Doctoriales 2019 – Aix-en-Provence

Les doctoriales du 59 e Congrès de la SAES ont privilégié les approches méthodologiques et professionnelles de l’exception afin que les interventions puissent concerner le plus grand nombre de doctorants possible. Une quarantaine de doctorants y ont assisté.

Doctoriales-SAES-2019

Nous avons choisi d’inviter deux jeunes docteurs en tant que keynote speakers afin que cette communication soulève des enjeux proches des étudiants qui sont encore en train de préparer leur thèse. Isabelle Licari-Guillaume, jeune MCF à l’Université de Nice, et Caroline Duvezin, docteur et ATER à Poitiers, ont présenté une intervention à deux voix, sur la question des nouveaux champs de recherche en littérature. Respectivement spécialistes de bande dessinée et de fantasy, elles ont souligné la difficulté inhérente à l’exception disciplinaire tout en relevant les avantages. Elles ont également insisté sur la nécessité recourir à des méthodes innovantes – de l’usage des réseaux sociaux à la participation à des conventions traditionnellement réservées aux fans – afin de mener à bien leurs recherches.

La deuxième intervenante, Audrey Cartron, doctorante au LERMA, a communiqué sur l’anglais de la police. Elle a montré comment l’anglais de spécialité relevait d’une forme d’exception au sein de la linguistique, tout en précisant les méthodes nouvelles qu’elle devait déployer pour constituer son corpus. Le troisième intervenant, Dominique Mantelli, doctorant à Normandie Université, a abordé la question de la traduction littéraire comme espace d’exception linguistique et culturel tout en interrogeant les questions de canon littéraire et leurs variations au moment de la traduction.

La seconde partie des doctoriales a été consacrée à un temps d’échange autour du statut des doctorants d’anglais en France. Marion Coste, Louisa Perreau et Amélie Derome ont analysé les résultats d’une enquête menée sur le Comité de Suivi Individuel de thèse. Les doctorants présents ont ensuite soulevé plusieurs points importants, de la difficulté à assister aux formations obligatoires pour ceux qui ont un travail à temps plein, aux irrégularités de certains CSI, jusqu’à la manière d’obtenir des informations sur les financements pour les doctorants non contractuels.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.