CFP : Objets de sociabilité en Grande-Bretagne et en Europe (1650-1850). Université de Lille, 23 novembre 2023. DEADLINE 30 SEPT

Organisé par : Vanessa Alayrac-Fielding, Pierre Labrune


Cette journée d’étude, prévue le 23 novembre 2023, s’inscrit dans la continuité des travaux du GIS Sociabilités, Groupement d’Intérêt Scientifique consacré à l’étude des sociabilités européennes dans le long xviiie siècle, ainsi que dans les perspectives ouvertes par le renouveau des études sur la culture matérielle. Il s’agira d’interroger la place prise par les objets, qu’ils tiennent dans la main comme une tabatière ou qu’ils prennent plus de place comme une voiture, dans le développement de nouvelles formes de sociabilités, à une époque où la Grande-Bretagne s’affirme comme une puissance commerciale de premier rang et où les deux sens du mot « commerce » – à la fois marchand et relationnel – sont de plus en plus souvent associés.

En considérant « les objets […] dans des réseaux d’abstraction et de sensibilité essentiels à la compréhension des faits sociaux » (Roche, 1997, 10), il est possible de percevoir les ambivalences du long xviiie siècle, où les discours qui louent les vertus d’une sociabilité universelle cohabitent avec une marchandisation croissante du monde. La mondialisation des échanges et les constructions des empires européens donnent lieu à l’arrivée d’objets coloniaux ou extra-européens en Europe et en Grande-Bretagne, fabriqués à partir de matières naturelles ou animales (plumes, bois, minéraux, kaolin etc), amenant de nouvelles pratiques sociales, notamment la constitution et l’exposition de collections (Gerritsen and Riello 2015 ; Avery, Calaresu and Laven 2015) et modelant les goûts des consommateurs désireux de montrer à la fois leur curiosité pour des matières et des objets nouveaux et d’afficher leur statut social à travers une consommation matérielle ostentatoire. Ainsi Addison souligne-t-il, dans un essai du Spectator consacré à la description de la Bourse de Londres, qu’il faut le produit d’une centaine de climats pour habiller une seule femme de qualité. Au sein de la République des Lettres, les livres, envisagés ici en tant qu’objets et dans leur matérialité, ont également permis la constitution de réseaux intellectuels et la mise en œuvre de modes de sociabilité construits autour d’échanges bibliophiliques. Tout comme les récits, les objets contribuent à façonner « l’espace public sensible » (Lilti, 2019, 189), qui caractérise l’époque qui fera l’objet de cette manifestation. Il s’agira de les considérer, le cas échéant, dans leur capacité d’agir (« agency ») au sein des sphères publique et privée, de les structurer et de les transformer.

Dans cette perspective, il importe de mieux appréhender les mutations dans les processus même de fabrication des différents objets à l’époque qui voit la naissance d’une première société de consommation, notamment en Angleterre (McKendrick, Brewer and Plumb, 1982). L’étude du rôle des objets dans les sociabilités ne saurait ignorer les tensions entre les débuts, dans certains domaines, de la production de masse et, d’autre part, l’importance des productions uniques et artisanales pour mieux affirmer son goût et sa distinction.

La journée d’étude pourra donc porter sur des études de cas, où un objet particulier ou un type d’objet seront étudiés afin de montrer comment il importe de toujours prendre en considération les realia de la sociabilité, qui conditionnent et reconfigurent les relations et les réseaux.

Nous acceptons des propositions de chercheurs et de chercheuses issus de différents champs disciplinaires (histoire, histoire de l’art, sociologie, études anglophones, études culturelles, littérature …). Les propositions pourront porter – mais non exclusivement – sur les thématiques suivantes :


– Matérialité des correspondances dans le long xviiie siècle (papiers, encres, portages, etc.).

– Sociabilités et cadeaux.

– L’objet comme souvenir dans les réseaux de sociabilité.

– Distinction et massification de la consommation matérielle.

– Le rôle des objets impériaux dans les sociabilités.

– Le rôle d’objets spécifiques dans les lieux de sociabilité (éventails, pipes, tasses, etc.).


Les propositions de communication, en anglais ou en français, d’une longueur de 300 mots maximum et accompagnées d’une courte bio-bibliographie sont à envoyer d’ici le 30 septembre 2023 aux adresses suivantes : vanessa.alayrac-fielding@univ-lille.fr, pierre.labrune@univ-lille.fr.

Les avis sur les propositions seront rendus au début du mois d’octobre.


Bibliographie :

Addison, Joseph, and Steele Richard, The Spectator, ed. Donald F. Bond, Oxford: Clarendon Press, 1965, 5 vol.

Appadurai, Arjun, (ed.), The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, Cambridge: Cambridge University Press, 1986.

Avery, Victoria, Calaresu, Melissa, and Laven, Mary, (eds.), Treasured Possessions: from Renaissance to Enlightenment, London; Philip Wilson Publishers, 2015.

Brewer, John, and Porter, Roy, (eds.), Consumption and the World of Goods, London: Routledge, 1993.

Downes, Stephanie, Holloway Sally and Randle Sarah (eds.), Feeling Things: Objects and Emotions through History, Oxford: Oxford University Press, 2018.

Festa, Lynn, Fiction without Humanity. Person, Animal, Thing in Early Enlightenment Literature and Culture. Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 2019.

Findlen, Paula (ed.), Early Modern Things: Objects and their Histories, 1500-1800, New York: Routledge, 2013.

Gerritsen, Anne, and Riello, Giorgio, (eds.), The Global Lives of Things: The Material Culture of Connections in the Early Modern World, London: Routledge, 2015.

Lilti, Antoine, L’Héritage des Lumières. Ambivalences de la modernité. Paris : EHESS, Gallimard, Seuil, 2019.

McKendrick, Neil, Brewer, John, and Plumb, J. H., The Birth of a Consumer Society: The Commercialization of 18th-Century England, Bloomington: Indiana University Press, 1982.

Roche, Daniel, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles (xviie-xixe siècles), Paris : Fayard, 1997.


*****************************************************************


CFP: Sociable objects in Britain and Europe (1650-1850). Université de Lille, 23rd November 2023.


Organized by: Vanessa Alayrac-Fielding, Pierre Labrune


This one-day conference aims at continuing the work done by the “GIS Sociability” – a group of researchers studying European sociabilities in the long eighteenth century – and at exploring perspectives opened by the renewal of the field of material culture studies. It will focus on the role played by objects – whether they be as small as snuffboxes or as large as carriages – in the development of new forms of sociability in an age when Britain became a leading commercial power and when the two meanings of the word “commerce” – relating both to business and to social interactions – were often associated.

Considering “objects […] in the abstract and sensible networks that are essential to understand social facts” (Roche, 1997, 10) allows one to perceive the ambivalences of the long eighteenth century, in which discourses in praise of universal sociability cohabited with a growing commodification of the world. Increasing global exchanges and the construction of European empires led to the arrival and discovery of colonial and extra-European objects in Europe and Britain, made with natural materials or with animal products (feathers, tortoiseshell, wood, minerals, kaolin etc), which fostered new social interactions, such as the practice of collecting and displaying one’s collection (Gerritsen and Riello 2015 ; Avery, Calaresu and Laven 2015), and shaped the tastes of consumers eager to show their curiosity for new things and/or materials and their social status through conspicuous material consumption. As Addison wrote in an essay describing the Royal Exchange in The Spectator: “The single Dress of a Woman of Quality is often the Product of a hundred Climates.” In the Republic of Letters, books, to be considered here as objects and in relation to their materiality, allowed for the creation of intellectual networks and the development of sociabilities built upon bibliophilic exchanges. Objects, alongside narratives, participated in the creation of the “sensible public sphere” (Lilti, 2019, 189) that characterized the eighteenth century. In this context, it seems particularly relevant to pay attention to the agency of objects, their ability to shape and transform the private and public spheres and take part in social interactions.

That is why the transformations of the very fabrication processes of different objects should be better analysed, as it was in that time that a consumer society was born, especially in England (McKendrick, Brewer and Plumb, 1982). To study the role of objects in sociabilities, one should not disregard the tensions between, on the one hand, the budding mass producing of certain objects, and, on the other hand, the importance of unique productions showing great craftsmanship that were means to affirm one’s taste and distinction.

Papers submitted for the conference might be case studies in which a particular object or type of object could be studied to show that the realia of sociability should always be taken into account as they condition and redefine relationships and networks.

We will accept proposals from researchers working in many disciplines (history, art history, sociology, anglophone studies, cultural studies, literature…) Papers may address – though not exclusively – the following topics:


– The materiality of correspondences in the long eighteenth century (papers, inks, post systems…)

– Sociability and gifts

– Objects as souvenirs in sociability networks.

– Distinction and massification of material consumption.

– The place of imperial objects in sociabilities.

– The role of specific objects (fans, pipes, cups and mugs, etc.) in places of sociability.


Abstracts (300 words max.), either in English or in French, should be sent alongside a short bio-bibliography to the organisers by 30th September 2023: vanessa.alayrac-fielding@univ-lille.fr, pierre.labrune@univ-lille.fr. Notifications of acceptance will be sent in early October.




Citer ce billet
doctoratsaes (2023, 13 septembre). CFP : Objets de sociabilité en Grande-Bretagne et en Europe (1650-1850). Université de Lille, 23 novembre 2023. DEADLINE 30 SEPT. Carnet des doctorant.e.s de la SAES. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvoz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search