Journées d’études (préparation agrégation)

Journées d’études organisées en coopération par l’ENS-PSL (Département Littératures et langage et UAR 3608 République des savoirs), l’université Paris Nanterre (CREA), Sorbonne Université (VALE), avec le soutien de l’Institut des AmériquesT.S. ELIOT: POEMS

Programme

Vendredi 26 janvier 2024 (amphithéâtre Jaurès, 29 rue d’Ulm) :

11h : Ouverture

11h15–12h30 : Session I 

Hélène Aji (École normale supérieure – PSL) : Mourning: Impossible

Aurore Clavier (Université Paris Cité) : “I will show you fear in a handful of notes” : T. S. Eliot, la culture et la marge

12h30-14h30 : Déjeuner

14h30–15h45 : Session II 

Amélie Ducroux (Université Lumière – Lyon 2) : Surfaces et profondeurs

Olivier Hercend (Université Paris Nanterre) : T.S. Eliot et l’hypocrisie de la lecture

15h45-16h15 : Pause-café.

16h15–17h30 : Session III

Xavier Kalck (Université de Lille) : Hollow, Dry, and Cruel: T.S. Eliot’s Symbolic Tradition

Fiona McMahon (Université Paul Valéry – Montpellier 3) : The ‘intractably unpoetic’: T.S. Eliot’s media sensibility

17h30-18h : Pause-café.

18h-19h30 : Conférence plénière de Marjorie Perloff (Stanford University) Eliot’s Pound Moment: Foreign Citation in The Waste Land (en visioconférence–sous réserve)

Samedi 27 janvier 2024 (salle Dussane, 45 rue d’Ulm) :

9h45–11h : Session IV

Nicholas Manning (Université Grenoble Alpes) : “I am always sure that you understand / My feelings”: Rethinking Emotional Expression and Repression in the Poetry of T. S. Eliot

Clément Oudart (Sorbonne Université) : Eliot and the Paradoxes of Entropy

11h-11h15 : Pause-café

11h15–13h : Session V

Antonia Rigaud (Université Sorbonne nouvelle) : “O O O O that Shakespeherian Rag –”: Popular Entertainment and High Culture in Eliot’s Poetry

Lacy Rumsey (École normale supérieure de Lyon) : “Shape without form”?: Rhythms, Fragments and Wholes in the 1920s

Benoît Tadié (Université Paris-Nanterre) : “The sonnet in 1922: T. S. Eliot, Claude McKay”

13h : Clôture

Inscription obligatoire (des listes doivent être communiquées pour l’accès aux locaux en raison du Plan Vigipirte renforcé):

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdllxXA4gxE6e3tgqkk3YcN4zhS45utHbDEdlwQaNqBeLqe_A/viewform?usp=pp_url

La journée ne sera pas enregistrée: elle donnera lieu à une publication aux presses de la Rue d’Ulm.Il sera possible de la suivre à distance en direct en précisant « distanciel » dans le formulaire d’inscription (un lien vous sera envoyé au plus tard le 25 janvier).

Contact :

Hélène Aji (École normale supérieure PSL)

helene.aji@ens.psl.eu

Prix du Mémoire de Master de la Société Française Shakespeare

La Société Française Shakespeare attribue chaque année un prix de Mémoire de Master dans le but de promouvoir la recherche des jeunes
chercheurs sur Shakespeare, sa réception et/ou sa période (XVIe-XVIIe siècles).

Le/la lauréat.e sera invité.e à publier son mémoire sur le site de la SFS et bénéficiera d’une adhésion gratuite à la SFS pendant 3 ans.

Les candidatures feront l’objet d’une double évaluation anonyme, avant d’être examinées par le bureau de la SFS en amont du congrès annuel,
moment où le prix sera remis.

Conditions d’éligibilité :

Avoir soutenu son mémoire de Master 1 ou de Master 2 en 2022 ou 2023 (cette ouverture aux deux années précédentes permet à ceux qui
n’auraient pas eu connaissance du prix à temps de candidater).

Ne pas avoir déjà soumis le même mémoire pour l’édition 2023 du prix.

Le mémoire doit obligatoirement porter sur un sujet de littérature ou de civilisation concernant le XVIe ou le XVIIe siècle, ou encore sur tout
aspect de l’œuvre de Shakespeare, y compris sa réception à travers les âges.

Réception des candidatures :

Les directeurs.trices de mémoire feront parvenir un PDF et une version Word (pour l’anonymisation) du mémoire avant le 15 décembre 2023 dernier délai par voie électronique uniquement, à la présidente christine.sukic@univ-reims.fr et à moi-même: chantal-schutz@orange.fr

Si les rapporteurs l’exigent, un à deux exemplaires papier du mémoire pourront être demandés.

Call for papersUrban Transformations and Marginalisation in Contemporary India: Social Practices and Cultural RepresentationsOne day symposium

15 February 2024

University of Strasbourg
Organisers:Marianne Hillion (SEARCH, University of Strasbourg)Arnaud Kaba (LINCS, University of Strasbourg / LAVUE, Université Paris 8)

(Scroll down for French)

    In the last decade, the continued rule of the Hindu nationalist regime has had two major consequences on urbanisation processes in India: on the one hand, the strengthening of neo-liberal policies of urban development, and on the other, the increased marginalisation of minority populations in the urban space, affected unequally according to their caste and religion. The political, economic and social tensions generated by these reconfigurations of urban space are at the heart of contemporary Indian literary and cultural production. This study day aims to analyse the processes of urban marginalisation at work in contemporary India by bringing together the social sciences and cultural studies. Our premise is that they are two distinct but complementary lenses through which to understand these transformations.

    We would like to examine first the ways in which neoliberal logics of urban commodification relate to processes of urban marginalization that are specific to India’s national context. In what way do these contemporary urban transformations extend pre-existing dynamics between social classes, castes and religious communities in India?

    To exemplify this first line of thought, it should be noted that the predation of working-class housing by land deals goes back a long way, the iconic case being the closure of the cotton mills in Bombay in 1982 in favour of property investments (Heuzé 1989, Menon, Adarkar 2004, Mhaskar 2012). The construction and management of urban infrastructure by public-private partnerships (Bon, 2015, Zérah 2020) dates back to liberalisation in 1991 and even to the late 1980s (Ruet, Tawa-Lama-Rewal, 2012), while the destruction of informal settlements in the name of urban modernisation and hygiene can be traced back to the colonial period (Gooptu 2001). On the other hand, the urban “ghettoization” of Muslims (Gayer, Jaffrelot 2012, Mhaskar, 2018) also began long before the nationalists came to power: it emerged even before independence, with infamous milestones, such as the 1992-1993 pogroms in Bombay (Heuzé 2000, Mhaskar 2018) or the Gujarat pogroms in 2002 (Thomas 2018). However, these trends have undeniably accelerated in recent years: evictions intensified in Delhi in the context of the 2012 Commonwealth Games (Dupont 2011) and more recently in connection with the G20 Summit held in Delhi in September 2023. At the same time, the cronyism of urban development policies carried out by the BJP (Routray, 2022, Auerbach, Tachil, 2023), coupled with a renewed emphasis on religious symbols, seem to give impoverished Hindu populations a certain right to the city and are leading to a breakdown in the alliance between Muslims and Dalits.

    A second line of thought will consist in probing the ways in which Indian writers and artists, many of whom are interested in processes of urban marginalisation (Khanna 2016, Chakravorty, Al-Wazedi 2017), address them and shed light on the ruptures and continuities at work in the definition of urban space.

In the contemporary literary landscape, social realist fiction seems to prevail, and we are also witnessing the success of literary forms such as the committed essay or literary reportage, which tackle head-on the rise of Hindu nationalism and its consequences on the occupation of urban space, particularly for Muslim workers. However, non-realistic forms (ranging from dystopian novels to science fiction) are increasingly dealing with these issues (Tickell 2015, Chakravorty 2015), in particular that of segregation –as in the recent novels of Prayaag Akbar or Samit Basu–, a pessimistic futurism that some critics already saw in 2010 as an aesthetic and political dead end (Sundaram 2010), while others see these narrative modes as powerful creative vehicles for protest. The various forms of documentary cinema raise similar questions: Ranu Ghosh’s Quarter Number 4/11, for example, deals with the predation of working-class housing in Kolkata in a realist fashion, while Anamika Haksar’s experimental film Taking the Horses to Eat Jalebis captures the precarious lifestyle of migrant workers in Old Delhi through an aesthetic akin to magic realism.

We welcome proposals looking at the various aesthetic modes used to capture these phenomena of marginalisation and at their critical impact. To what extent do these cultural productions offer a counter-discourse? How do the artists’ social position and language shape their representations of recent transformations in urban space? Are these changes perceived as a break with, or an extension of, previous urban dynamics?

Proposals no longer than 400 words in English should include a title, 4 keywords and the paper’s main argument, and should be sent with a short biography by October, the 31st, 2023 to arnaud.kaba@gmail.com and mhillion@unistra.fr.

References

Adarkar, Neera, Meena Menon. One hundred years, One hundred Voices, The Millworkers of Girangaon : an Oral History. Kolkata, Seagull, 2004.

Akbar, Prayag. Leila.Delhi, Simon & Schuster, 2017.

Auerbach, Adam Michael, and Tariq Thachil. Migrants and Machine Politics : How India’s Urban Poor Seek Representation and Responsiveness, Princeton, Princeton University Press, 2023.

Basu, Samit. Chosen Spirits. Delhi : Simon & Schuster, 2020.

Chakraborty, Madhurima and Umme Al-Wazedi (eds.), Postcolonial Urban Outcasts: City Margins in South Asian Literature. London: Routledge, 2017.

Charkavorty, Mrinalini. “Of Dystopias and Deliriums: The Millennial Novel in India”, in A History of The Indian Novel in English, ed. by Ulka Anjaria. New York: Cambridge University Press, 2015, pp. 267-281.

Gayer, Laurent, Christophe Jaffrelot (eds). Muslims in Indian Cities: Trajectories of Marginalisation. Karachi: Oxford University Press, 2012.

Ghosh, Ranu. Quarter Number 4/11. Streamline Stories, 2011.

Haksar, Anamika. Taking the Horses to Eat Jalebis. Mumbai, Gutterati Productions, 2018. Heuzé, Gérard. La grève du siècle. Paris, L’Harmattan, 1989.

Khanna, Stuti, “Writing the Margins (in English): Notes from Some South Asian Cities”, in South Asian Fiction in English: Contemporary Transformations, ed. by Alex Tickell. London: Palgrave Macmillan, 2016, pp. 103-118

Mhaskar, Sumeet. The Unmaking of the Worker-Self in Post-Industrial Mumbai: a Study of Ex-Millworkers’ Responses to the Closure of Textile Mills in Girangaon. Diss. Oxford University, 2012.

Mhaskar, Sumeet. “Ghettoisation of economic choices in a global city.” Economic & Political Weekly 53.29 (2018): 29.

Routray, Sanjeev. The Right to be Counted: The Urban Poor and the Politics of Resettlement in Delhi. Stanford, Stanford University Press, 2022.

Ruet, Joël, and Stéphanie Tawa Lama-Rewal, eds. Governing India’s Metropolises: Case Studies of Four Cities. London : Taylor & Francis, 2012.

Sundaram, Ravi. “Imaging Urban Breakdown: Delhi in the 1990s”, in Noir Urbanisms: Dystopic Images of the Modern City, ed. by Gyan Prakash. Princeton: Princeton University Press, 2010, pp. 241-260.

Thachil, Tariq. “Elite parties and poor voters: Theory and evidence from India.” American Political Science Review 108.2 (2014): 454-477.

Thomas, Charlotte. Pogroms et ghetto. Les musulmans dans l’Inde contemporaine. Paris, Karthala, coll. « Terres et Gens d’Islam », 2018.

Tickell, Alex. “Writing the City and Indian English Fiction: Planning, Violence, and Aesthetics”, in Planned Violence: Post/Colonial Infrastructure, Literature and Culture, ed. by Elleke Boehmer and Dominic Davies. London: Palgrave Macmillan, 2015, pp. 195-211.

Zerah, Marie-Hélène. Quand l’Inde s’urbanise : Services essentiels et paradoxes d’un urbanisme bricolé. La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2020.
Appel à contributions
Transformations urbaines et marginalisation dans l’Inde contemporaine : pratiques sociales et représentations culturelles
Journée d’étude15 février 2024

Université de Strasbourg
Organisateurs :Marianne Hillion (SEARCH, University of Strasbourg)Arnaud Kaba (LINCS, University of Strasbourg / LAVUE, Université Paris 8)

 Dans la dernière décennie, le maintien au pouvoir du régime nationaliste hindou a eu deux conséquences majeures sur les processus d’urbanisation en Inde : d’une part le renforcement des politiques néolibérales de transformation des villes, d’autre part la marginalisation accrue des populations minoritaires dans l’espace urbain, touchées inégalement en fonction de leur caste et de leur religion. Les tensions politiques, économiques et sociales générées par ces redéfinitions de l’espace urbain sont au cœur de la production littéraire et culturelle indienne contemporaine. Cette journée d’étude vise à analyser les processus de marginalisation urbaine à l’œuvre dans l’Inde contemporaine en faisant dialoguer sciences sociales et études culturelles. Nous partons de l’hypothèse que les sciences humaines et sociales et les études culturelles constituent deux prismes distincts mais complémentaires pour comprendre ces transformations. 

D’une part, nous aimerions interroger l’articulation des logiques néolibérales de marchandisation de l’espace urbain avec les processus de marginalisation urbaine propres au contexte national indien. En quoi ces transformations urbaines contemporaines constituent-elles un prolongement de dynamiques préexistantes entre classes sociales, castes et communautés religieuses ?

Pour illustrer ce premier axe de réflexion, rappelons que les opérations de prédation de l’habitat populaire par les opérations foncières sont anciennes, le cas iconique étant la fermeture des usines cotonnières de Bombay en 1982 au profit d’investissements immobiliers (Heuzé 1989, Menon, Adarkar 2004, Mhaskar 2012). La construction et gestion des infrastructures urbaines par des partenariats publics-privés (Bon, 2015, Zérah 2020), datent de la libéralisation en 1991 voire de la fin des années 1980 (Ruet, Tawa-Lama-Rewal, 2012) alors que la destruction d’habitats informels au nom de la modernisation urbaine et de l’hygiénisme remonte à la période coloniale (Gooptu 2001). D’autre part, la « ghettoïsation » urbaine des musulmans (Gayer, Jaffrelot 2012, Mhaskar, 2018) a elle aussi commencé bien avant l’arrivée des nationalistes au pouvoir : elle s’esquisse dès avant l’indépendance, les pogroms en constituant des jalons, ceux de 1992-1993 à Bombay (Heuzé 2000, Mhaskar 2018) et ceux du Gujarat en 2002 (Thomas 2018).

Toutefois, il est indéniable que ces dernières années ont vu l’accélération de ces phénomènes : les évictions se sont intensifiées à Delhi dans le cadre des Jeux du Commonwealth de 2012 (Dupont 2011) et plus récemment à l’occasion de la tenue du G20 à Delhi en septembre 2023. Dans le même temps, les politiques de développement urbain clientéliste menées par le BJP (Routray, 2022, Auerbach, Tachil, 2023), couplées à un réinvestissement des symboles religieux, semblent donner aux populations hindoues paupérisées un certain droit à la ville et mènent à l’éclatement de l’alliance entre musulmans et Dalits.

D’autre part, nous souhaitons interroger la manière dont les écrivains et artistes indiens, qui sont nombreux à s’intéresser à ces processus de marginalisation urbaine (Khanna 2016, Chakravorty, Al-Wazedi 2017), s’emparent de ceux-ci et éclairent les ruptures et continuités à l’œuvre dans la définition de l’espace urbain.

Dans le paysage littéraire actuel, le réalisme social semble dominer dans le domaine de la fiction, et l’on observe aussi le succès de formes telles que l’essai ou le reportage littéraire engagé, qui abordent de manière frontale la montée du nationalisme hindou et ses conséquences sur l’occupation de l’espace urbain, notamment pour les ouvriers musulmans. Pourtant, des formes non-réalistes (allant du roman dystopique à la science-fiction) prennent de plus en plus en charge ces questions (Tickell 2015, Chakravorty 2015), notamment celle de la ségrégation – comme dans les romans récents de Prayaag Akbar ou de Samit Basu–, un futurisme pessimiste que certains critiques voyaient déjà en 2010 comme une impasse esthétique et politique (Sundaram 2010), tandis que d’autres considèrent au contraire ces modes narratifs comme des véhicules puissants de contestation.

Les diverses formes du cinéma documentaire soulèvent des questions similaires : les opérations de prédation de l’habitat ouvrier à Kolkata sont traitées sur un mode réaliste par Ranu Ghosh (Quarter Number 4/11) par exemple, tandis que le film expérimental d’Anamika Haksar (Taking the Horses to Eat Jalebis) donne à voir le mode de vie précaire des ouvriers migrants d’Old Delhi à travers une esthétique proche du réalisme magique.

Nous invitons ainsi des propositions s’interrogeant sur les divers modes esthétiques utilisés pour rendre compte de ces phénomènes de marginalisation et sur leur portée critique. Dans quelle mesure ces productions culturelles sont-elles à même d’offrir un contre-discours ? Comment la position sociale et la langue de création des artistes façonnent-elles leurs représentations des transformations récentes de l’espace urbain ? Ces dernières sont-elles perçues comme une rupture ou un prolongement vis-à-vis de dynamiques urbaines antérieures ?

Les propositions (400 mots maximum) en anglais doivent comprendre un titre, 4 mots-clés et l’argument principal de la présentation, et être envoyées, accompagnées d’une brève biographie, avant le 31 octobre 2023 à arnaud.kaba@gmail.com et mhillion@unistra.fr.

CFP Colloque international : collaborations texte-image dans le monde anglophone (17-18 mai 24)

Le colloque international “Collaborations texte-image dans le monde anglophone du Moyen Âge au présent aura lieu à Strasbourg les 17 et 18 mai 2024.

Les propositions de communication ne devront pas excéder 300 mots, et devront être envoyées au format PDF, accompagnées d’une petite note biographique (100 mots) à text.image.conference.2023@gmail.com pour le lundi 30 octobre 2023 au plus tard.

Les participant.e.s sélectionné.e.s seront informé.e.s courant novembre 2023. 

Bien cordialement,

Inès Et-taoui pour le comité d’organisation 

UNIVERSITE DE STRASBOURG

COLLOQUE INTERNATIONAL

COLLABORATIONS TEXTE-IMAGE DANS LE MONDE ANGLOPHONE DU MOYEN AGE AU PRESENT

VENDREDI 17-SAMEDI 18 MAI 2024 

APPEL A COMMUNICATIONS

Dans son manuel introductif sur l’intermédialité, Jörg Robert fait remonter son histoire à l’Iliade et au passage célèbre dans lequel Héphaïstos façonne le bouclier orné qu’Achille portera lors de son duel ultime contre Hector. Le forgeron olympien décore le bouclier d’une « représentation de la vie humaine au sein de l’ordre du monde » (« ein Bild des menschlichen Lebens in der Ordnung der Welt » (Robert 2015 : 7)), et, “au fur et à mesure que les figures émergent du bouclier, les images émergent dans l’imagination de l’auditeur telles qu’elles sont décrites par le récit de l’aède » (« wie die Figuren aus dem Schild hervortreten, so treten die Bilder, vermittelt durch die Rezitation des Aöden, in der Imagination des Zuhörers hervor » (ibid.)). Robert ajoute, en détournant la célèbre citation de Whitehead au sujet de la dette de la philosophie européenne toute entière envers Platon, que « l’histoire de l’intermédialité n’est constituée que d’une série de gloses sur Homère » (8).

            Alors que Cicéron et Quintilien placent presque sur pied d’égalité l’ekphrasis conduite avec talent et le fait, pour le lecteur ou l’auditeur, d’être directement témoin de la scène ou de l’objet décrit, Lessing, quant à lui, délimite strictement le pictural du poétique dans son fameux Laocoon, et soutient que le premier se restreint à la représentation de la simultanéité, là où le second n’est perceptible que de façon successive. Plus tard, dans son ouvrage capital Understanding Media (1964),McLuhan militera en faveur d’une réévaluation radicale des frontières sémiotiques, et insistera lourdement sur les enchevêtrements étroits du médium et du message, mais également des différents types de médias entre eux, et postulera qu’une « hybridation » de ces derniers libérerait un potentiel expressif d’une puissance considérable. Les théories contemporaines de l’intermédialité texte-image, telles que le concept de « media transposition » chez Rajewsky (2005: 50), ou encore l’idée du « Tiers pictural » de Louvel (2010), bien qu’elles ne parviennent pas encore à aboutir à un modèle exhaustif qui incorporerait ses diverses variétés, viennent néanmoins affiner l’arsenal méthodologique au moyen duquel peut être abordé cet aspect des études culturelles qui, bien qu’omniprésent, demeure voilé de mystère.

Des manuscrits illustrés du Moyen-Âge aux romans graphiques contemporains, les communications pourront explorer les relations entre texte et image dans le monde anglophone, et pourront notamment s’intéresser aux sujets suivants (liste non-exhaustive):

·         Les genres poly-sémiotiques, tels que les emblèmes, les textes illustrés, les bandes dessinées, les romans graphiques, les mangas, etc. 

·         L’ekphrasis, l’hypotypose et l’enargeia (approches théoriques, exemples d’emploi, études de cas, etc.)

·         Des considérations méthodologiques et théoriques quant à l’étude des relations texte-image dans le monde anglophone (histoire des concepts, études comparées synchroniques ou diachroniques, etc.)

Les communications pourront être présentées en français ou en anglais. Les participant.e.s qui ne pourront pas être présent.es sur place pourront présenter leur communication en ligne via notre plateforme de visioconférence BigBlueButton.

Les propositions de communication ne devront pas excéder 300 mots, et devront être envoyées au format PDF, accompagnées d’une petite note biographique (100 mots) à text.image.conference.2023@gmail.compour le lundi 30 octobre 2023 au plus tard.

Les participant.e.s sélectionné.e.s seront informé.e.s courant novembre 2023.

Bibliographie sélective :

Beyaert-Geslin, Anne. « La photographie comme méta-image. La photo, modèle de la photo et de la peinture ». Signata 11 (2020).

Elleström, Lars, ed. Beyond Media Borders, Volume 1: Intermedial Relations among Multimodal Media. Palgrave Macmillan, 2021.

Jensen, K. B. Media convergence: The three degrees of network, mass, and interpersonal communication. London, UK: Routledge, 2010.

Jensen, K. B.“Intermediality. The Wiley Blackwell Encyclopedias of Communication, 3 March 2016.

Louvel, Liliane. L’œil du texte. Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 1998.

Louvel, Liliane. Le tiers pictural : Pour une critique intermédiale. Presses Universitaires de Rennes. 2010/

McLuhan, Marshall. Understanding Media : the Extensions of Man. New York : McGraw-Hill, 1994.

Müller, Jürgen E. « L’intermédialité, une nouvelle approche interdisciplinaire : perspectives théoriques et pratiques à l’exemple de la vision de la télévision ». Cinémas : revue d’études cinématographiques / Cinémas: Journal of Film Studies, vol. 10, no 2-3, 2000, 105-134.

Müller, Jürgen E. « Vers l’intermédialité: histoires, positions et option d’un axe de pertinence ». Médiamorphoses, vol. 16, 2006, 99-110.

Rajewsky, Irina. “Intermediality, Intertextuality, and Remediation: A Literary Perspective on Intermediality.” Erudit  6, 2005, 43–64.

Rippl, Gabriele. “Introduction.” Handbook of Intermediality: Literature – Image – Sound – Music. Ed. Gabriele Rippl. Berlin: De Gruyter, 2015. 1–31.          

Robert, Jörg. Einführung in die Intermedialität. Darmstadt: WEG. 2015

Uricchio, William. “Things to Come in the American Studies-Media Studies Relationship.” American Studies Today: New Research Agendas. Ed. Winfried Fluck, Erik Redling, Sabine Sielke, and Hubert Zapf. Heidelberg: Winter, 2014, 363–382. 

UNIVERSITY OF STRASBOURG

INTERNATIONAL CONFERENCE

TEXT-IMAGE COLLABORATION IN THE ENGLISH-SPEAKING WORLD FROM THE MIDDLE AGES TO THE PRESENT

FRIDAY 17-SATURDAY 18 MAY 2024

CALL FOR PAPERS

In his introductory handbook on intermediality, Jörg Robert states that its history begins with Homer’s famous account of Hephaistos’s forging an ornate shield for Achilles before his ultimate confrontation with Hector in the Iliad. The Olympian blacksmith decorates the shield with “a picture of human life within the order of the world” (“ein Bild des menschlichen Lebens in der Ordnung der Welt” (Robert 2015: 7), and, “as the figures emerge from the shield, the pictures emerge in the listener’s imagination as they are conveyed by the recitation of the aoidos” (“wie die Figuren aus dem Schild hervortreten, so treten die Bilder, vermittelt durch die Rezitation des Aöden, in der Imagination des Zuhörers hervor” (ibid.)). Borrowing and repurposing Whitehead’s famous quote about the indebtedness of European philosophy to Plato, Robert adds that “the history of intermediality is constituted of a series of footnotes to Homer” (8). 

While Cicero and Quintilian both came very close to equating a well-conducted instance of ekphrasis to the reader’s or listeners actually seeing the scene or object that is described, Lessing famously set strict borders between the pictorial and the poetic in his Laocoon, arguing that the first is confined to depicting simultaneity, while the other necessarily relies on a successive mode of perception. In his seminal Understanding Media (1964), McLuhan then advocated for a radical re-evaluation of semiotic boundaries, and drew attention to the intricate entanglement of medium and message, but also of media types with one another, theorising that such “hybridisation” would liberate an overwhelming potential of expressive power. Contemporary theories of text-image intermediality, such as Rajewsky’s idea of “media transposition” (2005: 50) or Liliane Louvel’s “Tiers pictural” (2010), refine a methodological and conceptual arsenal to tackle an aspect of cultural investigation that, for all its ubiquity, is still shrouded in complexity.

From illustrated medieval manuscript to contemporary graphic novels, we are interested in papers that explore text-image relations throughout the anglophone world from the early Middle Ages to the present. Possible topics of investigation include, but are not limited to:

·         Polysemiotic genres, such as emblems, illustrated texts, comic books, graphic novels, etc. 

·         Ekphrasis and hypotyposis (theoretical approaches, case studies, examples…)

·         Methodological and theoretical considerations on approaching text-image relations (history of related concepts, synchronic or diachronic comparative studies, …)

·         Historical accounts of theories and views on text-image relationships throughout the English-speaking world

Papers will be presented either in French or in English. Participants unable to join us in Strasbourg will be able to present online via our videoconferencing platform BigBlueButton.

Paper proposals (300 words max) should be sent as PDF files to  text.image.conference.2023@gmail.com, along with a short biographical note (100 words) by Monday, the 30th of October 2023.

Selected participants will be notified by the middle of November 2023.

Exploring the Contours of Wellness and Health

In the wake of the international conference “Exploring the Contours of Wellness and Health”, held at Sorbonne University on the 23st, 24th and 25th of March 2023, the HDEA research team invites article submissions on the conference theme for an edited volume on the history and representation(s) of wellness and/or health.

The aim of the publication will be to study the general question of wellness and health, primarily in English-speaking countries, but it also welcomes comparative approaches in other countries or regions. The articles will attempt to shed light on the practices, principles, values, or institutions which have had an impact on wellness and health, both from a strictly medical point of view and from a broader social perspective. The WHO defines health not only as the absence of disease, but as a “state of complete physical, mental and social wellbeing”. Yet this seemingly simple definition hides a wide range of different interpretations, as health can be understood in varying ways: individual but also collective, private, and public; related to political, social, economic, and cultural factors that have themselves constantly evolved. To try and map the contours of health, it is therefore necessary to study how individuals engage with their own health, but also the society to which they belong and the environment in which they live. As for wellness, it can be understood as “a set of practices, choices and lifestyles” leading to the achievement of personal satisfaction (Global Wellness Institute).

While the two notions of wellness and health are thus very closely linked, they should not necessarily be taken as interchangeable or equivalent. Health is indeed seen only as one condition among others of wellness, just as it can be totally dissociated from it. The study of the tensions, interactions, boundaries between wellness and health is thus a particularly fertile and stimulating question to explore, but it will also be possible to separate these two notions and to focus on only one or the other.

The broad objective of the publication will be to trace the contours of wellness and health from a historical point of view, be they artistic, sociological, political, or economic.

The publication aims at adopting as broad a perspective as possible, and the following is a non-exhaustive list of possible themes that papers might explore:

• Health policies and their evolution (the Welfare State, the National Health Service (NHS), Obamacare v “Medicare for all” in the US)

• Health and wellness in times of conflict (war medicine, the health of civilians, reflections on wellness in armies)

• Interdependence of human health, animal health, and ecosystems (see for example the recent “One Health” movement, and its histories)

• The production, development, and delineation of urban or natural spaces in relation to wellness and health (parks, sanitation policies, urban planning, and climate change); health and the environment

• Health, wellness, and sport

• The development of leisure, changes in consumption patterns, in relation to individual and collective well-being (rise of “wellness centers” and of the wellness industry)

• Wellness and spirituality: “New Age”-type counter-cultural movements

• Health, wellness, and religious practices

• Health, wellness, and social justice

• The pursuit of wellness as a gendered issue

• Health and family and/or birth policies, debates on abortion and sexuality

• Health and social and political struggles, health and freedom; social, racial and sexual discrimination; reproductive rights

• Health, exclusion, resilience, resistance, and cultural and identity issues

• Moral health and mental health

• Health, wellness, and screens (television, cinema): past representations of health and wellness on screen

Please send your abstracts (500-600 words), along with a brief resume, to

hdea2023@gmail.com

by January 15, 2024

All abstracts will be reviewed and authors contacted by February 15, 2024.

Upon acceptance, a full manuscript submission will be due 

Genre et hétéronormativité dans les sources : approches méthodologiques

Methodological approaches to gender and heteronormativity in sources

*  *  *

Résumé

Français

Le séminaire que nous organisons, ainsi que la publication sur des supports pluriels des communications qui seront prononcées, vise à questionner la place des études de genre dans les sources en lien avec les méthodes scientifiques qui permettent de les appréhender (sources archivistiques, juridiques, littéraires, iconographiques ou données de terrain ethnographiques). Il s’agit avant tout de confronter l’approche méthodologique que les chercheurs et les chercheuses ont du genre, au prisme de l’hétéronormativité, en lien avec les sources étudiées.

Argumentaire

Dans le prolongement des deux premiers séminaires jeunes chercheur·se·s organisés, pour le premier, en 2022 sur le thème « Genre et sources. Lecture, relecture, mélecture » et pour le second en 2023, intitulé « Genre et hétéronormativité dans les sources : représentations et transgressions de l’injonction hétérosexuelle », ce troisième séminaire souhaite se concentrer sur les approches méthodologiques des études de genre à travers le prisme de l’hétéronormativité. L’hétéronormativité est un concept incontournable afin d’analyser les fondements même de la binarité entre le masculin et le féminin[1], et de contribuer ainsi à l’élaboration de cadres critiques qui permettent de se pencher sur les rapports sociaux de sexe et de sexualité au sens large dans les sources. Ainsi, l’hétéronormativité est un outil critique issu des études de genre, employé pour réévaluer une vision à la fois dualiste et déterministe des identités des genres et des sexualités, remettant directement en cause les conceptions essentialistes de la division sexuelle.

À travers son inscription dans la Structure Fédératrice de Recherche ALLHiS, le séminaire porte une attention particulière à l’analyse des sources, entendues comme « l’ensemble des traces laissées par les acteurs du passé sur lesquelles le chercheur fonde son travail […] tout type de document ou d’objet peut devenir source, à condition d’être correctement critiqué[2] ». L’objectif est donc de poursuivre cette approche critique en questionnant les représentations de l’hétéronormativité dans les sources au sens large : sources écrites (archives historiques, textes littéraires et juridiques), visuelles (iconographiques, statuaires) et immatérielles (données de terrain ethnographiques). L’intérêt d’une telle étude repose sur la diversité des sources proposées, ce qui permettra d’offrir un panorama sinon exhaustif, du moins varié, de ces sources dans une perspective interdisciplinaire, qui mettra au jour les dynamiques intersectionnelles qui peuvent régir les rencontres entre les minorités sexuelles et de genre[3].

Si le premier séminaire s’est attaché à montrer la pertinence d’une analyse des sources au prisme du genre, le second s’est concentré sur « l’invention historique de l’hétérosexualité[4] » et sur sa théorisation comme impératif social dans la littérature scientifique. Il s’agissait en parallèle de mettre en lumière les mouvements de résistance ou les évolutions au sein des discours et des pratiques[5]. Les réflexions soulevées lors de ces deux premiers séminaires demandent à être poursuivies dans un questionnement davantage méthodologique : comment les études de genre influencent-elles les pratiques des chercheur·se·s ? Comment les femmes et les minorités de genre sont-elles réintégrées dans des champs disciplinaires qui les ont laissées de côté, dissimulées ou même invisibilisées ? En quoi les corpus peuvent-ils se faire le reflet de ces changements ? Comment ces méthodes varient-elles selon les aires géographiques à l’étude, au gré de l’influence d’écoles d’horizons géographiques divers ? Il peut s’avérer stimulant de questionner la dimension internationale dans la circulation de ces outils critiques.

Ce séminaire propose donc deux volets d’études principaux :

  • Un état des lieux de la recherche actuelle : depuis l’institutionnalisation des études de genre au sein de l’université française au tournant des années 2000, comment les outils critiques du genre et de l’hétéronormativité ont-ils influencé les objets de recherche ? Quels nouveaux sujets émergent ou réémergent ?
  • Une analyse des méthodes qui entourent et définissent cette mise au jour : d’où viennent, géographiquement et disciplinairement, les méthodes privilégiées pour toute étude qui prend en compte l’hétéronormativité dans les sources ? Quelle est la place des apports transdisciplinaires, en particulier des méthodes venues des sciences humaines et sociales ? Comment les approches méthodologiques varient-elles en fonction des aires géographiques dont elles sont issues et des sources qu’elles étudient ? Comment se traduisent à une échelle internationale ces écarts méthodologiques ?

Axes de recherche

  • Développer une réflexion théorique sur les enjeux épistémologiques de l’hétéronormativité en sciences sociales, ses apports et ses limites dans l’analyse des sources, ses convergences ou dissensions avec d’autres orientations des études de genre, comme les différentes perspectives féministes.
  • Développer des outils méthodologiques pour appréhender l’hétéronormativité dans les sources en fonction des supports et des disciplines en montrant sur ce point l’intérêt d’une approche interdisciplinaire.
  • Comparer les approches critiques de l’hétéronormativité à l’international afin de rendre compte de la diversité des méthodes, mais aussi des écarts, voire des divergences entre les méthodologies d’aires géographiques diverses.
  • Resituer le concept d’hétéronormativité dans le contexte théorique et politique dont il est issu : en premier lieu afin d’éviter tout anachronisme, mais aussi pour questionner les circulations géographiques et l’ancrage épistémologique du concept.
  • Proposer la recension d’un ouvrage scientifique récent qui renouvelle les approches méthodologiques de l’hétéronormativité, et intégrer cette réflexion dans une bibliographie générale qui mette en avant les évolutions du concept au sein et à travers différents champs disciplinaires.

Modalités de candidatures

  • Être étudiant.e en master 2, titulaire d’un master ou inscrit.e en doctorat: il s’agit d’un séminaire jeunes chercheurse·s dont l’objectif est de créer un espace de discussion pour celles et ceux qui n’ont pas encore de doctorat.
  • Rédiger une proposition de communication (300-400 mots) ou de recension d’un ouvrage de recherche paru récemment et qui aborde les thématiques du séminaire (300-400 mots).
  • Rédiger une présentation spécifiant l’université et le laboratoire de rattachement, l’année de master ou de thèse, le sujet de recherche, et les éventuelles publications.
  • Les participante·s sont vivement encouragé·e·s à postuler à deux pour intervenir en binôme, de préférence dans une perspective pluridisciplinaire, voire internationale.
  • Les propositions de communications peuvent être rédigées en anglais ou en français.

Envoyer les propositions de communication d’ici le 1er décembre 2023 à : seminaireallhis2024@gmail.com

Les réponses sont prévues pour le 15 décembre 2023.

Les journées seront organisées la semaine du 15 au 19 avril 2024 à l’Université Jean Monnet, Saint-Étienne

L’objectif est aussi, à l’issue de ce séminaire, de rassembler les communications sous la forme d’articles pour la publication d’un ouvrage collectif d’ici la fin de l’année 2025.

Comité d’organisation et scientifique

  • Adrien Bresson, doctorant en langue et littérature latines à l’Université de Lyon–Saint-Étienne au laboratoire HISOMA.
  • Noémie Cadeau, doctorante en littératures comparées à l’Université Jean Monnet au sein de l’Unité de recherche ECLLA.
  • Blandine Demotz, doctorante études anglophones à CY Cergy-Paris Université, au sein du laboratoire Héritages.
  • Jonathan Raffin, doctorant en histoire romaine à l’Université de Poitiers, rattaché au laboratoire HeRMA.

Bibliographie indicative

  • CLAIR Isabelle, « Le pédé, la pute et l’ordre hétérosexuel. », Agora débats/jeunesses, n°60, 2012, p. 67-78.
  • DESCOUTURES Virginie, « Le cadre hétéronormatif », dans Les mères lesbiennes, Virginie DESCOUTURES (dir.), Paris, Presses Universitaires de France, 2010, p. 59-84. 
  • JACKSON Stevi, « Genre, sexualité et hétérosexualité : la complexité (et les limites) de l’hétéronormativité », Nouvelles Questions Féministes, Vol. 34, 2015, p. 64-81.  
  • KATZ Jonathan, L’invention de l’hétérosexualité, Paris, Epel, 2001.
  • RICH Adrienne, « Compulsory Heterosexuality and Lesbian Existence », Signs, Vol. 5, No. 4, 1980, p. 631-660.
  • BOEHRINGER Sandra & SEBILLOTTE-CUCHET Violaine (dir.), Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaine. Le Genre : méthode et documents, Paris, Colin, 2011.
  • SCOTT Joan & VARIKAS Éléni, « Genre : Une catégorie utile d’analyse historique. », Les Cahiers du GRIF, No. 37-38, 1988, p. 125-153.
  • TIN Louis-Georges, L’invention de la culture hétérosexuelle, Paris, Autrement, 2008.
  • WARNER Michael, « Introduction: Fear of a Queer Planet », Social Text, No. 29, 1991, p. 3-17.
  • WITTIG Monique, « La pensée straight », Questions Féministes, No. 7, 1980, p. 45-53.

Notes

[1] Judith, Butler, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte, 2005, p. 24.

[2] Offenstadt Nicolas (dir.), Les mots de l’historien, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2009, p. 105.

[3] Lisa, Disch, Mary Hawkesworth (dir.), The Oxford Handbook of Feminist Theory, Oxford, Oxford University Press, 2015, p. 385–406.

[4] Vulca, Fidolini, « L’hétéronormativité », Manuel indocile de sciences sociales, 2019, p. 798-804.

[5] Natacha, Chetcuti., « Hétéronormativité et hétérosocialité », Raison présente, n°183, « Sexualités, normativités », 2012, p. 69-77.

Les Doctoriales – 63 ème Congrès de la SAES thème « frontières et déplacements » – Université de Lorraine (Nancy) – 30 mai 2024

 

 

Les notions de « frontières » et « déplacements », bien souvent pensées dans leur sens géographique, résonnent dans le monde anglophone comme synonymes de limites et franchissements de ces dernières. Les frontières, qu’elles soient des lignes limitatives imaginaires ou des obstacles géographiques physiques, appellent au franchissement de ces limites et donc au déplacement. Déplacement humain ou encore déplacement du regard, ce dernier semble une approche nécessaire pour le jeune chercheur en quête d’élaboration d’une recherche innovante et de qualité et ainsi faire naître une relecture d’un domaine ou d’un aspect.

Les axes de réflexion possibles autour de l’expression « frontières et déplacements » demeurent non exhaustifs que ce soit dans les domaines méthodologiques, pédagogiques, littéraires, linguistiques encore civilisationnels.

Le/La jeune chercheur.euse en études anglophones est forcément confronté à cette problématique de frontières et de déplacements dès le début de ses recherches. Quelles sont les limites du sujet (géographiques, bornes chronologiques, portée disciplinaire) ? Comment placer sa recherche dans la littérature existante de son domaine ? Un pas de côté (un déplacement) n’est-il pas nécessaire pour réactualiser une recherche préexistante ?

Autant de questions que le/la jeune chercheur.euse se pose quel que soit son sujet dans la perspective de devenir un chercheur confirmé dans un monde académique toujours en proie aux questionnements des normes et à l’étude du renouvellement, du dynamisme et de la fluidité des modèles d’une époque et/ou d’un domaine donnés.

 

Les propositions de 500 mots maximum, accompagnées d’une courte notice biblio-biographique, rédigées en français ou en anglais, devront être envoyées à l’adresse suivante (college.doctorants.saes@gmail.com) avant le 8 décembre 2023. Les Doctoriales sont une occasion pour tous les doctorants de nous enrichir de leur travail de thèse, que ce dernier s’insère dans le thème « frontières et déplacements » ou non. Si vous souhaitez nous parler de votre sujet, n’hésitez pas à envoyer également un abstract.

Formalités admistratives : Les doctorant.e.s retenu.e.s devront être membres de la SAES (et donc anglicistes) ET inscrits au Congrès en amont du 30 mai 2024 pour pouvoir participer aux Doctoriales.

Pour accéder directement au texte de cadrage du Congrès de la SAES, vous pouvez ce lien : https://congres2024.saesfrance.org/

 

CFP colloque international : Re-situer et restituer Haïti (4 & 5 avril 2024)

Un colloque international sur Haïti intitulé « Re-situer et restituer Haïti : Nouvelles connexions » aura lieu à l’amphi MR002 de l’Université Paris 8 les 4 et 5 avril 2024. Vous trouverez plus d’informations sur l’événement en cliquant sur le lien suivant : Re-situer et restituer Haïti. Nouvelles connexions (Paris 8) (fabula.org).

Les propositions de contribution sont à envoyer par mail jusqu’au 9 octobre 2023  à l’adresse suivante : resituerhaiti.colloque2024@gmail.com. Les résumés doivent être d’une longueur de 300 mots maximum et être accompagnés d’un titre (même provisoire) et d’une courte notice bio-bibliographique. Les propositions seront évaluées par un comité scientifique et les réponses concernant les sélections seront envoyées dès le 15 novembre 2023.

CFP Memory an Women’s Studies/Extended deadline

Special Issue Title: Memory and Women’s Studies: between Trauma and Positivity

Proposed deadline: November 15, 2023, send articles to claire.sorin@univ-amu.fr and irene.mizrahi@bc.edu  

Keywords: trauma studies; feminism; gendered individual/collective memory; processes of reparation/reconciliation/inspiration

We are pleased to announce that submissions are open for the upcoming Special Issue Memory and Women’s Studies: between Trauma and Positivity to be published in the review Literature. The Guest Editors Irene Mizrahi (Boston College) and Claire Sorin (Aix Marseille University, LERMA, Aix-en-Provence) welcome humanities, especially literature, and art articles focusing on how memory and trauma studies have reshaped and been reshaped by women’s and feminist history, art, and literature since the 1990s. Countless research topics fit within the scope of this Special Issue, such as critical overviews of the recent scholarship examining the interactions between memory, trauma, and women’s art and literature; papers examining the relationship between individual and collective gendered memory; the cultural, social, and political valances of portrayals of traumatic experiences produced by women; the dynamic interplay between past and present in local, national, and transnational contexts, and in processes of reparation, reconciliation, or inspiration; debates concerning public places, monuments, and statues as representations of women’s or feminist collective memory; the uses of both implicit and explicit memory in works of art and literature; the dynamics of remembering and forgetting and how this dynamic informs issues of power and hegemony; monologic versus polyphonic and dialogic constructions of memory and the importance of distinguishing between them; new media and its challenges for individual and collective memory. This Special Issue welcomes English-language articles considering a variety of transnational contexts. 

Original research articles and reviews are welcome. Submissions will be peer reviewed and published following “The MDPI Editorial Process”. Guest Editors will conduct the editorial process via the MDPI online Submission System (SuSy), and will accept or reject submissions, ask the authors for revision, or ask for an additional reviewer to read the paper after the peer-review process. 

Aims

Literature (ISSN 2410-9789) accepts papers on the literature of all times and places. All kinds of approaches are encouraged, including the perspective of the literature classroom, the hospital, the prison, the therapists office, etc. We will consider relationships between high and low literature” and other forms of story in multimedia, social media, even video games. We are willing to publish more illustrations than other periodicals. However, our focus is on literature per se, relegating theory, other topics, other media, and other disciplines to supporting roles.

CFP/COLL: RAPPEL Consentir, Refuser, Céder : Spectres de la Conquête à la Restauration (1660-1714)

Consentir, Refuser, Céder :

Spectres de la Conquête à la Restauration (1660-1714)

Colloque co-organisé IRCL (Université Paul-Valéry Montpellier 3) – LARCA
(Université Paris Cité)
Sous l’égide de la Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe
Siècles (SEAA 17-18)
Date du colloque : 14 juin 2024
Lieu : Université Paul-Valéry Montpellier 3, salle des colloques 2, Site Saint
Charles 1, Montpellier, France

« Because a blessing waits upon Obedience : / You might command me
‘gainst my Inclination, / But I am bless’d with such indifference, / That ’tis
no trial of my Duty, Sir, / To give my free consent » déclare Emilia dans The
Surprisal de Sir Robert Howard (1662). En annonçant consentir à la fois
“librement” et par “devoir” à se soumettre à la volonté de son père, Emilia
met en lumière une partie des tensions qui habitent la notion de consentir. Le
consentement peut-il être donné librement s’il est réclamé par l’autorité du
père ? Emilia consent-elle à la volonté de son père ou aux conséquences
positives de l’obéissance filiale ? Et, dans le contexte de la Restauration,
quelle place donner à une héroïne dramatique qui tiendrait tête à son père et
refuserait de donner son consentement ?

Le consentement et le refus supposent tous les deux une agentivité,
une autonomie, voire une liberté du sujet, tout en étant par définition des
actions secondes, situées dans une perspective de réaction. Notion
ambivalente, le consentement permet de légitimer un acte ou, par son absence,
de le constituer potentiellement en crime. Consentir, refuser et céder sont
des notions aux définitions distinctes, mais dont les expressions sont
pourtant toujours susceptibles d’être confondues. Le consentement peut être de
pure forme, voire contraint par les circonstances. Il peut évoluer, de
l’adhésion au refus, et éventuellement à la rébellion, ou l’inverse. Le
consentement peut être accordé à un moment donné, par un geste performatif
comme la signature d’un contrat ou l’accord verbal, mais il peut également
être tacite, considéré comme acquis tant qu’il n’est pas explicitement refusé.
Ainsi s’articulent les paradoxes du consentement et du refus, actes à la fois
personnels et relationnels, notions intimes d’affirmation d’une volonté
propre, jamais détachées pourtant des rapports de pouvoir et de domination
dans lesquels elles s’inscrivent.

Notre réflexion propose de se concentrer sur les îles britanniques et
leurs colonies pendant le second dix-septième siècle. Des décentrements par
l’analyse des îles britanniques vues d’ailleurs, en particulier de l’Europe,
ou par des exemples étrangers qui viendraient en contrepoint des exemples
britanniques, seront également les bienvenus. Héritière de deux décennies de
débats fébriles et controverses quant aux notions d’allégeance et de
légitimité, de pouvoir de droit et de pouvoir de fait, la période dite de la
Restauration, de 1660 à la fin du règne d’Anne en 1714, est émaillée de
bouleversements sociaux, religieux et politiques. Parmi ceux-ci figurent la
restauration de la monarchie et de l’Eglise anglicane, la Crise d’Exclusion et
la Glorieuse Révolution, qui peuvent être analysées comme autant de « crises
du consentement ». Elles incluent des débats politiques et philosophiques sur
la légitimité de la monarchie restaurée, modèle remis en question au fil des
règnes de Charles II et Jacques II, puis rejeté à travers une révolution qui
peut être lue comme une invasion étrangère paradoxalement consentie.

La sphère politique est loin d’être la seule à cristalliser des enjeux
de consentement à la Restauration. La condition des non-conformistes et des
dissidents, pris entre le conformisme imposé par le pouvoir et leurs
convictions intimes, pose la question des différentes stratégies mises en
place pour vivre une religion qui n’est pas la religion d’État. Entre refus
net de se conformer, conversion et conformisme prétendu, la question
religieuse articule différents modes et expressions de consentement et de
refus qui interrogent les notions de tolérance et de liberté de conscience.

Les relations de genre voient également de nombreuses évolutions, les
conditions du mariage et de la sexualité étant questionnées, notamment dans
les arts. Le théâtre en particulier voit à la fois l’avènement des premières
actrices et dramaturges professionnelles et l’apparition du rake sur la scène
de la Restauration. Figure de séduction prédatrice, ce personnage devient par
la suite un archétype culturel, dont la résonance dans la société du dix-
septième siècle entraînera également sa remise en question par les générations
d’auteurs suivantes.

Ce colloque propose de mettre en dialogue des perspectives littéraires,
culturelles, historiques, philosophiques, médicales, juridiques et artistiques
pour analyser et historiciser les mécanismes qui structurent les notions de
consentir, refuser et céder et étudier leurs évolutions au fil de la période.
Ce colloque a pour but à la fois d’analyser l’expression particulière de ces
notions à la période de la Restauration, et de voir comment elles permettent
de penser cette période. Enfin, ce projet vise à fonder un groupe d’étude
interdisciplinaire sur la Restauration.

En plus des pistes déjà évoquées, les propositions pourront s’intéresser aux
questions suivantes (liste non-exhaustive) :

– Métaphores du consentement et glissements métaphoriques qui permettent
l’intersection de différents types de consentements (politique et sexuel
notamment)
– Théories du contrat social et leur utilisation à la Restauration pour
légitimer ou non un système / ordre politique
– Conséquences des actes de consentir, céder et refuser, ou de voir son
consentement bafoué : notions de mémoire, de déni et de traumatisme
– Signes du consentement et du refus et leur interprétation dans les arts et
les textes juridiques et médicaux
– Tensions génériques autour des notions de consentir, refuser et céder dans
les arts (comique / tragique / tragicomique etc.)

Les propositions de communications (300-500 mots), accompagnées de bio-
bibliographies sont à envoyer avant le 30 septembre 2023 à l’adresse :
consentir.restauration@gmail.com

Comité scientifique :

Prof. Florence MARCH, IRCL, Université Paul-Valéry Montpellier 3
Prof. Frédéric OGÉE, LARCA, Université Paris Cité
Prof. Andrew HISCOCK, Bangor University
Prof. Luc BOROT, IRCL, Université Paul-Valéry Montpellier 3
Dr Clara MANCO, LARCA, Université Paris Cité
Alice MARION-FERRAND, IRCL, Université Paul-Valéry Montpellier 3
Sara LEUNER, LARCA, Université Paris Cité

Éléments bibliographiques :

BOWERS Toni, Force or Fraud; British seduction stories and the Problem of
Resistance 1660-1760, Oxford, Oxford University Press, 2011.
CHAKRAVARTHY Urvashi, Fictions of Consent: Slavery, Servitude, and Free
Service in Early Modern England, Philadelphia, University of Pennsylvania
Press, 2022.
CHUA Brandon, Ravishment of Reason: Governance and the Heroic Idioms of the
Late Stuart Stage, 1660-1690, Cranbury, Rowman & Littlefield, 2014.
GARCIA Manon, MAZALEIGUE-LABASTE Julie et MORNINGTON Alicia-Dorothy dir.,
Envers et revers du consentement, Paris, Mare & Martin, 2023.
HOLMES WILLIAMSON Margaret, Powhatan Lords of Life and Death: Command and
Consent in Seventeenth-Century Virginia, Lincoln, University of Nebraska
Press, 2003.
KAHN Victoria, Wayward Contracts: The Crisis of Political Obligation in
England 1640-1674, Princeton, Princeton University Press, 2004.
LEMMINGS David, Law and Government in England during the Long Eighteenth
Century: from Consent to Command, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2015.
MARSDEN Jean I., “Rape, Voyeurism, and the Restoration Stage”, dans Katherine
M. QUINSEY dir., Broken Boundaries: Women and Feminism in Restoration Drama,
Lexington, University Press of Kentucky, 1996.
REID Jasper William, ‘The Common Consent Argument from Herbert to Hume’,
Journal of the History of Philosophy, 53.3, 2015, pp. 401–33.
RUDOLPH Julia, “Rape and Resistance: Women and Consent in Seventeenth-Century
English Legal and Political Thought,” Journal of British Studies, 39.2, 2000,
pp.157–84. TAMAS Jennifer, Au Non des femmes, Paris, Seuil, 2023.
VIALA Alain, La France galante : Essai historique sur une catégorie
culturelle, de ses origines jusqu’à la Révolution, Paris, Presses
Universitaires de France, 2008.
WALKER Garthine, “Rape, Acquittal and Culpability in Popular Crime Reports in
England, c.1670–c.1750”, Past & Present, 220.1, 2013, pp. 115–142.


Call for Papers

Consent, Refuse, Surrender
Shadows of Conquest during the English Restoration (1660-1714)

Joint conference IRCL (Université Paul-Valéry Montpellier 3) – LARCA
(Université Paris Cité)
Sponsored by the Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe
Siècles (SEAA 17-18)
Conference date: 14th June 2024
Location: Université Paul-Valéry Montpellier 3, salle des colloques 2, Site
Saint Charles 1, Montpellier, France

“Because a blessing waits upon Obedience: / You might command me
‘gainst my Inclination, / But I am bless’d with such indifference, / That ‘tis
no trial of my Duty, Sir, / To give my free consent” declares Emilia in Sir
Robert Howard’s 1662 The Surprisal. By claiming that she consents both
“free[ly]” and [out of] duty” to submit herself to her father’s will, Emilia
sheds light on some of the tensions inherent in the act of consenting. Can
consent be given freely if it is insisted upon? Does Emilia consent to her
father’s will or to the obligations of filial obedience? Moreover, in the
context of the English Restoration, what might be the significance of
representing resistance or refusal on the public stage?

Consent and refusal both suggest the agency, autonomy, even freedom
of the individual, while being by definition responses, therefore secondary
actions. Consent is an ambivalent notion that can legitimise an act or –
through its absence – potentially render it criminal. Consent, refusal, and
surrender all have distinct definitions, nevertheless their expressions are
always in danger of being mistaken for each other. Consent can range from a
freely given act to one that is purely perfunctory, or even forced by
circumstances. It can evolve, from acceptance to refusal, perhaps even to
rebellion, or any combination of these meanings. Consent can be granted at a
given moment, through a performative gesture such as the ratifying of a
contract or verbal agreement, but it can also be tacitly granted, or
considered as such as long as it is not explicitly denied. Such are the
paradoxes that structure the concepts of consenting and refusing: both
personal and relational actions, intimate affirmations of individual will, yet
never separated from the power dynamics that frame them.

The focus of this conference is on the British Isles and their
colonies during the second half of the seventeenth century. Nonetheless,
broader, European perspectives are equally welcome, ranging from perceptions
of the British Isles from abroad to comparative studies involving Restoration
culture.
Building on two decades of debates and controversies around the
notions of legitimate and illegitimate authority, of de jure versus de facto
power, the period known as the English Restoration, from 1660 to the end of
Anne’s reign in 1714, is permeated with social, religious, and political
upheavals. Amongst those are the restoration of the monarchy and of the
Anglican Church, the Exclusion Crisis and the Glorious Revolution, which can
all be interpreted as ’crises of consent’. They encompass political and
philosophical debates regarding the legitimacy of the restored monarchy, a
model questioned throughout the reigns of Charles II and James II, then
rejected through what can be read as assent (paradoxically) to a foreign
invasion from the Low Countries.

The political sphere is far from being the only one to crystallise the
tensions surrounding consent during the Restoration. The condition of
Nonconformists and Dissidents -caught between a conformity imposed from above
and the commitment of their own private beliefs -raises the issue of the
various strategies adopted to practise a religion other than that supported by
the Anglican Church. Between point blank refusal to conform, affected
conversion and conformity, the religious issue articulates different modes and
expressions of consent and refusal that question the notions of tolerance and
freedom of conscience.

Gender relations also remain a heated source of debate in this period,
the issues of marriage and sexuality being intensely discussed, notably
through the arts. Theatre in particular sees both the introduction of the
first actresses and professional female playwrights, and the development of
the rake on the Restoration stage, figure of predatory seduction that later
becomes a contested cultural archetype, testament to its relevance in
seventeenth century society.

This conference opens a conversation between literary, cultural,
historical, philosophical, legal, medical, and artistic perspectives to
analyse and historicise the mechanisms that structure the notions of consent,
refusal and surrender, and to study their evolutions across the breadth of the
period. The goal of this conference is both to analyse the specific expression
of these notions during the Restoration period, and to see how they enable us
to rethink it. Finally, this project is launched with the aim of establishing
an interdisciplinary research group on the Restoration.

In addition to the emphases already mentioned, proposals can address but are
not limited to the following issues:

– Metaphors for consent and metaphoric shifts in meaning enabling the
intersection of different types of consent (political and sexual in
particular)
– Social contract theories and their uses during the Restoration to
(de)legitimise a system/political order
– Consequences of consenting, refusing and surrendering, or of seeing one’s
consent violated: notions of memory, denial and trauma
– Signs of consent and refusal, and their interpretation in the arts and
medical or legal texts
– Generic tensions around the notions of consent, refusal and surrender in the
arts (comedy/tragedy/tragicomedy ect.)

Please send abstracts (300-500 words) along with biographies and
bibliographies to the following before 30th September 2023:
consentir.restauration@gmail.com

Scientific committee:

Prof. Florence MARCH, IRCL, Université Paul-Valéry Montpellier 3
Prof. Frédéric OGÉE, LARCA, Université Paris Cité
Prof. Andrew HISCOCK, Bangor University-CNRS
Prof. Luc BOROT, IRCL, Université Paul-Valéry Montpellier 3
Dr Clara MANCO, LARCA, Université Paris Cité
Alice MARION-FERRAND, IRCL, Université Paul-Valéry Montpellier 3
Sara LEUNER, LARCA, Université Paris Cité

Indicative bibliography:

BOWERS Toni, Force or Fraud; British seduction stories and the Problem of
Resistance 1660-1760, Oxford, Oxford University Press, 2011.
CHAKRAVARTHY Urvashi, Fictions of Consent: Slavery, Servitude, and Free
Service in Early Modern England, Philadelphia, University of Pennsylvania
Press, 2022
CHUA Brandon, Ravishment of Reason: Governance and the Heroic Idioms of the
Late Stuart Stage, 1660-1690, Cranbury, Rowman & Littlefield, 2014.
GARCIA Manon, MAZALEIGUE-LABASTE Julie and MORNINGTON Alicia-Dorothy eds.,
Envers et revers du consentement, Paris, Mare & Martin, 2023.
HOLMES WILLIAMSON Margaret, Powhatan Lords of Life and Death: Command and
Consent in Seventeenth-Century Virginia, Lincoln, University of Nebraska
Press, 2003.
KAHN Victoria, Wayward Contracts: the Crisis of Political Obligation in
England 1640-1674, Princeton, Princeton University Press, 2004.
LEMMINGS David, Law and Government in England during the Long Eighteenth
Century: from Consent to Command, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2015.
MARSDEN Jean I., “Rape, Voyeurism, and the Restoration Stage”, in Katherine M.
QUINSEY ed., Broken Boundaries: Women and Feminism in Restoration Drama,
Lexington, University Press of Kentucky, 1996.
REID Jasper William, ‘The Common Consent Argument from Herbert to Hume’,
Journal of the History of Philosophy, 53.3, 2015, pp. 401–33.
RUDOLPH Julia, “Rape and Resistance: Women and Consent in Seventeenth-Century
English Legal and Political Thought,” Journal of British Studies, 39.2, 2000,
pp.157–84. TAMAS Jennifer, Au Non des femmes, Paris, Seuil, 2023.
VIALA Alain, La France galante : Essai historique sur une catégorie
culturelle, de ses origines jusqu’à la Révolution, Paris, Presses
Universitaires de France, 2008.
WALKER Garthine, “Rape, Acquittal and Culpability in Popular Crime Reports in
England, c.1670–c.1750”, Past & Present, 220.1, 2013, pp. 115–142.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search