Du groupe à l’individu : renaissance(s) et occultisme britannique de fin XIXe siècle

L’occultisme de fin XIXe siècle, au Royaume-Uni, se place comme troisième voie entre le savoir et la croyance. N’appartenant officiellement ni à l’un ni à l’autre mais ne rejetant totalement ni l’un ni l’autre, ce mouvement peut être vu comme une renaissance de l’explication du monde en tant que récupération de théories antiques mises en rapport avec des savoirs scientifiques récemment acquis. D’autre part, cette renaissance qui est de prime abord collective, intéressant une partie de la population qui communique et organise des rassemblements, peut potentiellement être regardée sous l’angle d’une renaissance supplémentaire, individuelle.

En effet, des processus personnels qu’offrent les théories et la pratique de l’occultisme, l’individu est amené à faire un cheminement particulier, le conduisant à partir à la recherche de la vérité absolue sur ce qui constitue le monde et le divin en passant par sa propre vérité intérieure. A la lumière du concept de « processus d’individuation » développé par le psychanalyste Carl Gustav Jung, qui consiste en l’intégration de l’inconscient par la conscience, cette communication propose de regarder l’occultisme de cette fin XIXe siècle comme un cas de renaissance à plusieurs niveaux, permettant de s’interroger sur les enjeux d’un courant puisant dans le passé et le présent, pour en développer un différent.

anaïs Aledo

Doctorante depuis janvier 2015 au sein de l’école doctorale n°509 en Sciences Humaines et Sociales, « Civilisations et Sociétés euro-méditerranéennes et comparées », à l’Université de Toulon, accueillie par le laboratoire Babel, elle travaille sous la co-direction de M. Leydier Gilles (Université de Toulon) et de Mme Talairach Laurence (Université Toulouse Jean Jaurès).

Sa recherche porte sur le rapport entre la science et l’occultisme au travers de la manifestation littéraire de la fin du XIXe siècle au Royaume-Uni selon une double approche, celle, anthropologique, de Victor Witter Turner et de son concept de « liminalité » et celle, psychanalytique, de Carl Gustav Jung et de son concept « d’individuation » (d’où le titre de sa thèse : « Science et littérature de l’occultisme de fin XIXe siècle au Royaume-Uni : approches anthropologique et psychanalytique »).

Elle assure parallèlement une mission d’enseignement à l’Université de Toulon depuis mars 2015 pour les deux premières années de la licence de « Langues, Littératures et Civilisations Étrangères et Régionales », parcours « anglais ».

Le nonsense chez Peake : une renaissance qui passe par la transgression

Mervyn Peake est un auteur qui s’inscrit clairement dans une thématique de la renaissance, à travers son utilisation surprenante de la langue, et plus précisément, sa tendance au nonsense. En effet, le nonsense, à la fois un mode qui découle d’une longue tradition, et un genre qui remonte à l’époque victorienne, est un phénomène qui reste marginal en littérature et difficile à définir car encore trop peu étudié. Il a, en tout cas, contribué au désintérêt d’une partie des critiques de l’œuvre de Peake et à la confusion de son lectorat.

Mais le nonsense, qui peut tout d’abord être perçu comme simple enfantillage, semble capital pour comprendre la démarche d’un auteur qui joue sans cesse avec les codes et les catégories littéraires traditionnelles. En effet, le nonsense instaure un dérèglement de la langue qui, au-delà de son effet déstabilisant sur le lecteur, ouvre sur une véritable réflexion linguistique. Il dévoile ainsi les nombreuses failles d’un langage qui nous enferme, tout en en ouvrant une brèche vers d’infinies possibilités d’expression. Ce paradoxe, inhérent à l’ensemble de la production peakienne, soulève à son tour de nombreuses questions dont celle du genre (tantôt un mode dans ses récits en prose, tantôt un genre dans ses poèmes, le nonsense se mêle également au grotesque, à la parodie et au lyrisme chez l’auteur), de la réception (le public visé est-il adulte ou enfant ?) et du style (on a souvent reproché à Peake son verbiage, alors qu’il joue avant tout sur le décalage des registres et la plasticité des mots). Ainsi, tout l’enjeu sera de démontrer comment l’auteur donne un nouveau souffle au nonsense en en redéfinissant les règles, et comment le nonsense, en retour, donne tout son souffle à une œuvre hétéroclite et singulière, car résolument transgressive

Vanessa Bonnet

Actuellement doctorante en deuxième année auprès du laboratoire LIRCES sous la direction de Christian Gutleben (UCA) et de Sophie Aymès-Stokes (Université de Bourgogne), Vanessa Bonnet est également professeur agrégé d’anglais en lycée. 

Elle a consacré ses mémoires de première et de deuxième année de master à l’étude de l’œuvre de Mervyn Peake, et s’est plus particulièrement penchée sur son aspect nonsensique dans ses travaux de deuxième année. Un article tiré de ces recherches, intitulé « A World of Nonsense », est paru dans la revue Peake Studies en 2012. Un second article intitulé « Un palmier peut en cacher un autre : Entre réflexion linguistique et nonsense dans la nouvelle « I Bought a Palm-Tree »de Mervyn Peake », tiré de ses recherches actuelles, a été publié dans la revue en ligne du laboratoire Les Cahiers des Jeunes Chercheurs en avril 2019. 

Satisfaction au travail et santé des doctorants

En 2020, le Collège des doctorant.e.s de la SAES a souhaité explorer la question des conditions de travail des doctorants. Si certains envisagent l’après thèse comme une renaissance, thème du congrès de cette année, c’est bien que certaines problématiques sont communes aux doctorants. C’est pourquoi nous avons invité deux représentants de collectifs interrogeant ces difficultés pour la keynote address du congrès de Tours.

Colin Lemée, docteur en psychologie sociale appliquée aux questions environnementales et expert auprès de l’association environnementale The Shift Project, présentera l’étude 2018 de l’association Doctopus, qui s’est notamment intéressée aux discriminations, à la santé et aux abus de substances durant le cursus doctoral. Il s’agit de la première enquête de cette envergure en France, faisant suite à de nombreux travaux parus à l’international sur la dégradation de la santé mentale observée chez les professionnels de la recherche, et en particulier chez la population doctorale, davantage concernée par la précarité.

Adèle Combes, docteur en biologie spécialisée en neurosciences, communiquera ensuite sur l’étude 2019 du projet Vies de thèse, qui a soulevé les questions du harcèlement moral et sexuel, de la santé, de l’impact sur la vie privée, de la méconnaissance des interlocuteurs universitaires et de la poursuite de carrière. Les résultats de ces travaux ont pour objectif de sensibiliser les milieux universitaires et les pouvoirs publics à l’altération de la qualité de vie pendant le doctorat et seront publiés dans un ouvrage consistant en une série de récits immersifs issus de témoignages.

Doctoriales 2020 – Renaissance(s)

En raison de la situation sanitaire, le congrès 2020 est reporté à 2021 à Tours.

Programme

09h : Accueil des participants

09h10 : Keynote address « Satisfaction au travail et santé des doctorants« , par Colin Lemée et Adèle Combes, membres des collectifs Doctopus et Vies de thèse.

10h10 : « Le nonsense chez Peake : une renaissance qui passe par la transgression« , Vanessa Bonnet (Université Côte d’Azur – LIRCES)

10h40 : « Du groupe à l’individu : renaissance(s) et occultisme britannique de fin de XIXe siècle« , Anaïs Aledo (Université de Toulon – Babel EA2649)

11h10 : Pause

11h20 : Temps d’échange autour du Collège des doctorant.e.s de la SAES

  • Présentation du carnet de recherche. des doctorant.e.s de la SAES
  • Professions de foi des candidat.e.s à l’élection des représentant.e.s du Collège
  • Élections

Appel à contributions – Doctoriales 2020 – Tours

Les propositions de 300 mots maximum, accompagnées d’une courte notice biblio-biographique, rédigées en français ou en anglais, devront être envoyées à l’adresse suivante (college.doctorants@saesfrance.org) avant le 02 décembre 2019. Nous rappelons que le public des Doctoriales est composé de chercheurs en anglistique aux parcours variés, et que les communications doivent tenir compte de cette diversité de spécialisations.

Questions disciplinaires

La notion de renaissance semble recouvrir l’ensemble des occurrences où le passé mue et revêt une forme nouvelle. En littérature, elle évoque les bouleversements des courants ou des écoles, la redécouverte d’auteurs et des formes oubliées comme les aléas de la réception. Du point de vue de l’histoire et de la politique, la renaissance, loin de désigner la seule période moderne, peut également caractériser toute époque qui tend à renouveler les enseignements du passé ou bien à rompre avec eux. La renaissance peut enfin aider à penser les variations linguistiques et phonétiques à travers les âges.

Renaissance épistémologique

Cependant, la renaissance paraît pouvoir éclairer l’épistémologie de la recherche. En effet, tout chercheur, lorsqu’il se confronte à son corpus, doit parfois faire le deuil de ses premières hypothèses pour en susciter de nouvelles. L’écriture de la thèse peut ainsi être envisagée comme une série de renaissances : comment faire face à cette succession de rejets et d’élaborations de théories et d’idées ? Comment ce phénomène permet-il de construire sa pensée ?

Renouvellement des méthodes et des champs de recherche

La renaissance convoque également la question de la régénération des champs et méthodes de recherches. Comment les humanités numériques et les méthodes de recherche contemporaines permettent-elles de renouveler les champs de recherche établis ? Comment explorer de nouveaux champs disciplinaires au sein de l’anglistique ? Comment les thèses peuvent-elles prétendre à la renaissance de leur champ disciplinaire et des méthodes auxquelles elles recourent ?

Renaissance et analyse de corpus

Entendue comme réitération, la renaissance pose la question de l’analyse des corpus, où les doctorants sont souvent amenés à chercher la répétition de phénomènes à partir desquels ils pourront élaborer leur thèse. Comment systématiser la recherche de ces phénomènes, qu’ils soient littéraires, historiques, politiques, sociaux ou linguistiques ? Quels outils bibliographiques peuvent être utiles à cet effet ?

Renaissance et reconversion

D’un point de vue individuel, la renaissance évoque les reconversions qui ponctuent les parcours de certains jeunes chercheurs. Comment s’atteler à la préparation d’une thèse après un parcours professionnel ou scolaire qui ne semblait pas y mener ? Comment ces profils variés peuvent-ils enrichir l’expérience du doctorat ? Enfin, comment peut-on envisager une reconversion en dehors du milieu de la recherche après l’obtention d’une thèse ? Quels atouts les doctorants peuvent-ils mettre en avant lorsqu’ils souhaitent se reconvertir ?

Doctoriales 2019 – Aix-en-Provence

SAES-2019-AMU-LERMA

Les doctoriales du 59 e Congrès de la SAES ont privilégié les approches méthodologiques et professionnelles de l’exception afin que les interventions puissent concerner le plus grand nombre de doctorants possible. Une quarantaine de doctorants y ont assisté.

Doctoriales-SAES-2019

Nous avons choisi d’inviter deux jeunes docteurs en tant que keynote speakers afin que cette communication soulève des enjeux proches des étudiants qui sont encore en train de préparer leur thèse. Isabelle Licari-Guillaume, jeune MCF à l’Université de Nice, et Caroline Duvezin, docteur et ATER à Poitiers, ont présenté une intervention à deux voix, sur la question des nouveaux champs de recherche en littérature. Respectivement spécialistes de bande dessinée et de fantasy, elles ont souligné la difficulté inhérente à l’exception disciplinaire tout en relevant les avantages. Elles ont également insisté sur la nécessité recourir à des méthodes innovantes – de l’usage des réseaux sociaux à la participation à des conventions traditionnellement réservées aux fans – afin de mener à bien leurs recherches.

La deuxième intervenante, Audrey Cartron, doctorante au LERMA, a communiqué sur l’anglais de la police. Elle a montré comment l’anglais de spécialité relevait d’une forme d’exception au sein de la linguistique, tout en précisant les méthodes nouvelles qu’elle devait déployer pour constituer son corpus. Le troisième intervenant, Dominique Mantelli, doctorant à Normandie Université, a abordé la question de la traduction littéraire comme espace d’exception linguistique et culturel tout en interrogeant les questions de canon littéraire et leurs variations au moment de la traduction.

La seconde partie des doctoriales a été consacrée à un temps d’échange autour du statut des doctorants d’anglais en France. Marion Coste, Louisa Perreau et Amélie Derome ont analysé les résultats d’une enquête menée sur le Comité de Suivi Individuel de thèse. Les doctorants présents ont ensuite soulevé plusieurs points importants, de la difficulté à assister aux formations obligatoires pour ceux qui ont un travail à temps plein, aux irrégularités de certains CSI, jusqu’à la manière d’obtenir des informations sur les financements pour les doctorants non contractuels.