Éline de Mathuisieulx

Quelles études avez-vous menées avant de vous inscrire en thèse ?

Passionnée par les langues et la littérature, je suis entrée en CPGE après un bac OIB au Lycée des Pontonniers. J’ai choisi Fustel de Coulanges (Strasbourg), qui, outre la qualité de son enseignement, m’offrait le luxe de rester proche de ma famille. Par la suite, j’ai eu la chance d’obtenir un poste de lectrice à l’Université de Bath, en partenariat avec l’Unistra. Cette première expérience dans l’enseignement supérieur, cumulée avec la rédaction de mon mémoire de M2, a achevé de me convaincre de passer l’agrégation. Deux années de professorat au lycée, au collège, à l’IEP et des khôlles en HK plus tard, j’ai eu envie de me replonger dans la recherche. Madame Ibata m’a alors proposé de discuter du doctorat.

Comment avez-vous choisi le sujet de votre thèse ?

Nous nous sommes entretenues, en amont, de divers sujets captivants appartenant aux domaines de recherche de Madame Ibata. Nos discussions, entrecoupées de lectures, nous ont menées de la littérature à l’image, puis au domaine de l’intermédialité, de Turner à John Martin, puis à John Howe, qui a notamment illustré The Lord of the Rings. Il nous est apparu que sublime et spectaculaire sous-tendaient les rapports entre le texte de J.R.R. Tolkien, les illustrations de Howe (qui a accepté de répondre à mes questions) et les films de Jackson.

Comment financez-vous votre thèse ?

J’ai signé cette année un contrat d’ATER au département des études anglophones de la faculté des langues de l’Université de Strasbourg. J’enseigne principalement la littérature britannique et la traduction.

Quels écarts avez-vous pu constater entre votre expérience de doctorante et ce que vous aviez envisagé au moment de votre inscription ?

« Hâtezvous lentement, et sans perdre courage, vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage. » Je savais que la thèse serait un travail de longue haleine, mais je ne m’attendais pas à ce que l’aphorisme de Boileau serait à ce point approprié. Il faut tenter de gérer son temps intelligemment, surtout si l’on a à cœur d’offrir un contenu de qualité aux étudiant.e.s.

Comment envisagez-vous l’après-thèse ?

La recherche et l’enseignement sont deux pôles que je souhaite privilégier, quel qu’en soit le prochain poste. Let’s cross that bridge when we come to it.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un.e étudiant.e qui projette de s’inscrire en doctorat en études anglophones ?

Outre les conseils classiques relatifs au choix du sujet, je recommande de s’entourer d’autres doctorant.e.s pour partager coups de gueule, coups de blues et coups de cœur. Pour visualiser sa progression, il est possible de tenir un carnet de bord ou bullet journal, dans lequel on note les objectifs atteints, même minimes, depuis la lecture d’un article jusqu’à la nouvelle référence bibliographique, en passant par une participation à un séminaire. Enfin, ne pas se limiter à des formations ou des lectures trop ciblées, traitant uniquement de la thèse défendue. S’aventurer sur les sentiers de l’interdisciplinarité peut s’avérer fertile : « Not all those who wander are lost« .


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.