Du groupe à l’individu : renaissance(s) et occultisme britannique de fin XIXe siècle

L’occultisme de fin XIXe siècle, au Royaume-Uni, se place comme troisième voie entre le savoir et la croyance. N’appartenant officiellement ni à l’un ni à l’autre mais ne rejetant totalement ni l’un ni l’autre, ce mouvement peut être vu comme une renaissance de l’explication du monde en tant que récupération de théories antiques mises en rapport avec des savoirs scientifiques récemment acquis. D’autre part, cette renaissance qui est de prime abord collective, intéressant une partie de la population qui communique et organise des rassemblements, peut potentiellement être regardée sous l’angle d’une renaissance supplémentaire, individuelle.

En effet, des processus personnels qu’offrent les théories et la pratique de l’occultisme, l’individu est amené à faire un cheminement particulier, le conduisant à partir à la recherche de la vérité absolue sur ce qui constitue le monde et le divin en passant par sa propre vérité intérieure. A la lumière du concept de « processus d’individuation » développé par le psychanalyste Carl Gustav Jung, qui consiste en l’intégration de l’inconscient par la conscience, cette communication propose de regarder l’occultisme de cette fin XIXe siècle comme un cas de renaissance à plusieurs niveaux, permettant de s’interroger sur les enjeux d’un courant puisant dans le passé et le présent, pour en développer un différent.

anaïs Aledo

Doctorante depuis janvier 2015 au sein de l’école doctorale n°509 en Sciences Humaines et Sociales, « Civilisations et Sociétés euro-méditerranéennes et comparées », à l’Université de Toulon, accueillie par le laboratoire Babel, elle travaille sous la co-direction de M. Leydier Gilles (Université de Toulon) et de Mme Talairach Laurence (Université Toulouse Jean Jaurès).

Sa recherche porte sur le rapport entre la science et l’occultisme au travers de la manifestation littéraire de la fin du XIXe siècle au Royaume-Uni selon une double approche, celle, anthropologique, de Victor Witter Turner et de son concept de « liminalité » et celle, psychanalytique, de Carl Gustav Jung et de son concept « d’individuation » (d’où le titre de sa thèse : « Science et littérature de l’occultisme de fin XIXe siècle au Royaume-Uni : approches anthropologique et psychanalytique »).

Elle assure parallèlement une mission d’enseignement à l’Université de Toulon depuis mars 2015 pour les deux premières années de la licence de « Langues, Littératures et Civilisations Étrangères et Régionales », parcours « anglais ».