Le nonsense chez Peake : une renaissance qui passe par la transgression

Mervyn Peake est un auteur qui s’inscrit clairement dans une thématique de la renaissance, à travers son utilisation surprenante de la langue, et plus précisément, sa tendance au nonsense. En effet, le nonsense, à la fois un mode qui découle d’une longue tradition, et un genre qui remonte à l’époque victorienne, est un phénomène qui reste marginal en littérature et difficile à définir car encore trop peu étudié. Il a, en tout cas, contribué au désintérêt d’une partie des critiques de l’œuvre de Peake et à la confusion de son lectorat.

Mais le nonsense, qui peut tout d’abord être perçu comme simple enfantillage, semble capital pour comprendre la démarche d’un auteur qui joue sans cesse avec les codes et les catégories littéraires traditionnelles. En effet, le nonsense instaure un dérèglement de la langue qui, au-delà de son effet déstabilisant sur le lecteur, ouvre sur une véritable réflexion linguistique. Il dévoile ainsi les nombreuses failles d’un langage qui nous enferme, tout en en ouvrant une brèche vers d’infinies possibilités d’expression. Ce paradoxe, inhérent à l’ensemble de la production peakienne, soulève à son tour de nombreuses questions dont celle du genre (tantôt un mode dans ses récits en prose, tantôt un genre dans ses poèmes, le nonsense se mêle également au grotesque, à la parodie et au lyrisme chez l’auteur), de la réception (le public visé est-il adulte ou enfant ?) et du style (on a souvent reproché à Peake son verbiage, alors qu’il joue avant tout sur le décalage des registres et la plasticité des mots). Ainsi, tout l’enjeu sera de démontrer comment l’auteur donne un nouveau souffle au nonsense en en redéfinissant les règles, et comment le nonsense, en retour, donne tout son souffle à une œuvre hétéroclite et singulière, car résolument transgressive

Vanessa Bonnet

Actuellement doctorante en deuxième année auprès du laboratoire LIRCES sous la direction de Christian Gutleben (UCA) et de Sophie Aymès-Stokes (Université de Bourgogne), Vanessa Bonnet est également professeur agrégé d’anglais en lycée. 

Elle a consacré ses mémoires de première et de deuxième année de master à l’étude de l’œuvre de Mervyn Peake, et s’est plus particulièrement penchée sur son aspect nonsensique dans ses travaux de deuxième année. Un article tiré de ces recherches, intitulé « A World of Nonsense », est paru dans la revue Peake Studies en 2012. Un second article intitulé « Un palmier peut en cacher un autre : Entre réflexion linguistique et nonsense dans la nouvelle « I Bought a Palm-Tree »de Mervyn Peake », tiré de ses recherches actuelles, a été publié dans la revue en ligne du laboratoire Les Cahiers des Jeunes Chercheurs en avril 2019.