérieure.

J’avais en mémoire une professeure que j’avais eue en préparation au CAPES et à l’agrégation, et m’avait particulièrement marquée. Je l’ai contactée par mail puis nous nous sommes vues à la fin de mon année de stage.

Est-ce que votre sujet de thèse est la suite de votre mémoire de master ?

Non. Le lien que je trouve entre les deux sujets, c’est ma fascination pour ce qui sort de la norme et qui a une aura de mystère et une audace. En master, quand j’ai travaillé sur la contrebande, c’était intéressant de voir comment certaines communautés des côtes se comportaient vis-à-vis du « centre ». J’étais intriguée par le comportement de ces communautés, leur inventivité pour détourner les lois. Ce rapport à la norme m’intéresse beaucoup.

Mon choix de sujet de thèse a été conforté par une expérience plus personnelle : en octobre 2011, j’ai eu l’occasion d’accompagner mon conjoint à une soirée du Club des Excentriques de Londres [fondé au XIXème siècle, mais qui trouve ses origines dans la Société des Excentriques, fondée en 1781], dont il a été membre pendant plusieurs années. Après des recherches préliminaires, je me suis aperçue que les études sur l’excentricité portaient beaucoup sur les XVIIIème et XIXème siècles, et qu’il y avait encore relativement peu de choses sur le XVIIème. J’ai donc choisi d’explorer les « représentations de l’excentricité dans l’Angleterre de la première modernité ».

Quelles ont été vos motivations pour commencer le doctorat ?

Mon sujet a été ma première motivation. Mes expériences dans l’E.N. et mon master m’ont convaincue que je voulais faire de la recherche, mais c’est ma curiosité pour le sujet que j’ai choisi qui m’a poussée à contacter ma directrice de thèse. Ma directrice de thèse s’est montrée très enthousiaste, ça m’a rassurée. Ça a donc commencé naturellement.

Comment avez-vous réussi à mener de front votre doctorat et votre activité professionnelle ?

Il a fallu mener de front le doctorat, l’activité professionnelle et la vie personnelle. Pendant le doctorat, j’ai traversé des moments difficiles, au niveau personnel et professionnel. A chaque moment difficile, je me disais que c’était l’objectif et qu’il fallait que j’arrive au bout.

On est beaucoup de doctorants à être en poste à temps complet dans l’Education Nationale, ne serait-ce que pour financer la thèse. C’est psychologiquement et physiquement fatiguant, et j’ai failli démissionner de l’Education Nationale plusieurs fois face à l’épuisement et aux contradictions de l’institution. Pour donner un ordre d’idée, pendant 7 ans en tant que TZR (Titulaire en zone de remplacement), j’avais des postes entre 1 et 2 heures de chez moi, parfois sur deux établissements, je rejoignais chaque année une nouvelle équipe, de nouveaux élèves, et des principaux plus au moins compréhensifs vis-à-vis de mes ambitions. Le plus souvent, je partais à 6h15 du matin et je rentrais à 19h ou 19h30, puis, je devais quand même préparer ou adapter les cours, corriger des devoirs. On est vite enfermé dans la fatigue, mais aussi dans la responsabilité qu’on peut éprouver vis-à-vis d’élèves qui ont parfois des vies difficiles, et ce sont parfois les seuls à nous gratifier de notre travail. On peut se laisser porter par ça, quitte à s’oublier soi-même. Puis, j’étais en zone de remplacement et je ne revoyais pas les élèves d’une année sur l’autre. Je ne construisais finalement pas véritablement de lien au fil des années, mon seul lien c’était la thèse.

Plusieurs années, j’ai profité de mon jour non travaillé pour aller à la bibliothèque universitaire, et travailler la thèse – l’environnement universitaire était très important pour moi, pour faire la coupure avec mes fonctions dans le secondaire. La fatigue a ensuite pris de la place. Je n’ai pas pu maintenir ce rythme malgré une forte envie de m’impliquer aussi dans la vie du laboratoire ou de l’Ecole Doctorale. Je ne pouvais le faire que de façon limitée parce que beaucoup d’événements n’était pas compatibles avec mon emploi du temps. Ça m’a beaucoup manqué d’être dans la bulle universitaire, d’être dans la bulle de rhétorique académique. Même si ma directrice me rappelait les enjeux du doctorat, rien ne peut se substituer au contact avec les institutions et les autres doctorants. Alors, quand j’ai pu être présente à l’Ecole Doctorale, j’ai pu mieux me lier au monde de la recherche. J’ai toujours pris beaucoup de plaisir à investir les lieux de l’ED et assister aux événements du laboratoire et de l’ED ; j’en suis toujours ressortie plus motivée.

Une erreur de ma part : j’ai tardé à m’inscrire à la SAES. Ma directrice m’en a parlé à plusieurs reprises, mais au fil du temps, l’information s’est perdue. Dès que j’ai rejoint la société, le changement a été incroyable. Ma directrice avait insisté sur l’importance de la « sociabilisation » pendant le parcours doctoral, mais c’est difficile à mesurer pleinement lorsque l’on évolue en même temps dans un monde où les enjeux ne sont vraiment pas les mêmes.

En tant que professeur dans le secondaire, on peut obtenir des congés et autres facilités pour le doctorat. Il faut se rapprocher des syndicats pour être au fait des demandes de CFP (congés professionnels de formation), pour lesquels il faut le plus souvent au moins 3 demandes avant que la demande soit acceptée, mais aussi de nos droits concernant les heures de formations dont on peut disposer. Le plus souvent, l’octroi de jours pour la recherche dépend de l’établissement et des principaux/proviseurs, de la facilité à faire garder les élèves ; mais parfois, il est aussi possible de s’arranger pour avoir une ou deux demi-journées par semaine pour pouvoir se rendre à des conférences. Par contre, c’est plus simple lorsqu’on est affecté sur un poste fixe, parce que les TZR reçoivent leur affectation de plus en plus tardivement, quand les EDT sont prêts.

Quel a été le plus grand défi de votre doctorat ?

Le doctorat ! Le plus grand défi a été d’avoir le recul nécessaire pour réorganiser ma pensée et mes écrits. A commencer par le défi du corpus, qui peut évoluer parfois de façon significative au fur et à mesure de la recherche. J’ai énormément lu de sources primaires et secondaires. Devant la densité des sources secondaires, la peur de ne pas être légitime prend souvent le dessus. La rédaction est en elle-même un défi, tant du point de vue des idées que de la relecture. Et, même si j’avais essayé d’anticiper le plus de problèmes possibles, la mise en page, quelle angoisse ! Un petit saut de ligne, et il fallait tout reprendre. En passant : attention aux anglicismes ! Par exemple, on ne « met pas l’emphase » sur quelque chose en français.

Aviez-vous dans votre famille ou votre entourage des proches dans le monde de la recherche ? En quoi cela a pu vous aider ?

Dans ma famille, non. D’ailleurs, tout le monde était extrêmement ému et fier de ma réussite lors de ma soutenance. Par contre, j’ai des amis dans le milieu de la recherche qui m’ont apporté leur soutien tout au long de ces années, dont une amie en particulier, qui a fait partie de mon comité de suivi de thèse et m’a apportée de précieux conseils. Mais, Le concept de la thèse était une nébuleuse et l’expérience de la thèse un voyage cosmique vers l’inconnu !

Comment envisagez-vous l’après-thèse ?

Le problème pour le moment, c’est que je n’ai pas encore publié d’article. J’ai participé à plusieurs journées d’étude mais cela n’a pas donné lieu à des publications. J’en ai parlé à certains membres du jury qui m’ont encouragée à publier ma thèse à l’avenir, et aussi à candidater à la qualification malgré ce manque de publications. J’ai envoyé mon dossier pour la qualification fin 2022. Evidemment, j’aimerais bien viser un poste de MCF en littérature anglaise du XVIIème ! En attendant, je souhaite publier deux articles l’année prochaine. Je jette aussi de temps en temps un œil à ma thèse pour inclure certaines recommandations des membres du jury en vue d’une publication.

Des conseils pour les doctorant.e.s et les futur.e.s doctorant.e.s ?

– Partir avec un sujet qui vous intéresse, qui va vous porter quelles que soient les situations professionnelles ou personnelles.

– Rejoindre le groupe de parole « Vendredi c’est Phd ! », discuter avec les pairs, se dire qu’on va parler avec quelqu’un qui est en doctorat au moins une fois par mois. Les autres sont là pour être notre voix de la sagesse et nous encourager.

– Oser envoyer des choses à vos directrices ou directeurs sans trop anticiper les remarques négatives, sinon, on tourne en rond, on réécrit dix fois un même texte en faisant du surplace.  

Appel à contributions, “Politiques de la nourriture” 5 mai 2023

Les Chantiers de la Création, la revue en lettres, langues, arts et civilisation de l’ED 354 (Aix-Marseille Université) est heureuse de vous inviter à envoyer vos propositions de communications à l’occasion de sa journée d’étude “Politique(s) de la nourriture”.

La JE aura lieu le 5 mai 2023 à Aix, et sera consacrée à la représentation de la nourriture.

La journée d’étude, tout comme la revue, est interdisciplinaire. Il ne s’agit donc pas d’un événement consacré aux études anglophones, mais les contributions d’anglicistes sont évidemment les bienvenues.

Les communications donneront lieu à la publication d’un article dans le numéro annuel de la revue.  La date limite pour l’envoi des propositions est le 22 janvier 2023.

CFP – En vue de sa journée d’étude annuelle, la revue pluridisciplinaire en lettres, langues,arts et civilisations Les Chantiers de la Création s’intéresse au thème«Politique(s) de la nourriture». La nourriture est un enjeu politique majeur qui a, depuis longtemps, fait l’objet de luttes et de conflits entre grandes puissances;on le constate encore aujourd’hui avec la guerre en Ukraine. Objet de domination politique, elle joua aussi un rôle symbolique dans l’histoire, bon nombre de révoltes ayant eu la pénurie d’aliments ou la famine comme point de départ –pensons par exemple au rôle symbolique du pain pendant la Révolution française : la célèbre réplique « Qu’ils mangent de la brioche ! », attribuée (à tort) à Marie-Antoinette, semble témoigner à elle seule de la déconnexion de la monarchie de l’Ancien Régime par rapport à la colère populaire. La nourriture et les pratiques alimentaires sont aussi un support de l’identité, que celle-ci soit sociale, politique ou religieuse. Elles ont même pu jouer un rôle direct dans l’unification de certains pays, comme ce fut le cas en Italie avec La Scienza in cucina e l’Arte di mangiar bene(1891) de Pellegrino Artusi, qui est à la fois un livre de cuisine et un livre politique plaidant pour la mise en place d’une véritable unité nationale italienne dont le ciment serait la nourriture.Aujourd’hui, le choix de ne plus manger de viande et/ou de produits d’origine animale est de plus en plus courant et oblige à repenser le discours public autour de cette question –ce qu’a bien montré le débat autour des déclarations de la députée écologiste Sandrine Rousseau au sujet des barbecues, qu’elle a associés à la masculinité et à la virilité.Si les sciences humaines et sociales font la part belle aux réflexions sur les aspects politiques de la nourriture, la représentation de la nourriture dans les arts et la littérature n’est toutefois pas en retrait:des Quatre saisons d’Arcimboldo aux Pommes et biscuits de Cézanne en passant par les repas pantagruéliques de Rabelais, de La Grande bouffe de Marco Ferreri aux «Noces pourpres»de Game of Thrones en passant par les fourneaux de Houellebecq étudiés récemment par Jean-Marc Quaranta, la bonne chère et ses représentations sont omniprésentes. Que ce soit en tant qu’éléments de décor ou bien en tant que signes visant à mettre en place une symbolique particulière, les aliments occupent une place importante dans l’art, et ce quel que soit le domaine. Mais alors, qu’est-ce qui fait la spécificité de la nourriture telle qu’elle transite par les différentes formes de la création ? Les usages, motifs et enjeux sont aussi nombreux que les représentations elles-mêmes : tantôt objet de désir, tantôt haïe, tantôt sanctifiée,la nourriture suscite des rapports multiples.Parce qu’elle est un sujet social par excellence, elle peut se placer comme un épicentre des problématiques politiques que l’art permet de figurer: souvent drapée d’un couvert métaphorique ou symbolique, la représentation de la nourriture permet d’exprimer de biais des choses métonymisées dans nos assiettes et nos ventres.Nous appelons donc les jeunes chercheurs et chercheuses en arts, langues et littératures française et étrangères à se pencher sur ce sujet. Les communications pourront s’articuler autour des trois axes suivants :

Nourriture, entre abondance et manque:Dans la littérature et les arts, la représentation de la nourriture peut se faire l’émanation d’angoisses sociétales. Dans le cinéma hollywoodien des années 1930 et 1940,par exemple,les images de précarité alimentaire ou, à l’inverse, d’abondance sensuelle ne peuvent s’analyser autrement qu’à la lumière du contexte historique de leur production, la crise économique de la Grande Dépression, une période de famine et de paupérisation durant laquelle le cinéma connaît pourtant un âge d’or. Le public américain de cette époque trouvait sans doute un certain réconfort à voir les bandits de Sherwood partager un grand banquet après avoir volé aux nobles dans le Robin Hood de 1938.Dans la science-fiction également, la représentation de comportements alimentaires horrifiants dans les récits d’anticipation invite à s’interroger sur la morale et la nature humaine dans une société dystopique en mal de ressources alimentaires.Nourriture et subversion:Anthropophagie, vampirisme, hyperphagie, géophagie, coprophagie, allotriophagie:tous ces termes liés à des formes de troubles alimentaires révèlent une dimension beaucoup plus horrifique et subversive de la nourriture. Ainsi, tel Tantale qui aurait servi sa propre chair en banquet aux dieux grecs, les arts regorgent d’exemples de tabous et déviances liés à l’appétit alimentaire. La nourriture et ses représentations peuvent revêtir un caractère symbolique, celui de la subversion d’une norme donnée–on pense notamment aux nombreux tabous alimentaires qui différent selon les cultures et époques, mais qui ont de tout temps existé. Cette dichotomie entre le bon et le mauvais prend une dimension nouvelle lorsqu’il s’agit de l’alimentation et interroge nos rapports à une certaine norme alimentaire.Nourriture, sexualité et érotisme:La nourriture autant que la sexualité(tous deux répondant à des besoins physiologiques du corps)ont la capacité d’éveiller les sens par le désir. Outre les effets aphrodisiaques de certains aliments, on peut penser aux nombreuses références alimentaires aux sexes féminin et masculin lors de l’acte sexuel, comme les isotopies lexicales issues du vocabulaire de la nourriture désignant ce qu’on peut accomplir sur le sexe–dévorer, bouffer…Et pourtant, la sexualité ainsi que la nourriture peuvent faire l’objet d’une répulsion:la frontière entre appétit, avidité et dégoût est souvent labile en matière de sexualité, car cette dernière a longtemps fait l’objet d’une répulsion forcée par les sociétés puritaines. Cependant, les artistes libertins n’ont pas manqué de faire de l’aliment plus qu’un objet trivial, le transformant en porte-parole de revendications érotiques–on peut ici penser à la scène d’orgie qui ouvre Salammbô de Flaubert, où le «festin»oscille entre ripaille barbare et concert de raffineries exquises.Les axes proposés ci-dessus sont bien sûr non exhaustifs. Il s’agit plutôt de suggestions ; toute proposition pertinente n’entrant pas précisément dans l’un de ces axes sera étudiée avec considération. En outre, une communication pourra recouper plusieurs axes.La revue Les Chantiers de la création étant une revue pou rjeunes chercheurs et chercheuses, cet appel s’adresse exclusivement aux doctorant.e.s et aux jeunes docteur.e.s (thèse soutenue dans les 2 dernières années). Les propositions de communications devront être envoyées avant le 22 janvier 2023 à l’adresse revue.lcc@gmail.com et ne pas dépasser les 300 mots (+/-10%, hors notes de bas de page). Elles seront accompagnées d’une courte notice biobibliographique et de l’institution de rattachement de l’auteur.e. Merci de nommer vos fichiers comme suit: NOM_nourriture

La J.E. se tiendra le vendredi 5 mai 2023à Aix-en-Provence, sur le campus Schuman de la faculté ALLSH. Elle sera suivie de la publication des actes dans le prochain numéro de la revue, à paraître à l’automne 2023. Les communicants devront donc soumettre leur article dans les semaines suivant la J.E. (le délai exact leur sera indiqué ultérieurement), en respectant la feuille de style de la revue, disponible sur notre site Internet. L’article sera ensuite relu et évalué par l’équipe de la revue.Les frais de déplacement des communicant.e.s pourront normalement être pris en charge partiellement (soit le transport, soit l’hébergement). Il n’est donc pas exclu que pour compléter,les communicant.e.s doivent demander une prise en charge partielle à leur institution de rattachement.


CFP ECAS 2023 – Cologne, 31 mai-03 juin – panel réécritures génériques en littérature anglophone

La prochaine conférence européenne d’Études Africaines ECAS 2023 qui se tiendra à Cologne (Allemagne) du 31/05 au 03/06 2023 et portant sur les Futurs africains comptera plusieurs panels portant sur la littérature.

Parmi eux, permettez-nous de vous signaler le panel  intitulé Bad genre: “counter literature”, generic rewritings and imagining African futures (Lang08) dont vous trouverez le résumé (en anglais) ci-dessous et pour lequel nous serions ravies de recevoir vos propositions de communications. Les propositions doivent obligatoirement être déposées en ligne : https://nomadit.co.uk/conference/ecas2023/p/12440 (un onglet figure en bas de page pour déposer votre résumé, de 250 mots maximum).
NB : la langue de présentation recommandée pour le panel est l’anglais du fait de notre objet d’études.

L’appel à communication pour participer aux différents panels est ouvert jusqu’au 23 janvier 2023 (https://ecasconference.org/2023/cfp)

Short abstract:

This panel will offer compared analyses of rewritings and inventions of supposedly minor genres in the literature in English from several African countries and how they may be seen as coming together to delineate possible African futures.

 

Long abstract:

In recent years, the literary scene in several African countries has seen science fiction, a prospective genre, flourish, together with many avatars–speculative fiction, post-apocalyptic fiction, dystopias… Once considered more minor genres, it seems that those instances of what Bernard Mouralis calls “counter-literature” enable writers to imagine African futures, as well as to explore the ways in which, particularly at the time of ecological crises, local systems may be “imbricated in global ones” (Heise). Indeed, the resurgence of such genres and their local developments–if one thinks of Mohale Mashigo and Nnedi Okorafor’s rejection of Afrofuturism in favour of a more African brand of the genre–would deserve to be compared with a simultaneous rewriting of other minor genres like the gothic or crime fiction in South Africa, or the Bildungsroman in Nigeria. Already at the crossroads between a Western heritage and more local traditions, at a time besides when authors writing in English also see their works acquire a more transnational nature with the internet, social networks and the larger and more instantaneous dissemination they allow compared to more traditional means of publishing, those older genres are also twisted and rewritten both to explore the tensions that remain beneath the (increasingly cracked) surface veneer of success in the no longer so new South African democracy or the West African petro-culture, and imagine the (possibly rather bleak) future of these countries. These genres from the past and more modern ones seem to come together to imagine possible African futures.

CFP – Queering Blackness: Non-Binary Black Representations in Post-Obama Popular Cultures (Popular Culture Studies Journal Special Issue)

Please find a link to a call for additional papers for a special issue of the online journal Popular Culture Studies Journal on the topic “Queering Blackness: Non-Binary Black Representations in Post-Obama Popular Cultures” as a follow-up of the one-day symposium that took place on November 17, 2022 at Université Paris 8. Abstracts (in English, maximum 300 words) should be sent to Anne Crémieux and Yannick Blec (queerblackness@sciencesconf.org) by February 1, 2023. Full papers (between 5,000 and 7,000 words) will be expected by June 10, 2023.

CFP – “Luttes alimentaires et groupes marginalisés” – Sciences Po Lille 8 juin 2023

Vous trouverez l’intégralité de l’appel à communication en cliquant sur ce lien : https://calenda.org/1036642

Appel à communications
Luttes alimentaires et groupes marginalisés
Journée d’études – Sciences Po Lille – 8 juin 2023

Les récentes crises globales que sont la pandémie de Covid-19, la guerre en Ukraine et la crise climatique ont fait ressurgir dans de nombreuses régions du monde le spectre de la faim : désorganisation des circuits d’approvisionnement, inflation, creusement des inégalités ont rendu à nouveau visibles des réalités longtemps obscurcies, dans les pays industrialisés, par le rêve de l’abondance et le mythe d’une croissance éternelle. Là où certaines et certains ont redécouvert les joies de la cuisine faite maison dans des intérieurs bourgeois et postent leurs trouvailles culinaires sur les réseaux sociaux, d’autres luttent pour subvenir à leurs besoins les plus élémentaires, dont celui de se nourrir.

L’alimentation est cependant davantage qu’un besoin biologique ; elle charrie avec elle des héritages culturels, religieux, familiaux, des normes de genre, des politiques de santé, des luttes de pouvoir. Le développement de la sociologie de l’alimentation depuis les travaux de Maurice Halbwachs et Pierre Bourdieu sur le lien entre alimentation et classes sociales[1] , le développement des food studies dans le sillage des études culturelles, ont fait ces dernières années de l’alimentation un terrain de recherche fécond pour les sciences humaines et sociales et ont largement contribué à faire du fait alimentaire un fait politique, inscrit dans des luttes de pouvoir et des logiques de domination. Pour des groupes marginalisés en raison de leur race, de leur genre, de leur statut social ou de leur religion, l’alimentation peut être une manière de s’affirmer dans un champ politique dont elles et ils sont exclus : des femmes aux foyer manifestant contre le prix de la nourriture[2] aux nations autochtones revendiquant leur souveraineté alimentaire par l’utilisation de semences indigènes[3] en passant par le symbolisme de la soul food dans le mouvement des droits civiques[4], l’alimentation et la cuisine peuvent être source de mobilisation pour des groupes n’ayant pas accès aux cercles de sociabilité politique traditionnels que sont les partis, les syndicats ou l’appareil d’État.

À rebours d’une perspective contemporaine qui tend à construire les luttes alimentaires comme principalement menées par les classes moyennes blanches dans les pays industrialisés, cette journée d’études veut explorer la façon dont des groupes ou communautés marginalisées politisent la question de l’alimentation pour en faire un outil de mobilisation, que l’on conçoive ces mouvements en termes de reconnaissance, d’agentivité ou de domination. L’interdisciplinarité étant inhérente à l’étude de cet objet, nous encourageons les contributions issues de divers champs, disciplines (histoire, anthropologie, ethnologie, sociologie, science politique, études culturelles…) et aires culturelles, portant sur les XXè et XIXè siècles.

Les propositions de communication (500 mots) accompagnées d’une courte biographie, sont à envoyer à Alice Béja (alice.beja@sciencespo-lille.eu) et Benoît Lengaigne (benoit.lengaigne@sciencespo-lille.eu) pour le lundi 23 janvier 2023.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search