Programme des Doctoriales – Congrès de la SAES – Nancy 2024

Organisées par Sonia Awan, Sophie Tassan et Angélina Giret (Bureau du Collège des Doctorants de la SAES).

Co-organisées par Eleanor Parkin-Coates, Ludovic Dias, Rosa Djedi, Manon Küffer, Aude Martin, Pauline Schwaller et Marine Soubeille (Université de Lorraine).

En présence de Sandrine Sorlin, Vice-Présidente SAES en charge des affaires scientifiques.

9h Mot d’accueil Doctoriales 2024

Session 1 : Frontières poreuses, frontières mouvantes…quand on se joue de la frontière

Modération : Sonia Awan (Université Sorbonne-Nouvelle) et Pauline Schwaller (Université de Lorraine).

9h10 Eleanor Parkin-Coates – Beyond Artistic Boundaries: George Cruikshank as a Public Figure

9h25 Valentine Porcile – Hybridité, fluidité et porosité : les enjeux critiques, esthétiques et écologiques des récits bleus du monde anglophone

9h40 Lena Kervan – L’écocritique empirique : quel déplacement des frontières pour les études littéraires ?

9h55 Victoria Robert – Pour une approche transdisciplinaire de la quête spirituelle : le « je » phénoménologique comme prisme de l’expérience incarnée 

Discussion10h10-10h25

Pause 10h25-10h40

Session 2 : Aller au-delà des frontières

Modération : Angélina Giret (Université Le Havre Normandie) et Aude Martin (Université de Lorraine).

10h40 Chen Minghao – La traduction des termes dans Le Problème à Trois Corps du point de vue de la terminologie cognitive

10h55 Noelle Romney – Traductions et traducteurs de la littérature anglophone dans les espaces de la sociabilité littéraires du Paris de l’entre-deux-guerres : librairies et salons, réseaux et revues

11h10 Hélène Weens – WWI British Nurses in the North of France: Language, a Tool to Adapt to a New Culture?

11h25 Laurent Panetta – Crossing the border of reality in E. M. Forster’s ‘The Machine Stops’, ‘Story of a Panic’, ‘Celestial Omnibus’ and ‘The Other Side of the Edge’

11h25-12h Discussion et clôture des Doctoriales

Les Doctoriales – 63 ème Congrès de la SAES thème « frontières et déplacements » – Université de Lorraine (Nancy) – 30 mai 2024

 

 

Les notions de « frontières » et « déplacements », bien souvent pensées dans leur sens géographique, résonnent dans le monde anglophone comme synonymes de limites et franchissements de ces dernières. Les frontières, qu’elles soient des lignes limitatives imaginaires ou des obstacles géographiques physiques, appellent au franchissement de ces limites et donc au déplacement. Déplacement humain ou encore déplacement du regard, ce dernier semble une approche nécessaire pour le jeune chercheur en quête d’élaboration d’une recherche innovante et de qualité et ainsi faire naître une relecture d’un domaine ou d’un aspect.

Les axes de réflexion possibles autour de l’expression « frontières et déplacements » demeurent non exhaustifs que ce soit dans les domaines méthodologiques, pédagogiques, littéraires, linguistiques encore civilisationnels.

Le/La jeune chercheur.euse en études anglophones est forcément confronté à cette problématique de frontières et de déplacements dès le début de ses recherches. Quelles sont les limites du sujet (géographiques, bornes chronologiques, portée disciplinaire) ? Comment placer sa recherche dans la littérature existante de son domaine ? Un pas de côté (un déplacement) n’est-il pas nécessaire pour réactualiser une recherche préexistante ?

Autant de questions que le/la jeune chercheur.euse se pose quel que soit son sujet dans la perspective de devenir un chercheur confirmé dans un monde académique toujours en proie aux questionnements des normes et à l’étude du renouvellement, du dynamisme et de la fluidité des modèles d’une époque et/ou d’un domaine donnés.

 

Les propositions de 500 mots maximum, accompagnées d’une courte notice biblio-biographique, rédigées en français ou en anglais, devront être envoyées à l’adresse suivante (college.doctorants.saes@gmail.com) avant le 8 décembre 2023. Les Doctoriales sont une occasion pour tous les doctorants de nous enrichir de leur travail de thèse, que ce dernier s’insère dans le thème « frontières et déplacements » ou non. Si vous souhaitez nous parler de votre sujet, n’hésitez pas à envoyer également un abstract.

Formalités admistratives : Les doctorant.e.s retenu.e.s devront être membres de la SAES (et donc anglicistes) ET inscrits au Congrès en amont du 30 mai 2024 pour pouvoir participer aux Doctoriales.

Pour accéder directement au texte de cadrage du Congrès de la SAES, vous pouvez ce lien : https://congres2024.saesfrance.org/

 

Programme des Doctoriales – 1er Juin 2023 – Rennes

Nous avons le plaisir de vous annoncer le programme des Doctoriales qui se tiendront lors du Congrès de la SAES en juin 2023. Cette année s’annonce très riche en communications! Pour celles et ceux qui ne pourront pas être présent.e.s, les Doctoriales devraient également pouvoir être suivies à distance.

Programme

8h45 Accueil des participant.e.s

9h Introduction

Session 1 : La discontinuité de la transmission : entre silence, absence et rejet de transmission

Modératrices : Sophie Tassan et Angélina Giret

  • 9h05 Gérard Kossi Adzalo – LIRCES, Université Côte d’Azur La transmission dans les œuvres et traductions d’Ahmadou Kourouma
  • 9h15 Junhao Zhao – 3L.AM, Le Mans Université Transmission de l’indicibilité dans l’œuvre de Conrad et de Nabokov
  • 9h25 Georges Pillegand- Le Rider – PRISMES, Université Sorbonne Nouvelle Fin de la transmission : notre descendance face à la menace extraterrestre
  • Discussion

Session 2 : L’héritage en question : que transmettons-nous ?

Modératrices : Sophie Tassan et Angélina Giret

  • 9h45 Léa Fourure-Reynaud – LERMA, Université Aix-Marseille « The secret ties which bind the parts together » – Transmission de la Physiognomonie de Charles Bell à Charles Dickens
  • 9h55 Amal Aggoune – HDEA, Sorbonne Université Les réseaux sociaux: apprendre et transmettre la religion au XXIe siècle.
  • 10h05 Cécile Moore Hopson – C.R.I.T, Université de Franche-Comté, Engaging with absent transmissions in Bernardine Evaristo’s Lara and Chibundu Onuzo’s Sankofa
  • Discussion et pause

Session 3 : Quand la transmission se mêle à la politique

Modératrice : Sophie Tassan

  • 10h40 Angélina Giret – GRIC, Université Le Havre Normandie Femmes britanniques du Raj : figures de transmission ambiguës de l’espace colonial indien (1835-1914)
  • 10h50 Clémence Leveque – CREW, Sorbonne Nouvelle Localising a regional message: local parties as mediators in the transmission of election manifestos
  • 11h Lucie Bonnet – ECLLA, Université Jean Monnet Saint-Etienne La transmission dans les communautés autochtones nord-américaines : entre colonisation et résilience
  • 11h10 Linda Mathlouti – IDEA, Université de Lorraine The ideological transmission on “the children of the lost” during the Victorian era
  • Discussion

Session 4 : Présentation des travaux de thèse

Modératrices : Sophie Tassan et Angélina Giret

  • 11h30 Geneviève Moulard – CREA, Université Paris Nanterre Militarisation et émancipation des femmes britanniques engagées dans les forces armées pendant la Seconde Guerre mondiale
  • 11h40 Solenn Aliji – IMAGER, Université Paris-Est Créteil Étude contrastive des périphrases en come/venir
  • Discussion et présentation d’initiative doctorale
  • Clôture

Les Doctoriales – thème “La Transmission” – Université de Rennes 2 –  1er-3 Juin 2023

Questions disciplinaires

« Le but d’une encyclopédie est de rassembler les connaissances éparses sur la surface de la terre ; d’en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, et de les transmettre aux hommes qui viendront après nous. »

Cette citation de Denis Diderot revient sur l’idée d’une transmission traditionnelle : verticale, obligatoire, considérée comme positive puisque portée sur la connaissance. D’ailleurs, la transmission, celle de connaissances, est le propre des activités de l’enseignant-chercheur, du professeur, du doctorant, que ce soit par ses communications, ses cours ou ses écrits. Or, ce dernier étant toujours une figure d’autorité dans ces différentes postures d’enseignement, il semble s’inscrire dans la continuité d’une transmission verticale, transmission qui soumettrait l’apprenant (récepteur de la transmission) au transmetteur de la connaissance.

Cette transmission verticale est remise en cause depuis les dernières décennies, et dans le podcast LSD sur la transmission de 2017 (France Culture), on parle même de crise de la transmission. Cette crise trouve ses origines dans plusieurs problématiques soulevées par la transmission. Quel doit être son contenu ? N’est-il pas parfois négatif ? De quelle(s) manière(s) est-il possible de bien transmettre ?

Nos disciplines diverses peuvent nous permettre de comprendre les facettes diverses de cette transmission. En effet, l’histoire est la compréhension du passé qui permet de comprendre notre présent mais ce n’est possible que par la transmission d’informations. Puis, la linguistique et le langage sont essentiels à la transmission qui est souvent verbale. Quant à la littérature, on y trouve des personnages approuvant, rejetant ou réinventant la transmission.

L’obligation de la transmission

Le rapport de différentes personnes ou personnages à la transmission soulève la question primordiale de l’obligation dans la transmission. Ceux qui l’approuvent vont s’en charger et ceux qui la rejettent, refuseront de le faire. Alors, pourquoi transmettre serait-il une obligation et non un choix parmi d’autres ? Si la transmission était d’emblée une obligation, ou même une contrainte, nous ne serions plus libres de choisir. Et si la transmission n’était pas une obligation absolue mais relative, nous pourrions exercer un choix relatif dans cet acte (que transmettre et comment). En fait, l’idée de la transmission renvoie bien souvent à la transmission d’héritage et de traditions, surtout dans la sociologie. Prenons l’exemple de Pierre Bourdieu, qui par son déterminisme, suggère que ‘nos actes, et plus largement notre destin social’ sont déterminés par notre héritage. Ce dernier comporte une richesse économique certes, mais bien plus encore, un bagage culturel, familial et à plus grande échelle, social. Ce sont donc des ‘capitaux’ dont la transmission a lieu d’une personne à l’autre et d’une génération à la suivante. Bourdieu met l’accent sur l’importance de la transmission du patrimoine culturel dans nos sociétés contemporaines, une transmission porteuse est garante de stabilité et de continuité. Enfin, que se passerait-il si cette transmission n’avait plus lieu ? Fort probablement, son absence se fera sentir de façons bien profondes et diverses au sein de nos sociétés et de toutes ses unités et structures fondatrices.

L’absence de transmission

Parfois la transmission est tout simplement inexistante. Cette absence de transmission peut trouver un écho dans différents champs disciplinaires : patrimonial, artistique… En effet, la transmission ne se fait pas de la même manière entre hommes et femmes, père et fils ou fille, maître et élève masculin ou féminin… Cette absence de transmission pourrait ainsi être interrogée au prisme du genre.

Le rejet de la transmission

L’histoire de l’art peut se lire comme une succession de mouvements qui se construisent parfois en opposition les uns par rapport aux autres. Ainsi le néoclassicisme du XVIIIe siècle réagit aux extravagances du rococo, ou encore l’impressionnisme remet en question les principes académiques de la représentation picturale. Le même phénomène peut se vérifier dans d’autres champs disciplinaires, et interroge dans ce cas la notion de rejet de la transmission. Quand la transmission d’un modèle emprisonne ou véhicule un savoir obsolète, quels sont les moyens d’y échapper ?

Le renouveau de la transmission

Même si un renouveau de la transmission est à concevoir, il y a des domaines où l’on voit déjà de nouvelles manières de transmettre mais aussi les outils de transmission évoluer. D’ailleurs, quand la transmission s’avère difficile voire impossible, que ce soit pour des raisons physiques, psychiques ou matérielles, comment l’adapter pour qu’elle s’effectue tout de même ? On peut penser aux enseignements adaptés qui permettent la transmission malgré les différents profils des apprenants : DYS, trouble autistique … Les inégalités de genre rendent également la transmission de certaines matières plus délicates. (la bosse des maths n’existe pas, Clémence Perronnet)

Les propositions de 500 mots maximum, accompagnées d’une courte notice biblio-biographique, rédigées en français ou en anglais, devront être envoyées à l’adresse suivante (college.doctorants@gmail.com) avant le 17 décembre 2022. Les Doctoriales sont une occasion pour tous les doctorants de nous enrichir de leur travail de thèse, que ce dernier s’insère dans le thème de la transmission ou non. Si vous souhaitez nous parler de votre sujet, n’hésitez pas à envoyer également un abstract.

P.S Pour accéder directement au texte de cadrage du Congrès de la SAES, vous pouvez cliquer sur ce lien https://congres2023.saesfrance.org/textes-de-cadrage/

 

 

Compte-rendu Doctoriales et Assemblée Générales du congrès 2020

Les Doctoriales

C’est avec grand plaisir que nous avons organisé et accompagné les doctoriales 2021, virtuelles par nécessité, en lieu et place du congrès de Tours. Vous avez été nombreux à répondre au rendez-vous zoomesque, et nous vous en remercions.

Au cours de cette demi-journée (si courte !) nous avons eu le plaisir d’entendre Adèle Combes et Colin Lemée nous parler de la santé mentale des doctorants, l’une pour l’association Vie de Thèse et l’autre pour le collectif Doctopus. Ils nous ont exposé les résultats de leurs enquêtes respectives. L’enquête de Vie de Thèse portait sur la qualité de vie en doctorat, et plus précisément sur les questions, entre autres, de violences psychologiques et sexuelles. Celle de Doctopus portait sur la santé mentale et la satisfaction au travail, l’occasion d’explorer en profondeur le sentiment de culpabilisation et le syndrome de l’imposteur. Les chiffres qu’ils ont présentés sont certes glaçants, mais nous espérons qu’à travers vos échanges et vos questions, vous avez pu trouver un certain soutien, et surtout, réaliser que nous sommes tous ensemble dans cette situation et que nous lutterons ensembles. Rappelons ces paroles de Colin ; agissez aussi tôt que possible (ce n’est effectivement pas toujours facile) et surtout protégez-vous ! Ne restez pas isolé.e dans une situation ambiguë.

Nous avons ensuite eu le plaisir d’entendre Simon Grivet, historien du droit et de la justice aux Etats-Unis à l’université de Lille, lequel nous a présenté le Wiki section 11, un outil pour davantage de transparence dans les sélections de MCF, que nous espérons voir étendre également aux sélections de PRAG et d’ATER. Nous le remercions chaudement pour cette démarche courageuse, qui bénéficie à tous.

Enfin, la dernière présentation de la demi-journée fut celle de Vanessa Bonnet, professeure agrégée d’anglais, en 3eme année de doctorat à l’université Nice Côte d’Azur, et rattachée au Laboratoire Interdisciplinaire Récit Culture et Société (LIRCES). qui nous présenta une réflexion enthousiasmante sur le nonsense chez Marvin Peake, intitulée “Le nonsense chez Peake : une renaissance qui passe par la transgression.” Nous vous encourageons chaudement à aller lire les articles qu’elle a rédigés, lesquels sont disponibles sur le site du LIRCES. 

Ensuite, et comme de tradition, nous avons utilisé le temps qu’il nous restait afin de prendre vos suggestions pour l’année à venir, notamment pour les prochains thèmes du Vendredi, c’est Ph.D et pour échanger sur nos recherches et nos statuts de doctorant.e.s. Nous espérons vous voir à nouveau nombreux aux journées de septembre !

Par ailleurs, si vous avez raté cette information, le congrès de la SAES 2022 aura lieu à Clermont-Ferrand. Nous travaillerons sur un modèle hybride afin de réunir un maximum d’entre nous, là encore.

L’assemblée générale

L’Assemblée Générale du 60ème Congrès de la SAES s’est tenue le vendredi 04 juin en ligne. Ce rapide résumé se propose de vous faire un compte-rendu des informations ayant trait aux doctorant.e.s de la SAES. 

En ouverture de l’assemblée, la Présidente, Alexandra Poulain, a adressé une pensée particulière aux doctorant.e.s en fin de thèse qui ont dû renoncer à une soutenance publique. Parmi les informations susceptibles de vous intéresser, nous avons noté celles-ci:

  • Les Journées de septembre de la SAES auront lieu les 10 et 11 septembre prochains, en ligne, lors desquelles nous, vos représentantes des doctorant.e.s échangeront (le samedi 11 septembre au matin) avec vous sur vos préoccupations autour du doctorat. 
  • Le prochain Congrès de la SAES aura lieu du 02 au 04 juin 2022 à Clermont-Ferrand autour du thème des Failles, en écho au patrimoine volcanique de la région Auvergne-Rhône-Alpes.
  • De même, le congrès ESSE 2022 aura lieu à Mayence en Allemagne du 29 août au 02 septembre. 

L’Assemblée Générale a également été l’occasion de connaître les heureux et heureuses lauréat.e.s des bourses de recherche de la SAES. Le bureau de la SAES a souhaité rappeler que le nombre de demandes de bourses qu’ils et elles reçoivent, est considérable. Ces demandes font l’objet d’une double évaluation par un membre de la SAES et un membre de l’AFEA. Le bureau a rappelé qu’il était important de fournir un budget précis et plausible de ses activités, en précisant explicitement la somme demandée, et que le projet ne concerne qu’un seul voyage d’étude.

Enfin, le bureau de la SAES étudie la possibilité d’ajouter un.e doctorant.e au bureau, en sus du Collège des Doctorant.e.s. Cette possibilité sera discutée et soumise aux votes probablement au prochain Congrès de la SAES, afin que la nouvelle mesure soit mise en place dans deux ans.

Du groupe à l’individu : renaissance(s) et occultisme britannique de fin XIXe siècle

L’occultisme de fin XIXe siècle, au Royaume-Uni, se place comme troisième voie entre le savoir et la croyance. N’appartenant officiellement ni à l’un ni à l’autre mais ne rejetant totalement ni l’un ni l’autre, ce mouvement peut être vu comme une renaissance de l’explication du monde en tant que récupération de théories antiques mises en rapport avec des savoirs scientifiques récemment acquis. D’autre part, cette renaissance qui est de prime abord collective, intéressant une partie de la population qui communique et organise des rassemblements, peut potentiellement être regardée sous l’angle d’une renaissance supplémentaire, individuelle.

En effet, des processus personnels qu’offrent les théories et la pratique de l’occultisme, l’individu est amené à faire un cheminement particulier, le conduisant à partir à la recherche de la vérité absolue sur ce qui constitue le monde et le divin en passant par sa propre vérité intérieure. A la lumière du concept de « processus d’individuation » développé par le psychanalyste Carl Gustav Jung, qui consiste en l’intégration de l’inconscient par la conscience, cette communication propose de regarder l’occultisme de cette fin XIXe siècle comme un cas de renaissance à plusieurs niveaux, permettant de s’interroger sur les enjeux d’un courant puisant dans le passé et le présent, pour en développer un différent.

anaïs Aledo

Doctorante depuis janvier 2015 au sein de l’école doctorale n°509 en Sciences Humaines et Sociales, « Civilisations et Sociétés euro-méditerranéennes et comparées », à l’Université de Toulon, accueillie par le laboratoire Babel, elle travaille sous la co-direction de M. Leydier Gilles (Université de Toulon) et de Mme Talairach Laurence (Université Toulouse Jean Jaurès).

Sa recherche porte sur le rapport entre la science et l’occultisme au travers de la manifestation littéraire de la fin du XIXe siècle au Royaume-Uni selon une double approche, celle, anthropologique, de Victor Witter Turner et de son concept de « liminalité » et celle, psychanalytique, de Carl Gustav Jung et de son concept « d’individuation » (d’où le titre de sa thèse : « Science et littérature de l’occultisme de fin XIXe siècle au Royaume-Uni : approches anthropologique et psychanalytique »).

Elle assure parallèlement une mission d’enseignement à l’Université de Toulon depuis mars 2015 pour les deux premières années de la licence de « Langues, Littératures et Civilisations Étrangères et Régionales », parcours « anglais ».

Le nonsense chez Peake : une renaissance qui passe par la transgression

Mervyn Peake est un auteur qui s’inscrit clairement dans une thématique de la renaissance, à travers son utilisation surprenante de la langue, et plus précisément, sa tendance au nonsense. En effet, le nonsense, à la fois un mode qui découle d’une longue tradition, et un genre qui remonte à l’époque victorienne, est un phénomène qui reste marginal en littérature et difficile à définir car encore trop peu étudié. Il a, en tout cas, contribué au désintérêt d’une partie des critiques de l’œuvre de Peake et à la confusion de son lectorat.

Mais le nonsense, qui peut tout d’abord être perçu comme simple enfantillage, semble capital pour comprendre la démarche d’un auteur qui joue sans cesse avec les codes et les catégories littéraires traditionnelles. En effet, le nonsense instaure un dérèglement de la langue qui, au-delà de son effet déstabilisant sur le lecteur, ouvre sur une véritable réflexion linguistique. Il dévoile ainsi les nombreuses failles d’un langage qui nous enferme, tout en en ouvrant une brèche vers d’infinies possibilités d’expression. Ce paradoxe, inhérent à l’ensemble de la production peakienne, soulève à son tour de nombreuses questions dont celle du genre (tantôt un mode dans ses récits en prose, tantôt un genre dans ses poèmes, le nonsense se mêle également au grotesque, à la parodie et au lyrisme chez l’auteur), de la réception (le public visé est-il adulte ou enfant ?) et du style (on a souvent reproché à Peake son verbiage, alors qu’il joue avant tout sur le décalage des registres et la plasticité des mots). Ainsi, tout l’enjeu sera de démontrer comment l’auteur donne un nouveau souffle au nonsense en en redéfinissant les règles, et comment le nonsense, en retour, donne tout son souffle à une œuvre hétéroclite et singulière, car résolument transgressive

Vanessa Bonnet

Actuellement doctorante en deuxième année auprès du laboratoire LIRCES sous la direction de Christian Gutleben (UCA) et de Sophie Aymès-Stokes (Université de Bourgogne), Vanessa Bonnet est également professeur agrégé d’anglais en lycée. 

Elle a consacré ses mémoires de première et de deuxième année de master à l’étude de l’œuvre de Mervyn Peake, et s’est plus particulièrement penchée sur son aspect nonsensique dans ses travaux de deuxième année. Un article tiré de ces recherches, intitulé « A World of Nonsense », est paru dans la revue Peake Studies en 2012. Un second article intitulé « Un palmier peut en cacher un autre : Entre réflexion linguistique et nonsense dans la nouvelle “I Bought a Palm-Tree”de Mervyn Peake », tiré de ses recherches actuelles, a été publié dans la revue en ligne du laboratoire Les Cahiers des Jeunes Chercheurs en avril 2019. 

Satisfaction au travail et santé des doctorants

En 2020, le Collège des doctorant.e.s de la SAES a souhaité explorer la question des conditions de travail des doctorants. Si certains envisagent l’après thèse comme une renaissance, thème du congrès de cette année, c’est bien que certaines problématiques sont communes aux doctorants. C’est pourquoi nous avons invité deux représentants de collectifs interrogeant ces difficultés pour la keynote address du congrès de Tours.

Colin Lemée, docteur en psychologie sociale appliquée aux questions environnementales et expert auprès de l’association environnementale The Shift Project, présentera l’étude 2018 de l’association Doctopus, qui s’est notamment intéressée aux discriminations, à la santé et aux abus de substances durant le cursus doctoral. Il s’agit de la première enquête de cette envergure en France, faisant suite à de nombreux travaux parus à l’international sur la dégradation de la santé mentale observée chez les professionnels de la recherche, et en particulier chez la population doctorale, davantage concernée par la précarité.

Adèle Combes, docteur en biologie spécialisée en neurosciences, communiquera ensuite sur l’étude 2019 du projet Vies de thèse, qui a soulevé les questions du harcèlement moral et sexuel, de la santé, de l’impact sur la vie privée, de la méconnaissance des interlocuteurs universitaires et de la poursuite de carrière. Les résultats de ces travaux ont pour objectif de sensibiliser les milieux universitaires et les pouvoirs publics à l’altération de la qualité de vie pendant le doctorat et seront publiés dans un ouvrage consistant en une série de récits immersifs issus de témoignages.

Doctoriales 2020 – Renaissance(s)

En raison de la situation sanitaire, le congrès 2020 est reporté à 2021 à Tours.

Programme

09h : Accueil des participants

09h10 : Keynote address “Satisfaction au travail et santé des doctorants“, par Colin Lemée et Adèle Combes, membres des collectifs Doctopus et Vies de thèse.

10h10 : “Le nonsense chez Peake : une renaissance qui passe par la transgression“, Vanessa Bonnet (Université Côte d’Azur – LIRCES)

10h40 : “Du groupe à l’individu : renaissance(s) et occultisme britannique de fin de XIXe siècle“, Anaïs Aledo (Université de Toulon – Babel EA2649)

11h10 : Pause

11h20 : Temps d’échange autour du Collège des doctorant.e.s de la SAES

  • Présentation du carnet de recherche. des doctorant.e.s de la SAES
  • Professions de foi des candidat.e.s à l’élection des représentant.e.s du Collège
  • Élections

Appel à contributions – Doctoriales 2020 – Tours

Les propositions de 300 mots maximum, accompagnées d’une courte notice biblio-biographique, rédigées en français ou en anglais, devront être envoyées à l’adresse suivante (college.doctorants@saesfrance.org) avant le 02 décembre 2019. Nous rappelons que le public des Doctoriales est composé de chercheurs en anglistique aux parcours variés, et que les communications doivent tenir compte de cette diversité de spécialisations.

Questions disciplinaires

La notion de renaissance semble recouvrir l’ensemble des occurrences où le passé mue et revêt une forme nouvelle. En littérature, elle évoque les bouleversements des courants ou des écoles, la redécouverte d’auteurs et des formes oubliées comme les aléas de la réception. Du point de vue de l’histoire et de la politique, la renaissance, loin de désigner la seule période moderne, peut également caractériser toute époque qui tend à renouveler les enseignements du passé ou bien à rompre avec eux. La renaissance peut enfin aider à penser les variations linguistiques et phonétiques à travers les âges.

Renaissance épistémologique

Cependant, la renaissance paraît pouvoir éclairer l’épistémologie de la recherche. En effet, tout chercheur, lorsqu’il se confronte à son corpus, doit parfois faire le deuil de ses premières hypothèses pour en susciter de nouvelles. L’écriture de la thèse peut ainsi être envisagée comme une série de renaissances : comment faire face à cette succession de rejets et d’élaborations de théories et d’idées ? Comment ce phénomène permet-il de construire sa pensée ?

Renouvellement des méthodes et des champs de recherche

La renaissance convoque également la question de la régénération des champs et méthodes de recherches. Comment les humanités numériques et les méthodes de recherche contemporaines permettent-elles de renouveler les champs de recherche établis ? Comment explorer de nouveaux champs disciplinaires au sein de l’anglistique ? Comment les thèses peuvent-elles prétendre à la renaissance de leur champ disciplinaire et des méthodes auxquelles elles recourent ?

Renaissance et analyse de corpus

Entendue comme réitération, la renaissance pose la question de l’analyse des corpus, où les doctorants sont souvent amenés à chercher la répétition de phénomènes à partir desquels ils pourront élaborer leur thèse. Comment systématiser la recherche de ces phénomènes, qu’ils soient littéraires, historiques, politiques, sociaux ou linguistiques ? Quels outils bibliographiques peuvent être utiles à cet effet ?

Renaissance et reconversion

D’un point de vue individuel, la renaissance évoque les reconversions qui ponctuent les parcours de certains jeunes chercheurs. Comment s’atteler à la préparation d’une thèse après un parcours professionnel ou scolaire qui ne semblait pas y mener ? Comment ces profils variés peuvent-ils enrichir l’expérience du doctorat ? Enfin, comment peut-on envisager une reconversion en dehors du milieu de la recherche après l’obtention d’une thèse ? Quels atouts les doctorants peuvent-ils mettre en avant lorsqu’ils souhaitent se reconvertir ?

Doctoriales 2019 – Aix-en-Provence

SAES-2019-AMU-LERMA

Les doctoriales du 59 e Congrès de la SAES ont privilégié les approches méthodologiques et professionnelles de l’exception afin que les interventions puissent concerner le plus grand nombre de doctorants possible. Une quarantaine de doctorants y ont assisté.

Doctoriales-SAES-2019

Nous avons choisi d’inviter deux jeunes docteurs en tant que keynote speakers afin que cette communication soulève des enjeux proches des étudiants qui sont encore en train de préparer leur thèse. Isabelle Licari-Guillaume, jeune MCF à l’Université de Nice, et Caroline Duvezin, docteur et ATER à Poitiers, ont présenté une intervention à deux voix, sur la question des nouveaux champs de recherche en littérature. Respectivement spécialistes de bande dessinée et de fantasy, elles ont souligné la difficulté inhérente à l’exception disciplinaire tout en relevant les avantages. Elles ont également insisté sur la nécessité recourir à des méthodes innovantes – de l’usage des réseaux sociaux à la participation à des conventions traditionnellement réservées aux fans – afin de mener à bien leurs recherches.

La deuxième intervenante, Audrey Cartron, doctorante au LERMA, a communiqué sur l’anglais de la police. Elle a montré comment l’anglais de spécialité relevait d’une forme d’exception au sein de la linguistique, tout en précisant les méthodes nouvelles qu’elle devait déployer pour constituer son corpus. Le troisième intervenant, Dominique Mantelli, doctorant à Normandie Université, a abordé la question de la traduction littéraire comme espace d’exception linguistique et culturel tout en interrogeant les questions de canon littéraire et leurs variations au moment de la traduction.

La seconde partie des doctoriales a été consacrée à un temps d’échange autour du statut des doctorants d’anglais en France. Marion Coste, Louisa Perreau et Amélie Derome ont analysé les résultats d’une enquête menée sur le Comité de Suivi Individuel de thèse. Les doctorants présents ont ensuite soulevé plusieurs points importants, de la difficulté à assister aux formations obligatoires pour ceux qui ont un travail à temps plein, aux irrégularités de certains CSI, jusqu’à la manière d’obtenir des informations sur les financements pour les doctorants non contractuels.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search