Compte-rendu Doctoriales et Assemblée Générales du congrès 2020

Les Doctoriales

C’est avec grand plaisir que nous avons organisé et accompagné les doctoriales 2021, virtuelles par nécessité, en lieu et place du congrès de Tours. Vous avez été nombreux à répondre au rendez-vous zoomesque, et nous vous en remercions.

Au cours de cette demi-journée (si courte !) nous avons eu le plaisir d’entendre Adèle Combes et Colin Lemée nous parler de la santé mentale des doctorants, l’une pour l’association Vie de Thèse et l’autre pour le collectif Doctopus. Ils nous ont exposé les résultats de leurs enquêtes respectives. L’enquête de Vie de Thèse portait sur la qualité de vie en doctorat, et plus précisément sur les questions, entre autres, de violences psychologiques et sexuelles. Celle de Doctopus portait sur la santé mentale et la satisfaction au travail, l’occasion d’explorer en profondeur le sentiment de culpabilisation et le syndrome de l’imposteur. Les chiffres qu’ils ont présentés sont certes glaçants, mais nous espérons qu’à travers vos échanges et vos questions, vous avez pu trouver un certain soutien, et surtout, réaliser que nous sommes tous ensemble dans cette situation et que nous lutterons ensembles. Rappelons ces paroles de Colin ; agissez aussi tôt que possible (ce n’est effectivement pas toujours facile) et surtout protégez-vous ! Ne restez pas isolé.e dans une situation ambiguë.

Nous avons ensuite eu le plaisir d’entendre Simon Grivet, historien du droit et de la justice aux Etats-Unis à l’université de Lille, lequel nous a présenté le Wiki section 11, un outil pour davantage de transparence dans les sélections de MCF, que nous espérons voir étendre également aux sélections de PRAG et d’ATER. Nous le remercions chaudement pour cette démarche courageuse, qui bénéficie à tous.

Enfin, la dernière présentation de la demi-journée fut celle de Vanessa Bonnet, professeure agrégée d’anglais, en 3eme année de doctorat à l’université Nice Côte d’Azur, et rattachée au Laboratoire Interdisciplinaire Récit Culture et Société (LIRCES). qui nous présenta une réflexion enthousiasmante sur le nonsense chez Marvin Peake, intitulée “Le nonsense chez Peake : une renaissance qui passe par la transgression.” Nous vous encourageons chaudement à aller lire les articles qu’elle a rédigés, lesquels sont disponibles sur le site du LIRCES. 

Ensuite, et comme de tradition, nous avons utilisé le temps qu’il nous restait afin de prendre vos suggestions pour l’année à venir, notamment pour les prochains thèmes du Vendredi, c’est Ph.D et pour échanger sur nos recherches et nos statuts de doctorant.e.s. Nous espérons vous voir à nouveau nombreux aux journées de septembre !

Par ailleurs, si vous avez raté cette information, le congrès de la SAES 2022 aura lieu à Clermont-Ferrand. Nous travaillerons sur un modèle hybride afin de réunir un maximum d’entre nous, là encore.

L’assemblée générale

L’Assemblée Générale du 60ème Congrès de la SAES s’est tenue le vendredi 04 juin en ligne. Ce rapide résumé se propose de vous faire un compte-rendu des informations ayant trait aux doctorant.e.s de la SAES. 

En ouverture de l’assemblée, la Présidente, Alexandra Poulain, a adressé une pensée particulière aux doctorant.e.s en fin de thèse qui ont dû renoncer à une soutenance publique. Parmi les informations susceptibles de vous intéresser, nous avons noté celles-ci:

  • Les Journées de septembre de la SAES auront lieu les 10 et 11 septembre prochains, en ligne, lors desquelles nous, vos représentantes des doctorant.e.s échangeront (le samedi 11 septembre au matin) avec vous sur vos préoccupations autour du doctorat. 
  • Le prochain Congrès de la SAES aura lieu du 02 au 04 juin 2022 à Clermont-Ferrand autour du thème des Failles, en écho au patrimoine volcanique de la région Auvergne-Rhône-Alpes.
  • De même, le congrès ESSE 2022 aura lieu à Mayence en Allemagne du 29 août au 02 septembre. 

L’Assemblée Générale a également été l’occasion de connaître les heureux et heureuses lauréat.e.s des bourses de recherche de la SAES. Le bureau de la SAES a souhaité rappeler que le nombre de demandes de bourses qu’ils et elles reçoivent, est considérable. Ces demandes font l’objet d’une double évaluation par un membre de la SAES et un membre de l’AFEA. Le bureau a rappelé qu’il était important de fournir un budget précis et plausible de ses activités, en précisant explicitement la somme demandée, et que le projet ne concerne qu’un seul voyage d’étude.

Enfin, le bureau de la SAES étudie la possibilité d’ajouter un.e doctorant.e au bureau, en sus du Collège des Doctorant.e.s. Cette possibilité sera discutée et soumise aux votes probablement au prochain Congrès de la SAES, afin que la nouvelle mesure soit mise en place dans deux ans.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.