Appel à Contributions – Doctoriales 2022 – Clermont-Ferrand

Les propositions de 300 mots maximum, accompagnées d’une courte notice biblio-biographique, rédigées en français ou en anglais, devront être envoyées à l’adresse suivante (college.doctorants@gmail.com) avant le 17 décembre 2021. Nous rappelons que le public des Doctoriales est composé de chercheurs en anglistique aux parcours variés, et que les communications doivent tenir compte de cette diversité. À ce titre, nous vous encourageons également à nous envoyer un abstract pour une présentation de votre travail de thèse en plus ou à la place de celui lié au thème de l’année, car les Doctoriales sont également une occasion de mettre en avant votre travail de recherche.

 

Questions disciplinaires

La notion de failles évoque, d’emblée, un obstacle à surmonter, ou tout du moins dans lequel il convient de ne pas sombrer. Une faille est avant tout une cassure, un bris, l’aveu d’une fragilité que d’aucun souhaiterait combler. Pourtant, bien qu’on s’efforce de les dissimuler, de les éviter, ou de les combler, fut-ce d’or comme le veut la discipline japonaise du Kinstugi. Les failles sont un aussi un élément incontournable du paysage de la recherche. Les recherches, les thèses suivent leurs lignes, se construisent par les questions que cet inconnu suscite. On suit ainsi les travails historiques le long de failles diplomatiques, ou encore les travaux linguistiques en oscillant avec les failles tonales. Quant à la littérature, elle abonde en fatal flaws, que nous traduirions en français par « failles fatales. » La notion de failles, par conséquent, aide à penser non seulement nos domaines de recherche, mais également la recherche elle-même.

 

Failles épistémologiques

Le concept de faille paraît d’autant plus indiqué pour être mis à l’honneur qu’il éclaire l’épistolier de nos recherches. Les doctorants s’évertuent à creuser des tranchées entre leurs travaux et ceux des chercheurs les ayant précédés, tout en s’assurant de jeter des ponts par-dessus les failles les séparant des autres disciplines. Les failles nous invitent donc à repenser l’interdisciplinarité, à nous confronter à la difficulté pour trouver comment la dépasser, ou, lorsque ce n’est pas possible, comment en rendre compte.

Failles méthodologiques et des champs de recherche

La notion de faille convoque également la question de la méthodologie et de son impossible perfection. Elle nous rappelle la nécessité d’avoir un regard critique sur notre propre travail ainsi que sur nos disciplines. Comment témoigner des failles présentes dans nos démarches en tant qu’anglicistes, ainsi que dans nos formations ? Comment des thèses peuvent-être rendre compte de leurs propre failles, ainsi que de celles du terrain étudié, y compris celui de l’enseignement ?

Failles et analyse corpus

La pandémie de COVID nous a fait plus que jamais prendre conscience du fait que des failles pouvaient se creuser non seulement au sein des corpus, mais également entre le doctorant et son corpus. En cette période où les voyages sont restreints et où les promesses du numériques ne sont pas encore à même d’être tenues (en raison, bien souvent, de failles de systèmes et économiques), la question de l’accès au corps, au terrain, mais également des absences dans ces mêmes corpus ou terrains se posent. Quelles sont les natures de ces nouvelles failles ? Doit-on les documenter, les explorer, ou passer outre ? Qu’en est-il des cas où ces failles sont infranchissables ?

Failles et reconversions

D’un point de vue individuel, la faille est un signe de faiblesse, une blessure, une marque qu’il nous faudrait cacher, car elle nous rend impropre à fonctionner en société. Pourtant, le parcours de thèse, plus qu’aucun autre, révèle les failles en chacun d’entre-nous. Peut-on faire de ces failles des atouts dans nos travaux de thèse ? Peut-on aussi les interpréter comme un signe d’une reconversion parfois nécessaire ? Faillir en tant que chercheur, est-ce vraiment un échec ?